Juin 2017
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Lundi, 29 mai 2017

Les représentants de la Commission économique pour l'Afrique (ECA) et de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) se sont réunis à Addis-Abeba le 10 mai 2017 et ont convenu d'une feuille de route pour la mise en œuvre de l'accord de partenariat signé entre les deux entités Janvier 2017. Au cours de la réunion, qui s'est tenue sous le thème «Réaliser la transformation de l'agriculture en Afrique», les participants ont identifié et approuvé quatre domaines clés du programme, notamment l'amélioration de l'esprit d'entreprise rural et de l'emploi pour les jeunes et les femmes; Faire face à la dégradation et à la pénurie des ressources naturelles, aux conflits et aux migrations; Mettre fin à la faim, à la nutrition et à la pauvreté en Afrique; Et une réponse efficace aux changements climatiques.

Les chefs d'État de l'Afrique de l'Est ont convenu conjointement que les membres de l'EAC qui n'ont pas signé l'accord de partenariat économique UE-EAC (EPA) ne devraient pas le faire en attendant des précisions sur les questions litigieuses qui ont été soulignées dans l'accord. Dans un communiqué conjoint des Chefs du Sommet de l'EAC à Dar es-Salaam le week-end dernier, les présidents ont déclaré que le nouveau président du président ougandais Yoweri Museveni avait pour mandat de rejoindre l'UE dans un mois pour communiquer la décision de l'EAC. Si une solution acceptable est Non atteint avec l'UE au cours des six prochains mois, le président, en collaboration avec le Conseil des ministres, devrait explorer l'utilisation de la géométrie variable dans la mise en œuvre de l'APE par les États membres de l'EAC.

Le président tanzanien, John Magufuli, a décrit l'accord de partenariat économique (EPA) comme une «forme de colonialisme», ce qui a permis de réduire le risque de signature de l'accord avec l'Union européenne (UE). "C'est mauvais pour notre pays", a déclaré le Dr Magufuli. S'adressant à une conférence de presse conjointe avec le président ougandais Yoweri Museveni à la Maison de l'Etat, le Dr Magufuli a désavantagé les APE, qui visent à créer une zone de libre échange entre l'UE et le Groupe d'Etats d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Son homologue ougandais a averti les pays africains que L'EPA pourrait rompre son unité. "Il vaut mieux que la signature de l'accord soit mise à l'écart jusqu'à ce que de nouvelles consultations soient menées".

Les agriculteurs zimbabwéens savent-ils qu'ils sont assis sur un potentiel de 60 millions de dollars de gains par an provenant des exportations de boeuf? Cet argent peut être réalisé en ajoutant de la valeur à la production animale. Scholar Blasio Mavedzenge et ses collègues de recherche Ian Scoones, Felix Murimbarimba et d'autres en 2010 ont noté que, avec le bon environnement, les incitations et les structures de soutien, les petits exploitants agricoles peuvent être utilisés pour lancer la réhabilitation de la production commerciale de boeuf.

Les leaders du Groupe des Sept (G7) dans son «Communiqué de Taormina» ont souligné que «la sécurité, la stabilité et le développement durable de l'Afrique sont des priorités élevées». Mais il n'a pas encore répondu à l'appel spécifique du secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à la nécessité d'investir dans les jeunes, avec des investissements renforcés dans la technologie et l'éducation et le renforcement des capacités en Afrique. Le sommet du G7 de deux jours en Italie, auquel ont également pris part les dirigeants de six autres pays industriels - la Grande-Bretagne, le Canada, la France, l'Allemagne, le Japon et les États-Unis, a conclu le 27 mai à Taormina, une ville située au sommet d'une colline sur la côte est de Sicile, Italie.

