Juillet 2015
L Ma Me J V S D
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2



Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Vendredi, 31 juillet 2015

La Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture Belgique-Luxembourg-Afrique-Caraïbes-Pacifique (CBL - ACP) mènera une mission économique à Cuba du 26 au 30 août. La Chambre de commerce du Luxembourg qui est membre de la Chambre précédente fera également partie de la mission. Alors que les échanges entre le Luxembourg et Cuba ont été très limités au cours des 20 dernières années, la récente normalisation des relations entre les États-Unis et Cuba a ouvert la voie à un rapprochement international à la fois politique et économique.  Jeannot Erpelding, directeur des affaires internationales à la Chambre de commerce du Luxembourg, a exprimé que selon lui, il n'y avait qu'un intérêt très limité à faire des affaires avec Cuba, à cause de la proximité géographique de l'île avec les États-Unis.

En marge de la Foire internationale de Luanda, Paulo Varela, le président de la Chambre de commerce et d'industrie Portugal-Angola (CCIPA) a exprimé sa satisfaction quant à la nouvelle loi sur les investissements privés, qui a été approuvée cette semaine par le parlement angolais. Paulo Varela a déclaré : « Il est nécessaire d'investir dans le secteur productif angolais, ce qui requiert une stabilité législative, ainsi qu'un cadre financier stable et aussi simplifié que possible ». La nouvelle loi devrait rendre le processus plus « convivial » pour les sociétés. La loi angolaise avait auparavant fixé un seuil minimum d'un million USD pour les investissements privés. La nouvelle loi établit une participation minimum de 35 % pout les partenaires angolais ainsi qu'une autorisation d'investir.

Le président du Mozambique, Filipe Nyusi, a récemment appelé les entrepreneurs français à investir dans le secteur agricole du Mozambique lors de sa dernière visite officielle à Paris. Le Président a souligné les forces de la main-d'œuvre de son pays, qui pourrait servir de levier pour le secteur agricole. Une délégation française sera envoyée au Mozambique d'ici la fin de l'année pour explorer les opportunités de faire des affaires avec les entrepreneurs locaux. Les secteurs du gaz, des énergies renouvelables et des banques constituent également des secteurs importants pour les opportunités de faire des affaires à l'avenir.

Le ministre de la pêche, de l'agriculture, de l'alimentation et des forêts, Maurizio Martina, a confirmé l'engagement de l'Italie à contribuer à relancer l'agriculture angolaise. En marge du Forum des entreprises Angola-Italie, M. Martina a exprimé son intérêt à développer des partenariats entre les sociétés des deux pays après avoir signé avec son homologue angolais un mémorandum d'entente dans le secteur de l'agriculture. Le ministre italien a déclaré : « Nos modèles agricoles reposent sur les entreprises familiales et je pense que ces modèles peuvent être exporté en Angola. » Le ministre angolais de l'agriculture, Afonso Pedro Canga, s'est réjoui du soutien exprimé par son homologue italien pour la reprise économique et le développement d'une stratégie agricole en Angola.

En quoi la crise grecque dans l'UE peut-elle être une bonne nouvelle pour les échanges entre l'UE et le Nigeria ? Alors que la crise économique et financière internationale poursuit ses dégâts sur les économies avancées, telles que la Grèce, elle offre aux pays émergents des enseignements à tirer. Certains observateurs suggèrent qu'il est possible pour les marchés émergents, tels que le Nigéria, d'accroître leur pouvoir de négociation lorsqu'ils traitent avec les géants économiques, tels que l'UE, non seulement dans les négociations commerciales bilatérales mais également en termes d'augmentation des exportations à destination du bloc européen. Les conséquences de la crise grecque et les similarités observées entre les gouvernements endettés méritent d'être examinées avec la plus grande attention, d'autant plus que l'UE renforce sa présence sur le marché au Nigeria, qui fait partie des économies émergentes. En somme, les économies émergentes peuvent bénéficier d'un pouvoir d'achat supérieur, mais elles risquent également de perdre leur pouvoir de vente.

