Octobre 2017
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Jeudi, 13 juillet 2017

La mondialisation et les changements technologiques ont contribué de manière significative à la croissance économique et à l'élévation du niveau de vie dans le monde entier. Cependant, la mondialisation a créé des défis et ses avantages n'ont pas été largement partagés. En réunissant les économies de marché développées et émergentes, le G20 est déterminé à façonner la mondialisation en profitant à toutes les personnes. Plus important encore, nous devons mieux permettre à notre population de saisir ses opportunités. Nous sommes résolus à relever les défis communs à la communauté mondiale, y compris le terrorisme, le déplacement, la pauvreté, la faim et les menaces pour la santé, la création d'emplois, le changement climatique, la sécurité énergétique et les inégalités, y compris l'inégalité entre les sexes, comme base pour le développement durable et la stabilité.

Le Premier ministre de Grenada, le Dr Keith Mitchell et le Directeur général du Fonds de développement de la CARICOM (CDF), Rodinald Soomer ont signé un accord de subvention visant à améliorer la capacité d'exportation et la valeur ajoutée dans le secteur des épices de l'île. La société bénéficiaire immédiate, West India Spices, a reçu une subvention de 244 000 $ US. La subvention, selon Soomer, aidera à augmenter la capacité de séchage et de broyage en fonction de l'utilisation de sources d'énergie renouvelables qui faciliteront la production de produits à base de noix de musc à valeur ajoutée pour l'exportation.

Les coûts des ingrédients de la volaille dépendent fortement de la production du pays. En conséquence, ces coûts déterminent fortement le pouvoir concurrentiel des chaînes nationales de volailles en Afrique de l'Est. Ceci est conclu dans une étude menée par WLR en collaboration avec le Netherlands Business Council (NABC). L'étude montre comment les chaînes de volailles au Kenya, en Ouganda, au Rwanda et en Tanzanie dépendent de plus en plus des développements dans leurs pays voisins. Les résultats du projet «Développement de la volaille en Afrique, une perspective régionale» ont été présentés dans l'événement africain du Dutch Poultry Centre.

Sahel Capital, gestionnaire de fonds pour le Fonds pour le financement agricole au Nigeria ("FAFIN"), est heureuse d'annoncer la clôture finale réussie de 65,9 millions de dollars de son premier fonds. Dans le cadre de cette approche, la Banque africaine de développement, le Groupe des CDC et le Dutch Good Growth Fund ont engagé conjointement 31 millions de dollars à FAFIN, rejoignant les coauteurs existants du fonds pour générer une transformation agricole au Nigeria. Dans le cadre de ce cycle, la Banque de développement de KfW a également proposé d'augmenter ses engagements envers FAFIN d'un montant supplémentaire de 10 millions de dollars, sous réserve des approbations finales, qui, si elles étaient fournies, augmenteraient la taille du fonds à 76 millions de dollars d'ici décembre 2017.

Vendredi, 07 juillet 2017

Le commerce de semences intrarégional est prévu pour une impulsion suite à l'introduction d'étiquettes de semences et de certificats à utiliser par les entreprises de semences pour les gros lots en traversant les frontières. Le mouvement vise à stimuler le commerce régional grâce à des variétés de semences améliorées dans toute la région. Les Étiquettes et les certificats de semences de COMESA seront utilisés par les États membres pour identifier les graines sur le marché qui respectent le Règlement sur l'harmonisation des échanges de semences de COMESA de 2014. Cette évolution est conforme au Plan d'harmonisation et de mise en œuvre des semences COMESA (COMSHIP) qui fournit un cadre pour 19 Les États membres de COMESA négocient, facilitent l'industrie des semences et soutiennent les entreprises locales de semences.

Une minorité de huit africains ont jusqu'à présent ratifié la zone de libre échange tripartite (TFTA) plus de deux ans après son lancement en Égypte, suscitant des craintes d'un effort continental échoué pour créer un marché élargi sans barrières commerciales. Le 10 juin 2015, des dirigeants africains ont lancé et signé le TFTA lors d'un sommet dans la station balnéaire de Sharma El Sheikh. Les pays qui ont signé le TFTA ont inclus l'Angola, le Burundi, les Comores, la République démocratique du Congo, Djibouti, l'Égypte, le Kenya, le Malawi, la Namibie, le Rwanda, les Seychelles, le Soudan, la Tanzanie, l'Ouganda et le Swaziland, tandis que le Zimbabwe et la Zambie ont signé une semaine plus tard.

L'emploi des jeunes devrait être au centre de toute stratégie pour relever les défis économiques et démographiques en Afrique, a déclaré le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, José Graziano da Silva, lors d'une réunion conjointe Union africaine-Union européenne, organisée au siège de la FAO à Rome . En 2014, environ 11 millions de jeunes Africains sont entrés sur le marché du travail. Mais beaucoup voient peu d'opportunités dans le secteur de l'agriculture et sont contraintes par le manque de compétences, les bas salaires et l'accès limité aux terrains et aux services financiers. Combinés, cela les rend plus enclins à migrer des zones rurales.

La Zambie a signé jeudi des contrats commerciaux d'une valeur de 100 millions de dollars américains avec des négociants en céréales d'Afrique orientale pour l'exportation de 382 640 tonnes métriques de maïs blanc, de soja et d'autres grains. Les offres ont été scellées à Lusaka lors d'un forum régional de facilitation du commerce organisé par le Conseil des grains de l'Afrique de l'Est (EAGC) en collaboration avec Zambia Commodity Exchange (ZAMACE), avec le soutien du Hub de commerce et d'investissement de l'Afrique de l'Est de l'USAID et le Hub de commerce et d'investissement de l'Afrique australe de l'USAID .

La nourriture kenyane devrait être plus sûre que jamais après que l'Union européenne ait mis à disposition des équipements de pointe qui permettront aux autorités nationales de contrôle des aliments de tester la qualité et la sécurité d'une large gamme de produits alimentaires. Le matériel de laboratoire d'essai alimentaire a été lancé par le secrétaire du Cabinet pour l'industrie, le commerce et les coopératives, Adan Mohamed et l'ambassadeur de l'UE, Stefano Dejak, au siège du Bureau des normes du Kenya. CS Mohamed a déclaré que l'équipement maintenant disponible dans les laboratoires du Service d'inspection de la santé végétale du Kenya (KEPHIS), de la Direction des services vétérinaires (DVS) et du Bureau des normes du Kenya (KEBS) donne aux institutions les outils nécessaires pour faire respecter et certifier le respect des Exigences de sécurité alimentaire des consommateurs.

Le gouvernement et Unilever ont annoncé aujourd'hui une vision conjointe pour transformer la plantation de palmier à huile Twifo (TOPP) en une plantation d'huile de palme durable à la fine pointe de la technologie. Le vice-président, le Dr Mahamudu Bawumia et le PDG de Unilever Global, Paul Polman, ont convenu d'une vision conjointe, soulignant leur soutien au développement d'une industrie durable du palme de palme au Ghana. Dans le cadre de cette vision conjointe, Unilever et le gouvernement du Ghana travailleront ensemble pour développer la plantation, soutenir les petits agriculteurs et contribuer à un impact positif sur l'économie locale.Dr Bawumia a félicité Unilever pour le soutien qu'elle a offert à l'économie ghanéenne au fil des ans Grâce à sa présence continue et ses opérations au Ghana.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>