Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Commerce ACP-UE
Décembre 2018
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mercredi, 30 septembre 2009

Le nouveau numéro de Partenariat (n.103), la lettre d'information électronique du CDE, contient des articles, entre autres, sur:
- Interview de Victor G. Ndiaye: "Il faut s’engager résolument dans une relation de partenariat et de transfert de technologie avec les PME africaines"
- BIO et le CDE renouvellent leur accord-cadre de collaboration
- République Démocratique du Congo: le Programme d'appui au secteur privé
- Caraïbes: valorisation des filières agricoles en grappes
- République Dominicaine: assistance technique du CDE à une PME de production de fleurs
- Seychelles: l’Association des artisans-pêcheurs lance son site internet
- Afrique de l’Ouest: renforcement et mise en réseau des capacités de consultance en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso
- Rwanda: assistance technique à une coopérative de production de fleurs.

Mardi, 29 septembre 2009

Les ministres et les ordonnateurs nationaux des Etats ACP membres du COMESA, de la CAO, de l’IGAD et de l’OIC, leurs administrateurs généraux, et des hauts responsables de la Commission européenne ont organisé une réunion de deux jours les 14 et 15 septembre 2009 à Lusaka, capitale de la Zambie. La réunion conjointe à haut niveau était organisée sur le thème «Améliorer la mise en œuvre dans le programme d’intégration régionale de la région AOA–OI». La réunion a discuté des évolutions récentes de l’intégration régionale en Afrique orientale et australe et dans la région de l’Océan Indien, et plus particulièrement de l’utilisation du financement de la CE pour l’intégration régionale.

Le Dr. Len Ishmael, Directeur Général de l’Organisation des Etats de l’est des Caraïbes (OECS), était en visite en Finlande les 14-15 septembre, accueilli par le Ministre des Affaires étrangères. Len Ishmael, originaire de St. Lucie, dirige l’Organisation des Etats de l’est des Caraïbes (OECS), formée de neuf états insulaires de l’est des Caraïbes. Créé en 1981, l’organisation a développé la coopération entre les états membres pour que les pays disposent d’une Union monétaire et d’une banque centrale communes, réalisent une coopération étroite entre les systèmes judiciaires respectifs, et des efforts pour une collaboration politique plus étroite. En tant que représentant des petits états insulaires, le Directeur Général Ishmael espère une aide plus particulièrement pour des dispositions sur le changement climatique et sur l’allègement de ses conséquences.
Les membres de la communauté tanzanienne des affaires ont été encouragés à tirer parti des opportunités offertes par l’Accord de partenariat économique (APE) pour soutenir leurs entreprises et dynamiser l’économie du pays. Ils doivent également apporter leur appui à l’accord, a déclaré M. Tamim Amijee, conseiller en développement du secteur privé auprès de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de la Tanzanie (TCCIA), antenne de Mwanza. Ils pourraient, selon lui, obtenir un financement de l’Union européenne et des avantages du régime commercial ACP s’ils élaboraient des «business plans» raisonnables. Une enveloppe de 555 millions d’euros a été réservée par l’UE à la Tanzanie, a-t-il indiqué.
Lundi, 28 septembre 2009
"Pourquoi devrions-nous nous livrer à l'invasion des produits européens fortement subventionnés? Quel sera l'impact des sorties de capitaux du fait de services stratégiques tels que les télécommunications, le port, l'énergie et l'eau en cours de libéralisation et de privatisation dans l'intérêt des entreprises européennes?" Telles sont les questions auxquelles 'Rezistans ek Alternativ', un mouvement politique mauricien, veut des réponses après que le gouvernement de son pays, ainsi que Madagascar, les Seychelles et le Zimbabwe, ont signé un accord provisoire de partenariat économique (APE) avec la Communauté européenne à la fin du mois dernier. Ils ont demandé d’organiser une session extraordinaire du parlement pour débattre de l'accord.
La négociation d’un accord de partenariat économique (APE) entre l’Union européenne et les Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) pour remplacer les dispositions commerciales de l’Accord de Partenariat de Cotonou (APC) a été controversée et a donné lieu à de nombreuses (et parfois violentes) revendications sur les effets possibles sur le développement. Jusque là ces arguments ont été spéculatifs car les derniers détails des accords étaient inconnus. Mais actuellement, suite à la conclusion d’un APE complet avec la région du CARIFORUM et des APE intérimaires (APEI) avec certains états d’Afrique et du Pacifique, il est possible d’analyser pour la première fois ce qui a été convenu et d’évaluer les effets potentiels sur le développement.
Deux grands producteurs de sucre mauriciens cotés à l’indice de référence SEMDEX et MDEX ont confirmé leurs plans de fusion d’ici la fin de l’année. Le secteur du sucre est un des piliers séculaires de l’économie de 9 milliards de dollars annuels de cette île de l’Océan Indien. Il investit des centaines de millions de dollars pour produire du sucre raffiné au moment où l’Union européenne baisse le prix garanti appliqué aux exportations des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Dans des annonces faîtes à leurs actionnaires, Mon Desert-Alma Limited MDAO.MZ (MDA) et Savannah Sugar Estates Company SVAO.MZ (SAV) ont dévoilé la fusion en précisant qu’elle restait soumise à l’approbation des régulateurs et des actionnaires. Les deux communiqués ont indiqué que SAV sera l’entité résultant de cette fusion.
Le Collectif international d'appui aux travailleurs de la pêche (ICSF) a lancé un site internet visant à informer et à influencer la réforme de la politique de la pêche dans l’Union européenne en faveur de la pêche artisanale. La réforme de la politique commune de la pêche (PCP) de l’UE se produit une fois tous les dix ans. La révision et le processus de réforme actuels sont les troisièmes de l’histoire de la PCP instaurée en 1983, et révisée en 1992 et 2002.
André Dellevoet, Directeur Exécutif du Fonds d’Appui Africain pour le Développement de l’Entreprise, est notre invité de la semaine. Il nous explique les principaux objectifs, le financement et l'éligibilité du Fonds dont le but est de catalyser les entrepreneurs du secteur privé en Afrique à innover et à trouver des moyens rentables d'améliorer l'accès au marché et au fonctionnement pour les pauvres - en particulier dans les zones rurales. Les donateurs ayant déjà accepté de contribuer à l’AECF sont la Banque africaine de développement (BAD), le Groupe consultatif d’assistance aux plus pauvres (GCAP), le Département britannique pour le développement international (DfID), le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) et le ministère néerlandais des Affaires étrangères. D’autres donateurs pourraient s’y ajouter. Jusqu’à présent, le fonds dispose d’un capital de départ de 36 millions USD. L’objectif est de parvenir à 100 millions USD en 3 ans.
Mardi, 22 septembre 2009
Le site internet de la FBOA (Fishing Boat Owners’Association) des Seychelles est désormais accessible en ligne. Le site a été mis en place par la SFA (Seychelles Fishing Authority) avec le concours technique du CDE. Il permet de promouvoir les produits de la pêche artisanale seychelloise dans le cadre du projet de valorisation des produits de la pêche aux Seychelles.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>