Cette semaine, la Communauté économique de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et l'Union européenne (UE) se sont réunies pour négocier l'Accord de partenariat économique (APE). L'expert et l'éminent diplomate caribéen, M. Sanders prononcera un discours d'ouverture à l'occasion de la conférence internationale sur l'APE EU-CEDEAO. Sa présence, en tant qu'ancien négociateur de l'APE Cariforum, a été grandement appréciée dans le contexte des négociations de l'APE CEDEAO. L'éditeur du journal Africa Today, M. Kayode Soyinka a déclaré : « Le Nigeria, et en particulier les membres de l'Association des fabricants du Nigéria (MAN), de l'Association nationale des commerçants nigérians (NANT), de l'Association nigériane des chambres de commerce, de l'industrie, des mines et de l'agriculture (NACCIMA), et bien évidemment les consommateurs pourront bénéficier de l'expérience caribéenne d'une personne aussi importante que M. Sanders au centre des négociations.

La crise laitière que traverse l’élevage en France, fait couler l’encre sur l’existence d’une crise plus grave au niveau européen. La crise européenne prend l’ampleur lorsque les Allemands et les Espagnols reprochant à la France des pratiques anticoncurrentielles : l’aide aux éleveurs, la préférence nationale accordée au lait français, aussi bien que le blocage de camions allemands et espagnols aux frontières. Mais l’effet domino gagne l’ensemble de l’Union et elle concerne également l’Angleterre, l’Ecosse, l’Irlande, la Belgique, l’Allemagne ou encore, la Lituanie et la Finlande. De nouvelles baisses sont par ailleurs annoncées pour le mois d'août aux Pays-Bas, au Danemark et en Allemagne. Pour certains, l’une des solutions pour gagner en compétitivité serait de se tourner vers de nouveaux marchés, notamment ceux des pays en développement et des pays émergents.

Le Président Macky Sall était en Italie pour l'Expo-Milano 2015, un des plus grands évènements mondiaux dont le thème est «Nourrir la planète, Énergie pour la vie». C’était une occasion inouïe pour lui de vendre la destination Sénégal aux investisseurs et de tendre encore la main au secteur privé. L’Expo-Milano a pour but de promouvoir le droit fondamental de l'Homme à l'accès à une nourriture saine, suffisante et équilibrée à travers 7 sous-thèmes : (i) la science pour la sécurité et la qualité alimentaire ; (ii) l'innovation dans la filière agroalimentaire ; (iii) la technologie pour l'agriculture et la biodiversité ; (iv) l'éducation alimentaire ; (v) la solidarité et la coopération alimentaire ; (vi) l'alimentation pour de meilleurs styles de vie ; (vii) l'alimentation dans les cultures et les ethnies. L'exposition universelle permet aux différentes nations et organisations de mettre en évidence leur savoir-faire dans les domaines technologique, industriel, commercial et artistique.

On estime que la pêche illicite, non déclarée et non règlementée (INN) priverait l'économie mondiale de $10 à 23 milliards, sans compter son impact sur l'aménagement des stocks halieutiques, soit une double préoccupation à l'échelle internationale. la FAO a négocié l'adoption en 2009 par ses Etats membres de l'Accord relatif aux mesures du ressort de l'Etat du port visant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche INN. Cependant, l'accord n’entra pas en vigueur lorsque 25 pays ont déposé leur instrument de ratification. A ce jour, l'accord compte 12 pays, une raison pour laquelle al FAO a convoqué une série d'ateliers dans toutes les régions du monde.

Jeudi, 30 juillet 2015

L'Espagne et le Curaçao ont signé un accord cadre de coopération technique pour renforcer la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). L'accord prévoit que les deux parties mettent en commun les données relatives à la pêche INN, notamment en ce qui concerne les outils utilisés pour le contrôle et l'inspection des activités de pêche. L'accord comprend également une composante axée sur la formation, selon laquelle les inspecteurs de pêche recevront une formation à la fois pratique et théorique. L'Espagne est l'un des principaux pays à prendre des mesures actives contre la pêche INN, et a été impliquée dans un grand nombre d'activités de coopération internationale (comme l'« Opération Sparrow » par exemple).

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>