Avril 2017
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 04 septembre 2009
Cette note documentaire situe le contexte d’une série de décisions qui seront prises dans la deuxième moitié de 2009 sur l’architecture et la dotation en personnel des structures de la Coopération pour le développement de l’Union européenne et explore d’éventuelles options. Elle a été préparée dans le cadre du Programme de soutien à la coopération pour le développement européen (EDCSP). La note documentaire donne d’éventuels modèles pour la future coopération pour le développement de l’UE, ainsi qu’un ensemble de principes pour la conception d’une nouvelle Commission européenne. Des séries de décision seront prises dans la deuxième moitié de 2009 sur l’architecture et la dotation en personnel des structures de la Coopération pour le développement de l’UE.
Le Ministère de l’Agriculture et de la pêche jamaïcain, la Commission européenne (CE) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont signé un protocole d’accord, le lundi 24 août, consacrant 5,9 millions d’euros dans une initiative de facilité alimentaire, en conformité avec le programme de sécurité alimentaire du gouvernement. Le protocole d’accord a été signé par le ministre de l’agriculture et de la pêche, l’Honorable Dr. Christopher Tufton; le chef de la Délégation de la CE à la Jamaïque, l’Ambassadeur Marco Mazzocchi Alemanni; et le représentant de la FAO à la Jamaïque, aux Bahamas et à Belize, le Dr. Dunstan Campbell. La signature a eu lieu au Ministère à Kingston. Les fonds seront déboursés sur une période de deux ans, avec l’assistance technique du bureau local de la FAO.
Jeudi, 03 septembre 2009
La Communauté de l’Afrique orientale commerce 'librement' avec l’UE — sans accord contraignant  — suite à l’expiration d’un accord intérimaire et à l’incapacité des deux parties négociant à conclure un accord de partenariat économique exhaustif. L’accord intérimaire conclu en novembre dernier devait éviter l’interruption des échanges suite à la décision de l’Organisation mondiale du commerce de ne pas renouveler l’Accord de Cotonou arrivé à expiration en décembre 2007. Depuis un an et demi, l’UE et la Communauté de l’Afrique orientale, ainsi que les blocs commerciaux d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur la voie à suivre avant la date butoir fixée au 31 juillet pour la signature d’un accord de partenariat économique.
Mardi, 01 septembre 2009
Le rapport de Concord fait partie du travail entrepris par les ONG européennes de développement pour surveiller et défendre l’aide européenne. Il indique que certains pays fournissent une aide fondée sur leurs propres priorités et non sur celles des pauvres, tout en s’attaquant aux symptômes et non aux causes. Il ajoute qu’il est prouvé que lorsque l’aide est fournie correctement, elle se révèle essentielle dans l’amélioration des conditions de vie des pauvres dans les pays développés.
Pour élargir ses relations internationales, la Finlande a noué des relations diplomatiques avec le Commonwealth de la Dominique. Suite à cette décision prise par le Président de la République, l’Ambassadeur Jaakko Laajava, ambassadeur de Finlande au Royaume Uni basé à Londres, et le Haut Commissaire intérimaire Agnes Adonis du Commonwealth de la Dominique ont signé le communiqué conjoint ratifiant les relations diplomatiques. En accord avec les principes de la politique étrangère de la  Finlande, l’objectif est d’établir des relations diplomatiques avec l’ensemble des états reconnus par la  Finlande.
Le Secrétariat de la Communauté du Pacifique (SCP) recevra 4 millions € sur une période de cinq ans pour la mise en œuvre du projet. Lors de la réunion en 2006 des responsables des services d’agriculture et de la forêt des îles du Pacifique, il a été demandé à la division ressources de la terre du SCP de soumettre une proposition à l’UE pour financer un projet pilote, le Facilitating Agricultural Commodity Trade (FACT). Le responsable de l’équipe FACT, le Dr Lex Thomson, a indiqué que la proposition qui a été adoptée l’année dernière est née du désir des nations insulaires du Pacifique d’accroître leurs échanges de produits agricoles et de la forêt afin de réduire les déficits commerciaux, d’alléger la pauvreté rurale et d’enrayer le mouvement vers les villes.
Les Européens renforcent la pression sur les pays africains pour signer l’Accord de partenariat économique controversé (APE). Mais les experts le déconseillent. Ils déclarent qu’il favorise l’Europe seule et qu’une évolution interne devrait permettre le développement économique en Afrique. Mais les nouvelles qui filtrent à l’extérieur indiquent que le sous-continent d’Afrique de l’ouest est sur le point de signer l’accord. M. Badejo Abikoye, directeur du commerce au ministère du commerce et de l’industrie du Nigeria a déclaré au Daily Trust que les négociations se poursuivent et que toutes les parties ont accepté de signer un accord « partiel » qui ne porte que sur le commerce des produits.
Un certain nombre d’organisations de la société civile namibienne, ainsi que la Chambre de Commerce et d’Industrie namibienne (NCCI), ont soutenu la décision du gouvernement de ne pas signer l’Accord de partenariat économique intérimaire (APE-I) avec l’UE, face aux préoccupations soulevées par la discorde engendrée entre les Etats membres de l’Union douanière d’Afrique australe (SACU). «Les appels des organisations de la société civile namibienne et de la NCCI pour que le gouvernement ne signe pas l’accord intérimaire en l’état actuel sont bien fondés», déclare Wallie Roux, analyste indépendant de la politique commerciale namibienne, dans un article du journal New Era de Namibie.
L’Union européenne a signé un accord de partenariat économique (APE) intérimaire avec des pays du groupe régional d’Afrique orientale et australe (AfOA) –la République de Maurice, les Seychelles, le Zimbabwe et Madagascar. Les Comoreset la Zambie ont indiqué qu'ils signeront à une date ultérieure. L’accord a été signé à Grand Baie, île Maurice, par Catherine Ashton, commissaire européenne chargée du commerce, et Gunnar Wieslander, vice-ministre suédois du commerce, au nom de l’UE. L’accord offre aux pays signataires de l’AfOA un accès immédiat et sans restriction aux marchés de l’UE (avec des périodes de transition pour le riz et le sucre), ainsi que des règles d’origine améliorées.
Mercredi, 26 août 2009
Une nouvelle étude sur le commerce des fruits indique que l’aide permettant aux producteurs de bananes des pays pauvres d’améliorer les rendements et l’efficacité pourrait leur offrir plus qu’un accès amélioré aux marchés de l’exportation. D’après l’étude de Giovanni Anania, professeur d’économie à l’université de Calabre en Italie, les exportateurs des pays d’Amérique latine relativement plus efficaces ainsi que ceux d’anciennes colonies européennes pauvres des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), bénéficieraient d’un accord sur les bananes rattaché à un accord commercial international plutôt que d’un simple pacte.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>