Août 2017
L Ma Me J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Lundi, 30 novembre 2015

La Martinique, aux côtés des pays de la Caraïbe de la CARICOM, anime un pavillon de près de 150 m². Il s'agit pour nos pays, les plus touchés par le réchauffement climatique, d'attirer l'attention sur la situation d'urgence dans laquelle se trouve le bassin caribéen et sa population (40 millions d'habitants). Il s'agit aussi pour les pays présents sous le Pavillon 62 d'être acteurs du changement en mettant en avant les initiatives novatrices mises en oeuvre dans nos régions.

Vendredi, 20 novembre 2015

Une étude commanditée par la Fondation pour l'agriculture et la ruralité dans le monde (Farm), et réalisée par le Cirad, a été présentée à Paris le 3 novembre. Les résultats, qui s'appuient sur des projections de la FAO, « conduisent à de sérieuses interrogations sur la capacité de cette région à nourrir sa population et à procurer un revenu décent à ses agriculteurs », a indiqué Jean-Christophe Debar, directeur de Farm. Selon cette étude, la demande en produits agricoles de ces pays serait la plus importante du monde à l'horizon 2050 (multipliée par 2,6 par rapport à 2006).

Vendredi, 13 novembre 2015

Lies Craeynest, conseillère en politique climatique et en sécurité alimentaire mondiale chez Oxfam Europe explique qu’empêcher l’élévation des températures mondiales de plus de deux degrés coûtera très cher, mais que les pays les plus pauvres ne devraient pas avoir à souffrir pour payer la facture. Craeynest souligne que même si les dirigeants internationaux s’engagent à limiter le réchauffement global à deux degrés lors de la Conférence de Paris, des sommes importantes seront nécessaires en vue de l’adaptation aux effets inéluctables du changement climatique : l'Afrique devrait supporter des coûts s’élevant à 50 milliards USD par an d’ici 2050, dans le cadre d’un scénario de deux degrés, ce qui équivaut à la moitié de l'aide globale actuelle.

Le commissaire européen chargé de l’action pour le climat et de l’énergie, Miguel Arias Cañete, s’est rendu au Brésil et en Équateur afin de faire progresser le dialogue et la coopération entre l’UE et les pays d’Amérique latine et des Caraïbes. Ce voyage ne s’est déroulé qu’à quelques semaines du sommet historique des Nations unies (COP21) qui se tiendra en décembre. Au Brésil, le commissaire a rencontré la ministre brésilienne de l’environnement Izabella Teixeira, le ministre adjoint et ambassadeur, José Antônio Marcondes de Carvalho, ainsi que le Président équatorien Rafael Correa et ses ministres pour l’énergie et le climat.

Selon des statistiques récemment parues, l’UE accomplit de grands progrès en termes de réduction des émissions. En vue de la conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui aura lieu à Paris en décembre prochain (COP21), les politiques portant sur les changements climatiques, la sécurité énergétique et les systèmes de transport durables se retrouvent au centre des discussions, ces trois thèmes étant de plus en plus interconnectés. À l’occasion de la publication du livre statistique 2015 sur l’énergie, les transports et l’environnement, et dans la perspective de la COP21 de Paris, Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, a publié une petite sélection de données sur l’énergie, les transports et l’environnement dans l’UE liées aux changements climatiques.

Mardi, 10 novembre 2015

Formations naturelles parmi les plus exposées aux effets du changement climatique et au risque de submersion, les atolls du Pacifique sont cependant peu connus et souvent oubliés dans les négociations internationales. Dans la perspective de la COP 21, l’AFD a ainsi commandité fin 2014 une étude visant à identifier et comparer les déterminants de leur résilience socio-environnementale. Cette conférence a été l’occasion de présenter les résultats des recherches pluridisciplinaires qui ont été menées sur deux terrains différents mais néanmoins très proches : Kiribati en Micronésie et les Tuamotu dans le Triangle polynésien.

Jeudi, 05 novembre 2015

Le jeudi 5 novembre, l'Infopoint de la coopération extérieure européenne a organisé un déjeuner-conférence sur « Les services pour faire face au changement climatique : mettre à disposition des données climatiques pertinentes pour les décisions du quotidien ». M. Denis Salord, chef d’unité à la DG Développement et coopération dans le cadre de programmes thématiques intra-ACP, a ouvert la conférence aux côtés de M. Viwanou Gnassounou, sous-secrétaire général du groupe des États ACP et chef du développement économique durable et du commerce auprès du Secrétariat ACP. Les présentations de M. Jolly Wasambo, coordinateur du projet MESA à la Commission de l'Union Africaine, de M. Nihmei Salesa du secrétariat du Programme régional océanien de l'environnement (PROE) et de M. Alhassane Diallo, directeur général du Centre africain pour les applications de la météorologie au développement (ACMAD), ont souligné que vivre avec la variabilité et l’évolution du climat et s’y adapter est une réalité quotidienne.

Le jeudi 6 novembre, l’Infopoint pour l’action extérieure de l’UE a tenu une conférence sur le financement climatique dans le cadre des négociations internationales dans ce domaine. Cette conférence intitulée « Le financement climatique à la COP21 et au-delà » a souligné à quel point la réalisation d’un objectif ambitieux en termes de financement climatique est importante, afin de soutenir un développement durable et résistant au climat dans les pays en développement. Des présentations ont été réalisées par Maeve McLynn, coordinatrice de la politique de développement et de lutte contre le changement climatique auprès de CAN Europe, sur le financement du changement climatique dans le cadre de la CCNUC, ainsi que par Mette Quinn, chef adjoint d’unité à la DG Climat.

Le mercredi 4 novembre, l’Infopoint pour l’action extérieure de l’UE a tenu une conférence sur l’après-2015, les Objectifs de développement durable (ODD) et le secteur privé. Avec le soutien de l’UE, l’ONUDI a coopéré activement avec le secteur privé en faveur du développement durable et du changement climatique. Au cours de ce déjeuner-conférence, une étude sur la participation du secteur privé pour l’après-2015 et des exemples concrets de projets favorisant le transfert durable de technologies respectueuses de l’environnement ont été présentés.

Mercredi, 28 octobre 2015

Le financement lié au climat, sous toutes ses formes, bénéficie désormais d’un large soutien et pourrait être l’atout caché de nombreux pays en développement à quelques semaines de la Conférence de Paris sur le climat (COP 21). Il est devenu évident que le succès de la COP 21 dépend de la question du financement, sans lequel il ne fait aucun doute que la planète ne réussira pas à réduire ses émissions de carbone. Les pays développés ont promis d’allouer aux pays pauvres 100 milliards USD par an pour les aider à mettre en œuvre la transition énergétique durable et à lutter contre les effets du changement climatique. Cette promesse a été au centre des récentes réunions entre le FMI et la Banque mondiale qui se sont déroulées à Lima.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>