Mai 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mercredi, 08 mars 2017

Le produit, cancérigène lorsque qu’il est utilisé à forte dose, a 18 mois pour disparaître complètement du marché. ... Ce qu’il faut en retenir c’est que la substance chimique cancérigène à forte dose qu’est le Métalaxyl est désormais interdite de vente et d’utilisation au Cameroun. Présent dans de nombreux pesticides utilisés en agriculture est très prisé pour le traitement des plants de cacao et les cultures maraichères, le produit a 18 mois pour disparaître complètement du marché. Le Métalaxyl, interdit en Europe depuis 2005, est en partie responsable de la déchéance des prix du cacao camerounais sur le marché international.

Le Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural (Mardr) annonce, du mercredi 8 au vendredi 31 mars 2017, l’Enquête nationale de la production agricole (Enpa) pour la campagne d’automne et d’hiver. Cette enquête nationale devrait permettre de « collecter des données fiables et pertinentes sur la production des principales cultures et l’élevage des principales espèces exploitées dans le pays », souligne le Marndr dans une note publiée sur son site, consulté par l’agence en ligne AlterPresse. « Les résultats de cette enquête serviront à l’État, aux Organisations non gouvernementales (Ong), aux organisations internationales, à l’Université, aux associations, coopératives, groupements, aux planteurs, pour la prise de meilleures décisions, en matière de politiques, de stratégies et d’interventions, dans le cadre du développement du secteur agricole et du monde rural ».

Mardi, 07 mars 2017

Le vol inaugural d’Air France entre les deux capitales arrive à point nommé pour le pays qui souhaite développer ses échanges avec ses voisins francophones. Bien loin des giboulées parisiennes, c’est dans un ciel particulièrement serein et une chaleur torride qu’ont atterri ce mardi 28 février à la nuit tombée les premiers passagers du vol Paris-Accra d’Air France. Sur les pistes de l’aéroport de Kotoka où est donné un cocktail de bienvenue, entouré des personnels locaux de KLM en gilets jaunes (la compagnie hollandaise fusionnée à Air France dessert le Ghana depuis 1960), de la ministre des Transports ghanéenne, Cecilia Abena Dapaah, et de l’ambassadeur de France, François Pujolas, Jean-Marc Janaillac, PDG d’Air France-KLM, qui accomplit là son premier voyage en Afrique de l’Ouest, coupe symboliquement un ruban rouge devant le pavillon d’honneur.

Les sommes investies par plusieurs États africains pour ériger bien haut leurs couleurs tous les ans au Salon international de l'agriculture donnent lieu à divers contrats et partenariats. Plutôt une bonne affaire, ont plaidé - chiffres à l'appui - plusieurs représentants du continent en marge de la 54e édition de l'événement. Chaque année, quelques pays africains se font représenter dans les travées du Salon international de l’agriculture de Paris. Et la 54e édition de la grande messe des secteurs primaires français et européens faisait à nouveau la place belle aux « produits du monde ». Et les plus habitués du continent avaient à nouveau établi leurs quartiers dans le sud de la capitale française.

Mercredi, 01 mars 2017

Pour sa participation au 54ème Salon internationale de l’agriculture de Paris (SIA 2017), la Côte d’Ivoire entend mettre en évidence la production et la transformation locales à travers ‘’La boutique paysanne’’, a fait savoir le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly. Il s’exprimait ainsi samedi, à l’issue d’une visite des stands ivoiriens (SARA, FIRCA, ANADER, SIFCA, Conseil du coton et de l’anacarde, Conseil du café-cacao, ministère des Ressources animales et halieutiques, Port autonome d’Abidjan…). Selon le ministre, ‘’La boutique du paysan’’ vise à permettre aux producteurs de valoriser eux-mêmes leurs produits.

L'Afrique est à l'honneur au SIMA, le Mondial des fournisseurs de l'agriculture et de l'élevage qui s'est ouvert à Paris Nord-Villepinte dimanche 26 février et fermera ses portes demain, 2 mars. Illustration de la perception que les équipementiers agricoles européens ont sur l'Afrique, les auteurs du dossier de presse du Salon soulignent que les "entreprises les plus agiles" pourront "jouer leur carte" sur ce continent qui "devrait connaître une croissance de 7,7% par an jusqu'en 2019" mais dont le "marché reste complexe avec 54 pays et des niveaux de développement très disparates." Ces mêmes auteurs ont fait un zoom sur 6 pays africains dont les spécificités illustrent "un continent en marche".

La région Boeny vise le circuit international du commerce du miel pour écouler ses produits. La Chambre du commerce et de l’industrie de Mahajanga a invité la plateforme miel locale à un atelier pour la conception d’une stratégie régionale les 22 et 23 février derniers. L’indépendance financière des acteurs de la filière demeure l’objectif principal du comité permanent de la plateforme miel de la région Boeny. Ses actions sont donc focalisées sur la pérennisation des activités des apiculteurs et de toute la chaîne qui en dépendent par l’amélioration des matériels utilisés. L’augmentation du nombre des 1000 ruches dispatchées par le Programme d’appui à la gestion de l’environnement (GIZ/ PAGE), partenaire technique et financier de la plateforme, est actuellement envisagée pour atteindre l’objectif fixé.

Le secteur sucrier abordera une étape cruciale après l’abolition des quotas sucriers en septembre. Maurice est à la recherche de nouveaux marchés. Les 50 000 hectares sous culture de la canne doivent être en mesure de produire 400 000 tonnes de sucre. Le Syndicat des sucres assure que le secteur sucrier reste viable. Son président Kreepalloo Sunghoon le confirme : « La canne à sucre aura toujours sa raison d’être, mais il faut modifier les stratégies. Si l’on ne change pas notre façon d’opérer, le secteur ne survivra pas. Les distributeurs vendaient notre sucre mauricien. Ce ne sera plus le cas avec l’abolition des quotas sucriers en septembre 2017 », dit-il.

Présent à Paris pour le Salon international de l’agriculture, le ministre Ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly, a été distingué le vendredi 24 février 2017. Il a été élevé à la dignité de Commandeur dans l’ordre du Mérite agricole français. La cravate de Commandeur lui a été remise par le ministre français de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Stéphane Le Foll, à son cabinet sis au 78 rue de Varenne, lors d’une cérémonie organisée à cet effet. Pour justifier la remise de ce prix qu’il a qualifié de légion d’honneur du secteur agricole, M. Le Foll a rappelé quelques grandes lignes du parcours scolaire et professionnel de Sangafowa Coulibaly, surtout son «engagement depuis de longues années pour l’agriculture, non seulement ivoirienne mais africaine».

Mardi, 28 février 2017

Selon une nouvelle étude, les accords commerciaux peuvent contribuer à l'accroissement des ventes et favoriser l'emploi dans le secteur agroalimentaire de l'UE. Il ressort d'une nouvelle étude indépendante réalisée pour le compte de la Commission européenne que les accords commerciaux ont contribué à stimuler les exportations agricoles de l'UE et ont soutenu l'emploi dans le secteur agroalimentaire et dans d'autres secteurs de l'économie. Les accords commerciaux conclus avec trois pays, le Mexique, la Corée du Sud et la Suisse, ont ainsi été examinés en détail.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>