Août 2017
L Ma Me J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Jeudi, 15 juin 2017

La chancelière allemande Angela Merkel a souligné l'importance de lutter contre la pauvreté en Afrique afin de freiner l'écoulement massif des migrants vers l'Europe. Merkel a fait des liens avec l'Afrique au centre de la présidence allemande du G20. Réduire la pauvreté et les conflits en Afrique ont été les principaux sujets soulevés par la chancelière allemande Angela Merkel lundi alors qu'elle rencontrait des dirigeants africains avant le sommet du groupe des 20 (G20) du mois prochain. Les dirigeants de l'Union africaine de Guinée, d'Egypte, de Côte d'Ivoire, Le Mali, le Ghana, la Tunisie, le Rwanda et d'autres pays se sont réunis à Berlin pour discuter d'un soi-disant «compact avec l'Afrique». L'initiative vise à faire équipe avec les pays africains qui se sont engagés dans des réformes économiques avec des investisseurs privés qui proposeraient des emplois et des entreprises.

Le gouvernement de la Gambie a lancé un projet de 11,4 millions de dollars US, financé par l'Union européenne, pour améliorer la sécurité alimentaire et réduire la croissance du retard de croissance chez les enfants dans les régions de North Bank, Lower River, Central River et Upper River. Le projet de 30 mois, mis en œuvre conjointement par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), a été lancé jeudi à Kairaba Beach Hotel. Il serait mis en œuvre en étroite collaboration avec le ministère de l'Agriculture (et ses unités spécialisées), l'Agence nationale de nutrition, le Ministère de la santé, l'Agence nationale pour la gestion des catastrophes, la Société de la Croix-Rouge de Gambie, les organisations paysannes et la Santé des femmes, ONG de productivité et d'environnement (BAFROW).

La stratégie sud-africaine de poursuite d'une politique de "commerce de développement", dans laquelle les accords commerciaux avec d'autres pays et régions favorisent spécifiquement la croissance, l'emploi et la modernisation industrielle du pays sont compromis par des règles, des marchés et des pouvoirs commerciaux inégaux qui favorisent les pays industriels. Cependant, la politique de «commerce de développement» de l'Afrique du Sud est souvent entachée de compromissions autodestructrices envers les partenaires commerciaux, de mauvaises stratégies et de comportements corrompus par les dirigeants. La croissance de l'exportation de l'Afrique du Sud au cours des deux dernières décennies a été d'au moins 11% plus lente que ses concurrents, l'Inde, le Brésil et la Chine. La plupart des exportations sud-africaines restent des matières premières.

Lorsqu'il décollera complètement, le Bureau de négociation sur le commerce (NOTN), récemment approuvé, est de conseiller le gouvernement fédéral sur la meilleure façon de régler l'accord de partenariat économique litigieux (EPA), le ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Investissement, le Dr Okechukwu Enelamah a déclaré. Le Conseil exécutif fédéral (FEC) a récemment approuvé la création de NOTN pour servir de pivot à la négociation d'accords commerciaux bilatéraux et multilatéraux entre le Nigeria et d'autres pays et agences.

Les pays AFRIQUE, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ont défendu leur commerce avec la Chine rejetant les allégations selon lesquelles le pays asiatique veut exploiter le continent de ses ressources. L'ACP a répondu aux critiques formulées par des représentants de l'Union européenne lors de la 45ème session de l'Assemblée parlementaire des Caraïbes africaines et du Pacifique (ACP) et des réunions intersessions de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE qui s'est tenue à Bruxelles en Belgique en mars. Selon un rapport sur les rencontres présentées au Parlement la semaine dernière par le législateur central de Masvingo, M. Daniel Shumba, les pays ACP ont soutenu que le commerce avec le géant économique asiatique était plus durable contrairement à l'aide de l'UE, ce qui implique des procédures de réduction lourdes.

