Mai 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 02 septembre 2016

"Le premier semestre de 2016 est conforme à nos attentes, avec une croissance presque entièrement générée par les volumes et le mix produits, conduisant à de nouveaux gains de parts de marché", déclare ce matin Paul Buckle, administrateur délégué de Nestlé, à l'occasion de la publication des résultats semestriels du groupe. Paul Buckle qui, dans son propos introductif, cite tous les continents du monde sauf l'Afrique qu'elle soit du Nord ou sub-saharienne.

Vendredi, 12 août 2016

Avec des ventes de produits laitiers qui se sont élevées à 25 milliards de dollars en 2015, Nestlé, la multinationale suisse basée à Vevey, conserve la première place du classement annuel des vingt plus grandes entreprises laitières dans le monde, établi par Rabobank. Les deux géants français du secteur, Lactalis et Danone, trustent respectivement la deuxième et la troisième place. Ce classement brosse le tableau d'une industrie en pleine mutation. Les compagnies laitières s'échinent, d'une part, à conserver leur rentabilité malgré une tendance à la baisse des prix des denrées alimentaires. Par ailleurs, elles tendent à se désengager du marché chinois et se concentrent davantage sur les pays émergents, notamment en Afrique, terrain de chasse encore relativement vierge.

Paul Bulcke, directeur général de Nestlé, est confiant de voir la reprise économiques se concrétiser en Afrique. Le continent a bénéficié d'une croissance "plus stable que dans le reste du monde ces dernières années", précise le futur président du groupe alimentaire vaudois. Paul Bulcke rappelle qu'il y a seulement "deux ou trois ans" durant lesquels le continent a enregistré "un peu moins" de croissance économique. "Tout le monde disait alors que c'était fini!" a indiqué le Belge.

Jeudi, 04 août 2016

La dernière enquête de la banque néerlandaise Rabobank met en lumière une année difficile pour les multinationales laitières. La chute des cours des matières premières laitières en est en grande partie responsable. La volatilité des devises, et l'affaiblissement de l'euro face au dollar US, est elle aussi pointée du doigt. Pas de nouvel arrivant dans le classement des vingt plus gros transformateurs laitiers mondiaux. Le podium n'a pas changé non plus: les français Lactalis (16,5 milliards d'euros, M€) et Danone (15,1 M€) suivent le suisse numéro un, Nestlé (22,5 M€). Deux autres groupes français, Sodiaal et Savencia, apparaissent dans le top 20, mais perdent du terrain. Ils se positionnent respectivement à la 14e et 19e place, contre 13e et 15e en 2015.

Vendredi, 15 juillet 2016

L'Union européenne (UE) a annoncé ce 13 juin dans un communiqué la signature d'une convention de financement de 3,6 milliards F CFA visant à « améliorer les conditions environnementales des productions et la qualité de vie des travailleurs, mais aussi à développer le marché local et sous régional de la banane ». Il s'agit concrètement de réaliser des investissements destinés à l'amélioration du cadre de vie et des conditions de travail des ouvriers agricoles de la filière banane dessert d'une part, et d'autre part à une meilleure gestion de l'empreinte écologique des plantations industrielles.

On a cru que le géant de l'agroalimentaire faisait marche arrière en Afrique subsaharienne. Mais six mois avant de passer la main, le patron de Nestlé rassure quant aux intentions et aux ambitions du groupe sur le continent. Il y a un an, la presse économique faisait ses choux gras de la déclaration de Cornel Krummenacher, patron Afrique équatoriale de Nestlé, qui faisait part dans le Financial Times de sa déception concernant le faible rythme de croissance de la classe moyenne en Afrique. Une lenteur qui affecterait les prévisions de revenus du groupe.

Vendredi, 08 juillet 2016

Le Brexit a marqué l'avènement d'une Angleterre libre de l'Union Européenne (UE). L'Afrique digne, c'est-à-dire panafricaniste, a salué la forme innovante avec laquelle le Royaume-Uni a surpris le monde entier. Pour les questions de fond, l'Afrique digne devra se concentrer dès à présent sur l'Unité Africaine. Que le Brexit soit une protestation contre la gestion européenne de la crise migratoire et les institutions de l'Union européenne (UE), les Africains doivent, quant à eux, songer et s'activer à la construction de l'Unité Africaine. L'Afrique digne doit faire sa mue et se débarrasser des » leaders politiques de pacotille » pour ressusciter des dirigeants de la trempe des N'Krumah et Julius Nyéréré.

Lundi, 27 juin 2016

La sortie de l'Union européenne, dite « Brexit », votée à presque 52 % jeudi 23 juin par les Britanniques, aura un impact économique en Afrique. Au-delà du choc provoqué sur les marchés par le résultat de ce référendum, la plongée de la livre sterling et du prix du pétrole, notamment, la Grande-Bretagne est le deuxième plus gros investisseur européen sur le continent après la France. En choisissant d'être seul capitaine de son propre navire, elle va sensiblement modifier ses liens économiques avec ses partenaires africains.

Vendredi, 10 juin 2016

L'Union européenne ratifie l'accord de pêche controversé avec les Îles Cook. Il ne peut toutefois pas entrer en vigueur pour le moment, puisque le Premier ministre de l'archipel polynésien n'a pas encore signé l'accord. Henry Puna et son gouvernement font face à l'opposition d'une grande partie de la population, qui redoute de lourdes conséquences sur les stocks de thon de la région. L'accord permettrait aux thoniers-senneurs européens, principalement espagnols, de pêcher les espèces de leur choix pendant quatre ans. Un comité doit être prochainement mis en place pour examiner une pétition signée par plus de la moitié des habitants des Îles Cook.

Source: radioaustralia.net.au

Jeudi, 26 mai 2016

La nouvelle usine de conditionnement de lait en poudre du danois Arla a démarré mardi 17 mai. L’usine, d’une superficie de 14 000 m2 ,a une capacité de production de 5 000 tonnes de lait en poudre par an et emploiera 20 personnes, indique un communiqué d’Arla. Le lait en poudre fabriqué en Europe par Arla sera commercialisé par Arla Sénégal, filiale sénégalaise d’Arla, sous la marque Dano. « Cette installation est la dernière étape dans l’ambition d’Arla de devenir un acteur dans le développement du marché des produits laitiers en Afrique occidentale », a déclaré Steen Hadsbjerg, directeur Afrique subsaharienne. Le groupe danois ambitionne de faire passer le chiffre d’affaires réalisé en Afrique de €90 millions actuellement à environ €460 millions en 2020 (cf. La coopérative laitière danoise Arla s’implante en Afrique de l’Ouest). Les sachets de lait en poudre de différentes tailles seront distribués aux grossistes et magasins au Sénégal par le partenaire d'Arla, Agroline S.A. Dans un deuxième temps, le groupe danois ambitionne de se porter sur le marché régional. « Agroline dispose d’un très solide réseau de distribution à travers le Sénégal qui sera notre hub pour une expansion de nos produits sur le Mali et la Mauritanie. En fonction de nos capacités, nous prévoyons, dans les prochains mois de cette année, de nous lancer sur le marché malien », indique Steen Hadsbjerg.

Source: commodafrica.com

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>