Janvier 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Lundi, 23 octobre 2017

Le secrétariat de la Communauté caribéenne (CARICOM), basé au Guyana, a présenté quatre nouvelles plateformes en ligne visant à promouvoir le commerce et à développer le marché et l'économie uniques des Caraïbes (MEUC). Soutenue par l’Union européenne (UE), la CARICOM a lancé les registres en ligne des entreprises du bloc régional, le système d’information sur le marché du travail, ainsi que la plateforme CARREX avec son portail public en ligne. Le secrétaire général de la CARICOM, l’ambassadeur Irwin LaRoque, a expliqué lors de la présentation que les registres en ligne des entreprises permettront aux partenaires d’effectuer une recherche sur un nom et d’en réserver un en vue de l’enregistrement d’une entreprise, et leur donneront accès au paiement et à la signature électroniques.

Le ministre des affaires étrangères et de la promotion commerciale, Carmelo Abela, a annoncé l’ouverture prochaine d’une ambassade ou d’un haut-commissariat maltais en Afrique subsaharienne. Il s’agirait de la première mission menée par Malte dans cette région africaine, dans le but d’ouvrir « une porte d’entrée commerciale vers cette région d’Afrique ». Le ministre a précisé que trois pays étaient à l’étude et que la décision finale serait annoncée le mois prochain.

Un total de 25 banques et 66 candidats acquéreurs ont participé à l’accord de prêt pour l’achat de cacao avec le Conseil du cacao du Ghana (COCOBOD), a déclaré son CEO, Joseph Boahen Aidoo. Le COCOBOD a obtenu un crédit syndiqué de 1,3 milliard de dollars, à un taux d’intérêt de 0,65 %, pour acheter des fèves de cacao pour la saison 2017/2018. La cérémonie de signature, qui a eu lieu le mercredi 20 septembre à Paris, en France, a marqué le 25e anniversaire de l’implication du Ghana dans le financement des produits agricoles de base sur le marché international. Mercredi, peu après la signature de l’accord, M. Aidoo, s’est adressé aux médias à Accra par téléphone depuis Paris et s’est félicité de l’excellent taux d’intérêt.

Selon le secrétaire exécutif du Ghana Free Zones Board (GFZB), M. Michael Okyere Baafi, le GFZB a décidé de se renseigner sur les bonnes pratiques appliquées par d’autres agences de promotion des investissements internationaux dans le monde. M. Baafi a expliqué que, conformément à son mandat, le GFZB devait se tenir informé des tendances mondiales en matière d’investissements et des flux de capitaux autour des destinations d’investissement, et nouer des partenariats adéquats pour attirer les investissements stratégiques nécessaires.

Le président du Botswana, Ian Khama, a atterri à Malte le 1ère octobre pour une visite d’État, durant laquelle Malte et le Botswana ont signé un accord visant à éviter la double imposition. Le président a été accueilli par le ministre des affaires étrangères, Carmelo Abela.

Mercredi, 18 octobre 2017

Le Groupe français Somdiaa a annoncé fin septembre dernier qu’il a pris l’engagement, dans le cadre de sa Politique de Développement Durable, d’implémenter la récolte « en vert » dans certaines de ses filiales (Cameroun, Gabon, Côte d'ivoire), en particulier dans la filière sucrière. « La récolte en vert, explique Somdiaa, présente de nombreux avantages parmi lesquels, la réduction du recours aux engrais chimiques grâce à la biomasse (pailles résiduelles) issue de la récolte.» L’agro-industriel français espère qu'à travers cette technique culturale, il y aura une diminution également du recours aux herbicides, à l’érosion des sols et aux émissions de CO2 dans l’atmosphère.

Madagascar accueille en ce moment au Carlton la sixième réunion du comité Accord de partenariat économique (APE), réunissant tous les cinq pays signataires de l’accord dans les régions Afrique orientale, australe et océan Indien (AFOAOI). Les impacts positifs de l’Accord de partenariat économique avec l’ Union européenne et les obstacles qui font barrière au développement des échanges sont discutés pendant les deux jours de réunion, dans le cadre de la sixième réunion du comité APE. La mise en vigueur de l’APE depuis 2012 a permis une importante hausse des échanges entre Madagascar et les pays de l’Union européenne.

Avec la disparition depuis le 30 septembre des quotas sur la production et l'exportation du sucre, l'Union européenne, jusque-là importatrice, va devenir exportatrice. Les producteurs africains, déjà confrontés à des cours particulièrement bas, vont devoir faire face à cette nouvelle concurrence. Depuis le 30 septembre, il n’existe plus de limite à la production et à l’exportation de sucre au sein de l’Union européenne. Cette décision prise par Bruxelles mi-2014, dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune, n’est pas sans conséquence pour les pays africains, qui vont voir leurs productions locales concurrencées par le sucre européen.

Lundi, 16 octobre 2017

En octobre, un éventail de producteurs de nourriture et de boissons des Caraïbes ont mis le cap sur le plus grand salon alimentaire du monde, le salon ANUGA, à Cologne, en Allemagne. Le salon, qui rassemble quelque 7000 exposants issus de plus de 100 pays et attire près de 200 000 visiteurs, a accueilli huit producteurs caribéens sous le pavillon Cuisine des Caraïbes, érigé par l’agence de développement des exportations des Caraïbes (Caribbean Export). « La nourriture et les boissons forment une composante essentielle de la culture caribéenne et connaissent une forte demande sur des marchés européens. Les entreprises choisies pour exposer lors de cette édition du salon ANUGA sont des exemples de la qualité et de l’innovation nécessaires pour exporter avec succès », a souligné Pamela Coke-Hilton, directrice exécutive de Caribbean Export.

Dans le cadre de ses efforts déployés pour avoir accès aux marchés du Royaume-Uni (RU) et de l’Union européenne (UE), l’organe d’investissement du Botswana, le Botswana Investment and Trade Centre (BITC), a lancé une croisade pour exploiter le marché d’outre-mer. Le directeur exécutif de la section « International Business » du BITC dans l’Union européenne, Moemedi Mokgosi, a révélé que les exportateurs qualifiés et potentiels qui souhaitent exporter vers le marché du Royaume-Uni et de l’Union européenne avaient été invités à soumettre le profil de leur entreprise mis à jour. Mokgosi a expliqué que ces documents devraient contenir des informations relatives aux produits, à l’échelle d’exploitation, aux pays visés pour les opérations dans l’UE et aux principales informations de contact pour le profilage et l’appariement.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>