Août 2017
L Ma Me J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Lundi, 29 mai 2017

Les représentants de la Commission économique pour l'Afrique (ECA) et de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) se sont réunis à Addis-Abeba le 10 mai 2017 et ont convenu d'une feuille de route pour la mise en œuvre de l'accord de partenariat signé entre les deux entités Janvier 2017. Au cours de la réunion, qui s'est tenue sous le thème «Réaliser la transformation de l'agriculture en Afrique», les participants ont identifié et approuvé quatre domaines clés du programme, notamment l'amélioration de l'esprit d'entreprise rural et de l'emploi pour les jeunes et les femmes; Faire face à la dégradation et à la pénurie des ressources naturelles, aux conflits et aux migrations; Mettre fin à la faim, à la nutrition et à la pauvreté en Afrique; Et une réponse efficace aux changements climatiques.

Une nouvelle approche de l'utilisation de la farine de manioc et de sorgho dans la production de pain a été estimée à sauver le Nigeria jusqu'à 3,5 milliards de dollars chaque année. L'initiative vise à réaliser une inclusion de 20 pour cent de farine de manioc dans le pain et il est prévu que si l'objectif est atteint, plus de cultivateurs de manioc seraient habilités alors que le projet augmenterait le traitement domestique de farine de manioc à environ 1,2 million de tonnes par an. En outre, le projet créera 3 millions d'emplois pour les Nigérians. Le Nigeria dépense environ 6 milliards de dollars chaque année pour importer du blé, selon le directeur de l'Institut de recherche agricole (IAR), Zaria, Prof. Ibrahim Umar-Abubakar.

Les dirigeants mondiaux doivent intensifier et prendre des mesures pour lutter contre la famine afin de prévenir de nouveaux niveaux catastrophiques de faim et de décès, a déclaré Oxfam. Avant le 43e sommet du G7, Oxfam a exhorté les dirigeants mondiaux à aborder de manière urgente la question de la famine, affectant actuellement quatre pays à des niveaux sans précédent. "L'échec politique a conduit à ces crises, il faut un leadership politique pour les résoudre ... les leaders les plus puissants du monde doivent maintenant agir pour empêcher une catastrophe qui se passe à leurs yeux", a déclaré Winnie Byanyima, directrice générale d'Oxfam. "Si les dirigeants du G7 devaient voyager dans l'un de ces quatre pays, ils verraient par eux-mêmes comment la vie devient impossible pour tant de personnes: beaucoup sont déjà en train de mourir, de maladies et de faim extrêmes", at-elle poursuivi.

L'Afrique n'est pas contrariée par les échecs du passé et le continent est motivé par l'incroyable énergie et le talent de sa jeune population animée, selon le président intérimaire Yemi Osinbajo. M. Osinbajo a parlé samedi lors du forum de sensibilisation spécial du Sommet du G7 sur l'Afrique avec des nations et des dirigeants africains sélectionnés, dont le Nigeria, la Guinée, la Tunisie, le Niger, l'Éthiopie et le Kenya. Selon lui, «l'Afrique est confiante de l'avenir parce que nous avons appris. ... nous investissons davantage dans l'éducation, insistons sur la bonne gouvernance et nous tenons compte. "

Les leaders du Groupe des Sept (G7) dans son «Communiqué de Taormina» ont souligné que «la sécurité, la stabilité et le développement durable de l'Afrique sont des priorités élevées». Mais il n'a pas encore répondu à l'appel spécifique du secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à la nécessité d'investir dans les jeunes, avec des investissements renforcés dans la technologie et l'éducation et le renforcement des capacités en Afrique. Le sommet du G7 de deux jours en Italie, auquel ont également pris part les dirigeants de six autres pays industriels - la Grande-Bretagne, le Canada, la France, l'Allemagne, le Japon et les États-Unis, a conclu le 27 mai à Taormina, une ville située au sommet d'une colline sur la côte est de Sicile, Italie.