La chancelière allemande Angela Merkel doit être applaudie pour avoir placé un nouveau partenariat du G20 avec l'Afrique à l'ordre du jour du prochain Sommet du G20. La conférence qu'elle organise cette semaine à Berlin avec plusieurs dirigeants africains devrait être son premier bloc de construction. En tant qu'africains et investisseurs, nous partageons son point de vue sur le potentiel des nombreuses économies émergentes d'Afrique. Mais il y a de grands risques si nous ne saisissons pas ce potentiel positivement. La population du continent a doublé depuis 1985 et reculera à 2,5 milliards d'ici 2050. Il faut vingt-deux millions de nouveaux emplois chaque année. D'ici 2050, deux sur cinq de la jeunesse mondiale seront africaines, dépassant de 10 à une majorité les jeunes de l'Union européenne.

Jeudi, 08 juin 2017

Les entreprises agricoles et alimentaires de l'UE peuvent payer un gros prix pour Brexit si de nouvelles barrières commerciales apparaissent et diminuent l'appétit britannique pour des produits comme le cheddar irlandais, le vin français et le bacon danois, les experts et les défenseurs les avertissent. Le coup d'envoi de l'alarme est le principal syndicat européen des agriculteurs, le Copa-Cogeca, qui a publié un rapport préliminaire de 156 pages un mois après que la Grande-Bretagne l'ait formellement informé à la fin mars, il se retirera du bloc. "Les agriculteurs ne devraient pas avoir à payer le prix d'une décision politique", a averti le président de Cogeca, Thomas Magnusson, en ce qui concerne le risque de barrières commerciales post-Brexit comme les tarifs douaniers. Les agriculteurs des 27 autres États de l'Union européenne pourraient avoir du mal à exporter vers un marché aussi important que la Grande-Bretagne, un importateur net, si Londres et Bruxelles ne parviennent pas à conclure un accord de libre-échange après le Brexit.

Les éleveurs dans les zones communales du pays devraient stimuler financièrement, avec le lancement d'un programme de subventions de l'Union européenne «Soutien au secteur de l'élevage dans les zones communales du nord de la Namibie» qui durera six ans pour 20 euros million. Le programme sera lancé sous un créneau au 8ème Congrès ordinaire de l'Union nationale des agriculteurs de Namibie (NNFU) qui se déroulera à Opuwo à l'Hôtel Le Manoir le vendredi 9 juin sous le thème: «Transformation de l'agriculture sans propriété de propriété: clé À la création de richesse et à la prospérité ". Lors de l'événement, SE le président Hage G. Geingob prononcera l'allocution principale, tandis que le chef de la délégation européenne en Namibie, Jana Hybaskova et l'hon. John Mutorwa, ministre de l'Agriculture, de l'Eau et des Forêts, lancera le programme de l'UE

Le gouvernement turc a réaffirmé son engagement envers le continent africain par le biais de partenariats économiques et politiques. Le pays européen veut également avancer sur un modèle de coopération économique avec l'Afrique basé sur un scénario «gagnant-gagnant» plutôt que sur un jeu à somme nulle qui produit des gagnants et des perdants. Le commerce entre la Turquie et l'Afrique connaît une croissance rapide et atteint 16,8 milliards de dollars EU en 2016. Ce chiffre montre que le commerce avec l'Afrique a été multiplié par quatre par rapport à ses indicateurs commerciaux de 2003. La Turquie a du mal à pénétrer sur le marché africain parce qu'elle n'est pas membre de l'Union européenne.

L'Union européenne a signé deux accords de financement pour un montant total de 68 millions d'euros pour financer la mise en œuvre de deux programmes dans la région du COMESA. Ceux-ci sont; Programme de facilitation du commerce (53 millions d'euros) et du programme de commerce transfrontalier à petite échelle (15 millions d'euros). L'ambassadeur de l'Union européenne en Zambie et représentant à COMESA, H.E. Alessandro Mariani et le secrétaire général du COMESA, Sindiso Ngwenya, ont signé les deux accords. Les fonds font partie de l'enveloppe spécifique du COMESA de 85 millions d'euros fournie par l'Union européenne dans le cadre du 11ème programme indicatif régional du Fonds européen de développement européen (EDF) pour l'Afrique de l'Est , Région de l'Afrique australe et de l'océan Indien (EA-SA-IO), signée en juin 2015 pour la période 2014-2020.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>