Octobre 2014
L Ma Me J V S D
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2



Choisissez les catégories :
















s'inscrire au RSS  

External links
RSSVoir tous les RSS
dans une nouvelle fenêtre

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Vendredi, 17 octobre 2014

Les négociateurs de l'Union Européenne (UE) et de la Communauté d'Afrique de l'est ont signé jeudi un nouvel accord de partenariat économique (APE) entre les deux régions, a indiqué la Commission européenne dans un communiqué. "L'accord offrira de la sécurité juridique pour les entreprises et ouvrira une perspective à long terme en vue d'un un accès libre et illimité au marché de l'UE pour les produits en provenance du Burundi, Kenya, Rwanda, Tanzanie et Ouganda", selon ce communiqué. Le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, se réjouit de cet accord, conclu à quelques jours de la fin de son mandat. L'APE offre aux pays est-africains la garantie d'un accès en franchise de droits de douane et sans contingent, indépendamment de leur niveau de progrès économique. 

Jeudi, 16 octobre 2014

Le Kenya a signé un Accord de partenariat économique (APE) avec l'Union européenne (UE), qui permet aux exportateurs locaux de fleurs coupées et de produits horticoles de reprendre le commerce, a déclaré, mardi, le ministère des Affaires étrangères. Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Kenya a déclaré que l'APE a été signé à Bruxelles, en Belgique mardi, après un processus de négociation prolongée. «La conclusion réussie des négociations permettra au Kenya de continuer à profiter de l'accès gratuit et sans frais de douane au marché européen', a déclaré le ministère des Affaires étrangères. L'APE définira les futurs accords commerciaux entre les pays africains et européens et est considéré par l'UE comme un partenariat commercial plus réciproque.

Jusqu’à la récente réunion ministérielle de Bali de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le Cycle de Doha était totalement bloqué. En conséquence, de nombreux pays ont cherché à poursuivre leurs intérêts commerciaux ailleurs, en particulier par l’intermédiaire d’accords commerciaux préférentiels. Dans ce contexte, la formulation par les plus grandes économies développées de déclarations régionales de coopération et d’intégration – qualifiées d’« accords méga-régionaux » – est significative. Un Accord commercial préférentiel « méga-régional » est défini comme étant un accord qui implique trois pays ou plus ; qui comptent pour un quart du commerce mondial ou plus ; et qui entraîne des engagements profonds en matière de réglementation à l’intérieur des frontières. Aux fins de cette définition, seuls le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI) entre les États-Unis et l’Union européenne (UE) et le Partenariat transpacifique (PTP) entre les États-Unis et un certain nombre d’Etats américains et asiatiques répondent à ces critères. 

Les relations commerciales entre l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne (UE) ont connu un tournant décisif le 10 juillet 2014 à Accra par l’approbation définitive des Chefs d’état de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) de l’Accord de partenariat économique (APE). Ces derniers ont ainsi donné instruction aux Négociateurs en Chef d’ «engager rapidement le processus de signature de l’Accord et de sa mise en œuvre ».Cette décision politique est finalement l’aboutissement logique de la conclusion d’un accord qui a fait pendant longtemps l’objet de résistance au sein de la région de l’Afrique de l’Ouest et considéré aujourd’hui après plus d’une décennie d’âpres négociations comme « juste, équilibré et mutuellement profitable pour les deux parties ». Fort de ce constat, le défi est maintenant, au-delà des mots, de passer aux actes.

Mercredi, 15 octobre 2014

L’AFGEAN (Agricultural Fresh Produce Growers and Exporters Association of Nigeria) et le COLEACP ont participé ensemble à la troisième édition de l’EU-Nigeria Business Forum qui s’est tenu à Lagos les 22 et 23 septembre. Occasion pour les deux associations de présenter les actions d’assistance technique conduites conjointement depuis un peu plus d’un an auprès des producteurs et exportateurs du Nigéria et de rencontrer les différentes parties prenantes du secteur privé et du secteur public impliquées dans le développement de l’agriculture du Nigéria.

L’organe de règlement des différends de l’organisation mondiale du Commerce (OMC) a commencé le 29 août dernier l’examen de l’état de mise en œuvre de ses recommandations à l’endroit de la Communauté Européenne et les États-Unis d’Amérique à propos de leurs mesures distorsionnistes relatives respectivement au commerce des produits biotechnologiques et aux subventions. Les mesures non tarifaires (MNT) (mesures sanitaires et phytosanitaires, mesures techniques, certificats de conformité, et autres mesures techniques), visent la protection de la vie humaine, de la faune et de la flore. Mais, leur usage abusif, depuis la naissance de l’OMC (1994), donne à croire que les MNT constituent un protectionnisme déguisé de la part des occidentaux, et de ce fait, elles empêchent l’Afrique de s’intégrer économiquement dans la mondialisation.

Jeudi, 09 octobre 2014

L'Union européenne (UE) a exprimé vendredi sa confiance pour conclure les négociations avec l'Accord de partenariat économique (APE) avec la Communauté est- africaine (CEA) d'ici fin octobre. Le conseiller commercial de la Délégation de l'UE au Kenya Christophe De Vroey a affirmé à la presse que l'absence d'un accord coûte aux exportateurs kenyans environ un million de dollars en taxes d'importation chaque semaine. "Afin d'éviter les droits de douane, la CEA et l'UE fixe une nouvelle date pour finaliser les négociations commerciales", a déclaré Vroey vendredi.

Au Ghana, la division de la mise en quarantaine des végétaux (PQD) a décidé de lever l’interdiction d’exporter les légumes nationaux en direction de l’Union européenne (UE). La décision était intervenue après que Bruxelles ait menacé de sanctionner Accra suite à la présence de légumes infectés sur les marchés européens. Suite à l’annonce de la levée de cette interdiction Daniel Aladi, secrétaire général de l’association des exportateurs de légumes (AVE) a déclaré que son association allait s’assurer que les prochains chargements ghanéens ne reçoivent aucune notification de l’UE. 

Des directeurs généraux de grandes entreprises italiennes sont actuellement en Afrique du Sud dans le cadre d'un sommet italien. Cet événement a été organisé dans le but d'explorer les possibilités d'investissement dans les domaines de l'énergie, de la fabrication et de l'agro-industrie. Concernant l'énergie, les dirigeants transalpins prospectent afin d'éventuellement mettre en place des partenariats concernant la mise en place de réseaux intelligents.

Le Kenya et la Finlande devraient signer une convention de double imposition en vue de promouvoir les relations commerciales et d'investissement, a confirmé une émissaire finlandaise. L'ambassadrice de la Finlande au Kenya Sofie De-Emmesberger a déclaré à Xinhua que le projet d'accord a déjà été élaboré et attend l'approbation des deux pays. 

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>