Teknoloji Haberleri Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Commerce ACP-UE
Août 2018
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mercredi, 18 octobre 2017

Madagascar accueille en ce moment au Carlton la sixième réunion du comité Accord de partenariat économique (APE), réunissant tous les cinq pays signataires de l’accord dans les régions Afrique orientale, australe et océan Indien (AFOAOI). Les impacts positifs de l’Accord de partenariat économique avec l’ Union européenne et les obstacles qui font barrière au développement des échanges sont discutés pendant les deux jours de réunion, dans le cadre de la sixième réunion du comité APE. La mise en vigueur de l’APE depuis 2012 a permis une importante hausse des échanges entre Madagascar et les pays de l’Union européenne.

Avec la disparition depuis le 30 septembre des quotas sur la production et l'exportation du sucre, l'Union européenne, jusque-là importatrice, va devenir exportatrice. Les producteurs africains, déjà confrontés à des cours particulièrement bas, vont devoir faire face à cette nouvelle concurrence. Depuis le 30 septembre, il n’existe plus de limite à la production et à l’exportation de sucre au sein de l’Union européenne. Cette décision prise par Bruxelles mi-2014, dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune, n’est pas sans conséquence pour les pays africains, qui vont voir leurs productions locales concurrencées par le sucre européen.

Lundi, 16 octobre 2017

En octobre, un éventail de producteurs de nourriture et de boissons des Caraïbes ont mis le cap sur le plus grand salon alimentaire du monde, le salon ANUGA, à Cologne, en Allemagne. Le salon, qui rassemble quelque 7000 exposants issus de plus de 100 pays et attire près de 200 000 visiteurs, a accueilli huit producteurs caribéens sous le pavillon Cuisine des Caraïbes, érigé par l’agence de développement des exportations des Caraïbes (Caribbean Export). « La nourriture et les boissons forment une composante essentielle de la culture caribéenne et connaissent une forte demande sur des marchés européens. Les entreprises choisies pour exposer lors de cette édition du salon ANUGA sont des exemples de la qualité et de l’innovation nécessaires pour exporter avec succès », a souligné Pamela Coke-Hilton, directrice exécutive de Caribbean Export.

Dans le cadre de ses efforts déployés pour avoir accès aux marchés du Royaume-Uni (RU) et de l’Union européenne (UE), l’organe d’investissement du Botswana, le Botswana Investment and Trade Centre (BITC), a lancé une croisade pour exploiter le marché d’outre-mer. Le directeur exécutif de la section « International Business » du BITC dans l’Union européenne, Moemedi Mokgosi, a révélé que les exportateurs qualifiés et potentiels qui souhaitent exporter vers le marché du Royaume-Uni et de l’Union européenne avaient été invités à soumettre le profil de leur entreprise mis à jour. Mokgosi a expliqué que ces documents devraient contenir des informations relatives aux produits, à l’échelle d’exploitation, aux pays visés pour les opérations dans l’UE et aux principales informations de contact pour le profilage et l’appariement.

Les exportations vers le marché européen ont augmenté de 74% en six ans. D’autres obstacles restent à relever. Excédentaire. Madagascar vend plus de produits en Europe plus qu’il en importe. « Les exportations de Mada­gascar sont passées de 499, 5 mil­lions d’euros, en 2012, à plus de 875 millions, en 2016. Les importations en provenance de l’Union européenne représentent moins de 20% des importations totales malgaches », indiquent les chiffres conjoints du ministère du Commerce et de la consommation et de la délégation de l’Union européenne à Madagascar. Les exportations de textile et d’habillement ont augmenté de 31%, les bois de charpente de 86%. Les exportations de chocolats et de préparations alimentaires à base de cacao ont progressé de 84%.

Plus de 65 entreprises néerlandaises se sont fait remarquer cette année au salon de l’agroalimentaire d’Eldoret, qui s’est clôturé à l’Université d’Eldoret. L’objectif de cet événement était d’offrir aux agriculteurs, aux prestataires de services et aux fournisseurs de l’industrie une occasion unique de présenter leurs produits afin de les mesurer à la concurrence et de les vendre. Une plateforme avait également été mise en place pour permettre aux agriculteurs et aux parties prenantes du secteur agricole de se familiariser avec les nouvelles technologies et d’échanger des idées avec des acteurs de l’industrie pour trouver des moyens de stimuler l’industrie agroalimentaire dans le pays.

Le nouveau chef de la délégation de l’Union européenne en Ouganda, Attilio Pacifici, a promis de privilégier les stratégies visant à renforcer le secteur privé en Ouganda pour en faire un moteur du développement. L’ambassadeur Pacifici a présenté hier des copies de ses lettres de créance au ministre des Affaires étrangères, Sam Kutesa, dans les locaux du ministère à Kampala. Pacifici a déclaré qu’il avait hâte de collaborer avec le gouvernement ougandais pour consolider les relations avec l’Union européenne.

Jeudi, 12 octobre 2017

Numéro deux européen, la place belge entretient des liens privilégiés avec le continent grâce à la diversité des marchandises qu’elle gère et des routes qu’elle dessert. Anvers, c’est l’histoire d’un port de rivière qui a su passer l’embouchure de l’Escaut pour atteindre les quatre coins du monde. Sa saga dure depuis plus de huit siècles, au rythme de la mondialisation en marche. Si le port flamand a dû attendre sept cents ans pour atteindre les 100 millions de tonnes de trafic annuel, il n’en a mis que vingt-cinq pour doubler la mise. Avec 214 millions de tonnes traitées en 2016, il s’installe même parmi les vingt principales places portuaires de la planète, entre les géants d’Asie et toujours dans l’ombre de l’indéboulonnable Rotterdam.

La société espagnole d’ingénierie et de conseil Incatema Consulting a obtenu le feu vert du gouvernement angolais pour la mise en œuvre d’un projet agropastoral dans la municipalité de Samba Caju localisée dans la province de Cuanza Norte. L’information a été annoncée par l'Agence de presse angolaise (Angop). D’un coût global de 73 millions $, l’initiative devrait permettre de mettre en valeur le potentiel agricole de la région et cadre avec l’objectif du gouvernement visant à promouvoir les projets allant dans le sens de l’amélioration de la production ainsi que de la transformation agricole.

Pour la première fois depuis dix ans, la famine ne recule plus dans le monde, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Ce désastre s’explique pour partie par le changement climatique et par les conflits armés. Il vient également des accords de libre-échange, qui imposent une ouverture des frontières déstabilisant les agricultures locales. Le vent du libre-échange souffle de plus belle sur le continent noir. D’un côté, l’Union européenne accroît sa pression sur les capitales africaines pour finaliser la signature d’accords de partenariat économique (APE) et en finir avec les préférences commerciales non réciproques : pour conserver l’exemption des droits de douane sur leurs exportations vers l’Europe, les Africains devront supprimer 80 % de ceux qui s’appliquent aux importations en provenance du Marché commun.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>