Février 2015
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 1



Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Vendredi, 30 janvier 2015

Le gouvernement britannique a réitéré son engagement à aider le Nigeria à actualiser les programmes en minéraux solides, l'agriculture, la technologie spatiale et de la biotechnologie. Le soutien comprend d’un montant de $750 millions pour la recherche et le développement au Nigeria. Le British Satellite Technology Limited va également soutenir le programme spatial du pays.

Le comité mixte instituée pour travailler sur l’accord de partenariat pêche par la Guinée-Bissau et l'Union européenne (UE) est réuni pour la première fois depuis 2011. Le Comité a examiné l'environnement réglementaire actuel, les changements qui sont en cours d'exécution, et le programme de financement de l'UE pour le secteur. Actuellement, le montant de soutien européens est environ 3 millions d'euros par an, ajouté à un autre 6 millions d'euros en compensation financière annuelle, selon la délégation de l'UE en Guinée-Bissau. La question de la pêche illégale a également été une grande préoccupation pour les intervenants dans ce domaine.

Le Kenya est l'un des plus grands exportateurs mondiaux de tiges coupées , mais les exportateurs ont récemment payé cher avec des coûts de 3 M € (£ 2.3m  lorsque l'UE a imposé des tarifs suite à l'échec de la Communauté de l’Afrique de l’Est (la CAE) à signer l'accord de partenariat économique (l’APE). La plupart des pays d'Afrique orientale ont l'entrée gratuite et les quotas en franchise de droits à l'UE en vertu de l'accord « Tout sauf le commerce des armes ». Suivant la pression sur les exportateurs kenyans qui parvenait de l’UE, la CAE a paraphé l' APE.

Le groupe Banco de Fomento Angola, la filiale  du groupe portugais Banco BPI, est devenu le premier intermédiaire de bourse en actions et obligations mobilières (BODIVA), sur le marché financier angolais.Le groupe a 147 agences, 4 points de ventes, 8 centres pour les investissements et 16 points d’accueil pour les entreprises. Le statut d'intermédiaire de bourse nouvellement acquis lui permet désormais d'étendre son portefeuille d'activités dans les secteurs de l’industrie et de l’agriculture parmi d’autres, et surtout de devenir un des pionniers de ce jeune marché financier.

Jeudi, 29 janvier 2015

Près de 70 investisseurs italiens ont séjourné à Brazzaville en vue de mieux s’informer sur les grands projets économiques congolais. Les opérateurs économiques ont visité tour à tour, les zones économiques spéciales d’Oyo-Ollombo et de Pointe-Noire. Consacrée à l’économie verte, plusieurs activités seront développées dans cette zone économique, notamment la production des cultures alimentaires et de rente; l’élevage du bétail, la transformation des produits agricoles, la pisciculture, les services commerciaux et le tourisme.

l’organisation non gouvernementale Chatham House ressort un rapport qui explique que la production réelle de bois au Cameroun pourrait s’élever au double des estimations officielles. Selon cette étude, «La coordination au sein du gouvernement est généralement très inefficace : aucun processus formel n'est en place pour la coordination de haut niveau de l'action contre l'exploitation illégale des forêts. Les systèmes de traçabilité du bois au Cameroun sont inappropriés, tant au niveau des opérations sur le terrain que de la gestion de l'information.» En ce qui concerne la commercialisation du bois, le rapport souligne une augmentation du volume des exportations camerounaises qui est allée de pair avec le recul de la proportion des expéditions vers l’Europe.

Le négociant français Touton S.A. installera, via sa filiale Cocoa Touton Processing Company Limited (CTPC), une unité de transformation du cacao au Ghana. L’infrastructure entrera en activité dès le mois d’avril 2015, traitera environ 25 000 tonnes de la matière première et pourrait doubler cette capacité d’ici trois ans.Le choix du Ghana s’explique non seulement par la qualité de sa production qui est la référence mondiale, mais aussi par sa stabilité politique et son environnement économique qui est favorable aux affaires. Le négociant a indiqué que l’approvisionnement de son usine se fera avec des fèves produites aux normes durables. Touton S.A. opère au Ghana depuis 1998 et achète annuellement entre 80 000 et 110 000 tonnes de cacao, ce qui le classe parmi les cinq plus grands acheteurs de fèves du pays.

La filiale camerounaise du géant de l’agroalimentaire suisse Nestlé lance la commercialisation de son produit Nescafé fait à base du café local en conditionnements de 2 grammes. Après avoir annoncé cette appropriation de la matière première locale entre juillet et août 2014, la filiale espère de réduire les importations de matières premières d’environ 70% au cours des prochaines années. Pendant que pôle de production du Nescafé soit implanté sur le territoire camerounais, Nestlé Cameroun achète le café localement et l’exporte vers la Côte d’Ivoire où il subit une première transformation avant d’être retourné au Cameroun, où il est soumis à une 2ème transformation. En intégrant le café local dans sa composition, ce produit de Nestlé Cameroun peut être admis aux régimes douaniers préférentiels de la CEMAC et de la CEEAC, qui éliminent les droits de douanes à l’entrée de six et 10 pays de l’Afrique centrale, respectivement.

Le groupe laitier français Danone, actuellement  associé au géant américain Mars, va mettre en place un fonds d’aide à l’agriculture familiale d’un montant de 120 millions d’euros. Cette initiative profitera aux producteurs d’Afrique, aussi bien que d’autres pays en développement. Les deux compagnies vont financer une quarantaine de projets sur ces trois continents pendant la prochaine décennie. Les axes qui seront priorisés sont la préservation des ressources naturelles, la gestion des catastrophes climatiques et le financement des infrastructures agricoles.

Une délégation du patronat français en visite au Zimbabwe a exhorté les autorités de Zimbabwe à créer des conditions favorables aux investissements. Gérard Wolf, vice-président du comité Afrique du Medef International a mené une délégation de 12 dirigeants d'entreprises de l'énergie, la finance, les technologies de la communication et de l'agro-alimentaire -- dont Alstom, Bureau Veritas, Eutelsat, Freyssinet International, Oberthur Technologies, Vinci Construction-- qui doit rencontrer ministres et hommes d'affaires zimbabwéens pendant trois jours à Harare. Les échanges entre les deux pays sont très limités : quant aux investissements, très faibles, ils repartent timidement, notamment dans l'agriculture et avec la rénovation des stations-service Total.

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>