Les activités agricoles de la CEDEAO couvrent 15 États membres, l'objectif principal est de promouvoir la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les 15 États membres et, en même temps, constituer le processus d'intégration économique régionale et l'agriculture est au cœur de l'économie de tous nos membres États. Nous avons différents programmes qui couvrent les 15 États membres de la CEDEAO. Au Nigéria en particulier, nous avons des programmes et des projets mis en œuvre par la CEDEAO qui comprend le Programme de productivité agricole de l'Afrique de l'Ouest (WAAPP), c'est une initiative conjointe de la CEDEAO et de la Banque mondiale qui traite de la technologie agricole.

Vendredi, 26 mai 2017

Le gouvernement camerounais lancera bientôt un programme de développement pour son secteur horticole, financé par le 11ème Fonds européen de développement (FED), nous avons appris à la fin d'un atelier organisé à Douala les 16 et 17 mai. La réunion, nous l'avons appris, a été conçue pour identifier les leviers sur lesquels il faut agir, pour donner une impulsion au développement de l'horticulture au Cameroun. Étiqueté "Fit For Market" (FFM), ce programme est destiné à soutenir les secteurs horticoles dans les pays Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP), dont les principaux produits horticoles exportés vers les territoires de l'Union européenne sont de plus en plus demandés.

À un moment où près d'un million de Soudanais du Sud ont traversé le nord de l'Ouganda, créant l'un des plus grands établissements de réfugiés au monde, Gilbert F. Houngbo, Président du Fonds international pour le développement agricole (FIDA), arrive à Kampala le 25 mai pour discuter des efforts visant à Soutenir les petits agriculteurs et accroître la sécurité alimentaire dans le pays. Selon une analyse récente, quelque 4,9 millions de soudanais du Sud sont en sécurité alimentaire et 100 000 risquent de la famine. L'arrivée de près d'un million de réfugiés en Ouganda entraîne une pression supplémentaire sur les agriculteurs locaux et la production alimentaire. La situation souligne que les zones rurales sont souvent négligées par le développement mais sont essentielles pour la sécurité alimentaire nationale et mondiale.

La Banque africaine de développement (BAD) s'est engagée à rendre le continent autosuffisant dans la production alimentaire au cours d'une décennie. Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, a promis lors d'une conférence de presse à Ahmedabad, en Inde, lundi matin, un jour avant l'ouverture officielle de ses 52èmes réunions annuelles. Le Dr Adesina a noté que l'Afrique consacrait actuellement 36 milliards de dollars chaque année à des importations alimentaires. "Si les choses ne changent pas, les dépenses annuelles de l'Afrique en matière d'importation de produits alimentaires atteindraient 110 milliards de dollars d'ici 2025." "L'année dernière, nous avons investi 800 millions de dollars dans l'agriculture dans huit pays africains, ce qui est le plus important dans l'histoire de notre banque" il a dit. La BAfD appuie l'amélioration de l'agro-industrie en Afrique depuis plusieurs années.

La Communauté de l'Afrique de l'Est est divisée sur la signature d'un accord commercial clé avec l'Union européenne. ALON MWESIGWA explique comment l'accord de partenariat économique UE-EAC (EPA) affecterait la région. Il est midi dimanche et Tom Sajje organise son filet de pêche à Kitooro, sur les rives du lac Victoria, préparant le voyage du soir pour pêcher. "Ces jours-ci, nous nous battons pour obtenir du poisson, il n'est plus aussi disponible qu'il l'était", a déclaré Sajje, se référant à la diminution du stock de poissons dans le lac. Sajje, qui utilise clairement des méthodes archaïques, dit qu'ils n'ont pas été Ont beaucoup aidé à améliorer leurs méthodes de pêche et leur bien-être général. Des gens comme Sajje ont une mention spéciale dans l'accord commercial UE-EAC EPA. Il promet "assurer la préservation et la priorité des besoins particuliers de la pêche artisanale / de subsistance".

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>