Vendredi, 26 mai 2017

Le gouvernement fédéral a-t-il laissé la prospérité sur la table en refusant de signer l'accord de partenariat économique? Plus tôt ce mois-ci, à Kaduna, une journée où Facebook prévoyait des précipitations tardives, l'ambassadeur de l'Union européenne (UE) au Nigeria et la CEDEAO (La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest), M. Michel Arrion a pris le podium lors d'un séminaire sur le commerce et l'investissement pour La communauté des entreprises de Kaduna. La crème de la crème de la main-d'œuvre industrielle de l'État, les fabricants et les propriétaires d'entreprises étaient présents. Arrion, une grande présence majestueuse, était enchanteur. L'objectif principal du séminaire était d'aider la communauté des affaires de Kaduna à voir la beauté glorieuse de l'Accord de partenariat économique (EPA), un accord commercial négocié et achevé sur une période de 14 ans entre l'UE et la CEDEAO, mais que le gouvernement nigérian avait échoué Pour vous connecter.

Le gouvernement camerounais lancera bientôt un programme de développement pour son secteur horticole, financé par le 11ème Fonds européen de développement (FED), nous avons appris à la fin d'un atelier organisé à Douala les 16 et 17 mai. La réunion, nous l'avons appris, a été conçue pour identifier les leviers sur lesquels il faut agir, pour donner une impulsion au développement de l'horticulture au Cameroun. Étiqueté "Fit For Market" (FFM), ce programme est destiné à soutenir les secteurs horticoles dans les pays Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP), dont les principaux produits horticoles exportés vers les territoires de l'Union européenne sont de plus en plus demandés.

La Communauté de l'Afrique de l'Est est divisée sur la signature d'un accord commercial clé avec l'Union européenne. ALON MWESIGWA explique comment l'accord de partenariat économique UE-EAC (EPA) affecterait la région. Il est midi dimanche et Tom Sajje organise son filet de pêche à Kitooro, sur les rives du lac Victoria, préparant le voyage du soir pour pêcher. "Ces jours-ci, nous nous battons pour obtenir du poisson, il n'est plus aussi disponible qu'il l'était", a déclaré Sajje, se référant à la diminution du stock de poissons dans le lac. Sajje, qui utilise clairement des méthodes archaïques, dit qu'ils n'ont pas été Ont beaucoup aidé à améliorer leurs méthodes de pêche et leur bien-être général. Des gens comme Sajje ont une mention spéciale dans l'accord commercial UE-EAC EPA. Il promet "assurer la préservation et la priorité des besoins particuliers de la pêche artisanale / de subsistance".

"Nous croyons que pour aider un ami et fournir de l'aide, il doit être sans conditions", a déclaré M. Lopez dans une interview samedi soir lors d'une réunion des ministres du commerce Asie-Pacifique à Hanoi, au Vietnam. "Nous apprécions toute aide, mais nous demandons simplement qu'il n'y ait pas de conditions", a-t-il déclaré. "Nous ne voudrions tout simplement pas être remis en question et nous suivons le principe de la non-ingérence et de l'indépendance dans la politique étrangère". Les Philippines ont déclaré à l'UE qu'il n'accepterait plus de nouvelles subventions de développement, ce qui pourrait signifier dépasser environ 250 millions d'euros (280 $ Million) dans l'assistance, à moins qu'ils ne contiennent pas de liens. L'UE a critiqué la guerre contre les drogues du président Rodrigo R. Duterte, qui a entraîné la mort de milliers de concessionnaires suspects et sa réintroduction prévue de la peine de mort.

Le volume maximal de riz que les commerçants privés peuvent expédier annuellement demeurera à 805 200 tonnes jusqu'en 2020, le tarif étant également maintenu à 35%, la commande signée par le président Rodrigo R. Duterte le 27 avril a été affichée. Les Philippines, l'un des principaux importateurs mondiaux de riz, devraient lever la restriction des importations avant le 1er juillet de cette année en accord avec l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Il n'était pas tout à fait clair si Manille doit demander une autre renonciation à l'organisme de commerce de son obligation d'ouvrir le marché national du riz. En 2014, Manille a remporté l'approbation de l'OMC pour une renonciation mais, dans le cadre de l'accord, elle s'est engagée à augmenter le volume annuel des importations de 350 000 tonnes et à réduire le tarif du riz de 40%. Le secrétaire à l'agriculture, Emmanuel F. Piñol, qui croit que les Philippines pourraient être autosuffisants dans la production de riz d'ici à 2020, ont demandé une extension de deux ans de la restriction, affirmant que les agriculteurs locaux ne sont pas prêts à concurrencer les importations peu coûteuses.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>