Septembre 2017
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Lundi, 20 octobre 2014

M.Abdoulaye Diagne consultant et directeur du Consortium d'intermédiation d'analyse et de partenariats (CIAP) a demandé samedi à Saly Portudal à la région de l'Afrique de l'Ouest d'être vigilante sur certains aspects négatifs de l'Accord de partenariat économique (APE) en cours de négociation avec l'Union Européenne (UE). M. Diagne animait un séminaire sur les APE et le Tarif extérieur commun (TEC) CEDEAO organisé par la Fondation Friedrich Ebert à l'intention du collectif des journalistes économiques du Sénégal (COJES). Selon lui, l'APE et le TEC peuvent être des facteurs favorisant l'intégration au niveau continental. « Mais, avertit-il, ils peuvent être aussi un facteur négatif si les avantages concédés à l' l'UE ne sont pas accordés aux autres pays africains ».

L'ambassadeur de l'UE pour le Nigéria et l'Afrique de l'Ouest, M. Michel Arrion, a conseillé au Nigéria de considérer le marché de l'Afrique de l'Ouest comme une extension de son économie nationale, précisant qu'en tant que plus importante économie d'Afrique et plus grand centre industriel d'Afrique de l'Ouest, le Nigéria serait sans aucun doute le plus grand bénéficiaire d'un marché ouest-africain intégré, notamment en ce qui concerne les produits agricoles. M. Arrion a fait cette recommandation lors de la troisième édition de l’EU-Nigéria Business Forum (EUNBF) qui s'est tenu récemment à Lagos au Nigéria et qui avait comme thème principal le rôle du secteur privé dans la conduite du programme économique commun de l'UE et du Nigéria.

Mercredi, 15 octobre 2014

L'arrangement tripartite pour l'établissement d'une zone de libre-échange entre le Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), la Communauté est- africaine (EAC) et la Communauté pour le développement de l'Afrique australe (SADC) pourrait être signé en décembre prochain lors d'un sommet des chefs d'Etat des trois blocs régionaux, a indiqué vendredi Mme Léontine Nzeyimana, ministre burundaise à la Présidence chargé des Affaires de l'EAC. Mme Nzeyimana s'exprimait lors d'un point de presse pour faire le point sur l'état des lieux des négociations de l'arrangement tripartite pour l'établissement de la zone de libre-échange entre les trois groupes régionaux.

Mercredi, 01 octobre 2014

Davantage de soins doiventt être apportés aux partenariats commerciaux intra- africains pour permettre des échanges commerciaux fluides entre les pays d'Afrique, révèle une étude économique.Les accords commerciaux internationaux tels que l'AGOA (African Growth and Opportunity Act) des États-Unis, et l'Accord de partenariat économique récemment annoncé entre l'Union européenne et l'Afrique du Sud sont positifs pour le continent et doivent être encouragés, cependant l'Afrique reste le continent dont les connexions internes sont les moins développées, en termes de facilité de transit des personnes, des biens et services, des informations et des financements, selon l'indice mondial de la connectivité, le DHL Global Connectedness, publié ce mardi au Cap.

Le programme de soutien à l'intégration économique régionale (REIS) financé par l'Union européenne a joué un rôle essentiel dans le développement rapide de la gestion des questions sanitaires et phytosanitaires (SPS) dans la CDAA ces quinze derniers mois. Visant à développer le commerce de produits agricoles et à encourager le respect des accords commerciaux multilatéraux au niveau régional et international, ainsi qu'à sensibiliser les agriculteurs et les industriels de l'agroalimentaire aux mesures SPS, le programme soutient les rencontres du Comité régional de coordination SPS (SADC SPS CC), du Comité technique de l'élevage (LTC), du Comité technique de protection phytosanitaire (PPTC) et du Comité technique de sécurité alimentaire (FSTC). Il favorise également l'animation d'ateliers de sensibilisation aux questions SPS destinés aux acteurs du secteur agricole et alimentaire.

Tout en facilitant les échanges commerciaux entre les pays membres du Forum des îles du Pacifique et des pays extérieurs à la région, Pacific Islands Trade & Invest (PT&I) œuvre également à la promotion du commerce intrarégional. En mai dernier, l'organisation néo-zélandaise a participé à une mission commerciale organisée aux Samoa par le secteur agroalimentaire de Tonga. Le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, des forêts et des pêches, l'honorable Sione Sangster Saulala a dirigé cette mission initiée par le gouvernement de Tonga visant à étudier les opportunités qu'offrirait un éventuel accord bilatéral de libre-échange. La délégation composée de responsables gouvernementaux et d'exportateurs a rencontré des représentants du gouvernement et du secteur privé des Samoa pour s'entretenir d'un accord profitable aux deux pays.

Vendredi, 26 septembre 2014

Alors que les États membres s'efforcent énergiquement de mettre sur pied le Système d'alerte rapide (Carrex) visant à l'échange d'informations en matière de produits de consommation dangereux (non alimentaires), Hilda Keshall, responsable pour la santé et la sécurité du consommateur, affirme que les pays doivent unir leurs forces pour protéger le consommateur. D'après elle, la région reste fortement tributaire des institutions internationales dans l'obtention directe ou indirecte d'informations sur des marchandises dangereuses qui ont fait leur apparition sur les marchés nationaux ou régionaux. « Le problème posé par cette dépendance tient à ce que certaines de ces institutions internationales, notamment les agences fédérales ou étatiques de pays tels que les États-Unis, diffusent des alertes uniquement lorsque les marchandises ou les produits dangereux en question sont sur le marché américain ».

Jeudi, 11 septembre 2014

L’accord de partenariat économique (APE) conclu par l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne (UE) peut être considéré comme un accord équilibré, a déclaré lundi à Dakar, le ministre sénégalais du Commerce. Alioune Sarr présidait l’ouverture d’un séminaire d’information et de sensibilisation sur les négociations des APE à l’intention des journalistes économiques. ‘’Face à l’ouverture progressive de nos marchés, l’UE s’est engagée à accompagner la Région par la mobilisation de ressources financières nécessaire à la mise à niveau de notre système productif», a ajouté le ministre.

Jeudi, 04 septembre 2014

Le président des Seychelles James Michel a profité de la conférence de Samoa sur les petits États insulaires en développement pour s’entretenir avec plusieurs organisations et responsables des gouvernements cette semaine. D’après un communiqué de la présidence, le chef de L’État a rencontré le directeur général de l’Organisation de l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano Da Silva, le président Michel a remercié la FAO pour son soutien au renforcement des capacités des Seychelles et d'autres pays du PEID.

L'Afrique du Sud a imposé des droits antidumping sur les importations de poulets en morceaux venant d'Allemagne, des Pays-Bas et du Royaume-Uni à la suite de plaintes des producteurs locaux sur le fait que ces pays contrevenaient aux réglementations commerciales en vigueur. La Commission d'administration du commerce international (Itac) a déclaré vendredi qu'elle avait imposé des droits antidumping provisoires allant de 22 % à 73 % sur les morceaux surgelés non désossés originaires de ces pays. Cette décision fait suite à l'application de ces mesures par l'association sud-africaine de la volaille en octobre dernier. Les exportations de pays européens frappées par ces mesures constituent un cas de dumping selon les normes et les règles de l'Organisation mondiale du Commerce, a déclaré Kevin Lovell, le directeur de l'association. « Il ne s'agit en aucun cas d'une punition, mais de garantir que les règles sont respectées. »

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>