Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 18 décembre 2015

Un forum consacré au développement des affaires et des échanges Sud-Sud entre les pays francophones d’Afrique et du Mékong s’est tenu le 19 novembre dans la mégapole du Sud. Cet événement a été organisé par la Chambre vietnamienne de l’industrie et du commerce (VCCI) en partenariat avec le Centre international du commerce (ITC), sous les auspices de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Avec plus de 100 participants, dont des ministres, des représentants du gouvernement, des directeurs de l'ONU et d'autres organisations internationales, la deuxième édition de la coopération Sud-Sud sur le Forum sur les changements climatiques a abordé dimanche la question de la transformation des engagements politiques en action pour le climat. L'événement, organisé au pavillon de la Chine à la Conférence sur le climat COP 21, a appelé à la coopération Sud-Sud à former une partie intégrante de la future architecture climatique.

Mardi, 15 décembre 2015

Inocencio Garcia Javier, le sous Ministre dominicain de la Coopération internationale du Ministère de l'Économie, de la Planification et du Développement (MEPyD), César Dargam Espaillat, sous Ministre des Négociations étrangères et du Commerce, du Ministère des Affaires Étrangères (MIREX) et Ismael Cruz sous Ministre de l'Agriculture et du développement rural ont signé un accord pour la mise en œuvre de la deuxième phase du « Projet de Développement des Capacités des Techniques Agricoles et Forestières des Zones Montagneuses d'Haïti » (PROAMOH 2) avec Akihiko Yamada, représentant résident en République Dominicaine de l'Agence de coopération internationale (JICA) et Benito Ferreiras, le recteur de l'Université Technologique de Santiago (ISA).

Lundi, 14 décembre 2015

L'un des paradoxes les plus frappants des relations sino-africaines réside dans le départ entre le niveau des échanges commerciaux et celui des investissements. Si les échanges atteignent des cimes, il n'en est pas de même pour les investissements. À Marrakech, lors du premier Sino-african entrepreneurs summit (SAES) les 26 et 27 novembre derniers, soit une semaine avant le Forum sur la coopération sino-africaine de Johannesburg des 4 et 5 décembre 2015, les Chinois ont évoqué un grand projet qu'ils ont lancé en 2013 sur les traces de l'ancienne route de la soie. Son nom : One Belt One Road.

Mercredi, 09 décembre 2015

La Chine a l’intention de lancer des programmes à hauteur de 74 milliards de dollars d’investissements en Afrique, ce qui constitue un des résultats principaux de la série de visites du dirigeant chinois Xi Jinping en Afrique. Deux contrats de 7 milliards de dollars chacun ont été signés lors des visites au Zimbabwe et en Afrique du sud. Selon M.Xi, son pays est prêt à investir 60 milliards de dollars de plus pour des projets transcontinentaux en Afrique. Les investissements prévus sont les plus importants dans l'histoire de la coopération économique entre la Chine et l'Afrique.

Mardi, 01 décembre 2015

Les exportations de vins sud-africains vers la Chine augmentent rapidement, ayant atteint 11 millions de litres en 2014. Depuis 1994, les exportations de vins sud-africains ont augmenté de 50 millions de litres à 500 millions de litres à l'échelle mondiale. La Chine est actuellement le 6ème plus grand marché d'exportation de l'Afrique du Sud pour les vins conditionnés en termes de volume, a déclaré Alan Winde, ministre des Opportunités économiques dans la province du Cap occidental, la plus grande région productrice de vin en Afrique du Sud. Le Cap-Occidental mène une stratégie ciblée dans le cadre du projet Khulisa pour soutenir cette croissance.

Le président chinois Xi Jinping démarre mardi au Zimbabwe une visite de cinq jours en Afrique, où les gouvernements s’inquiètent des conséquences du ralentissement de la croissance de la Chine. Depuis 2009, la Chine est le premier pays partenaire de l’Afrique, multipliant les investissements et important les matières premières du continent pour nourrir sa croissance galopante. Après le Zimbabwe, Xi Jinping se rendra mercredi à Johannesburg où il rencontrera le président Jacob Zuma puis participera vendredi et samedi aux côtés des chefs d’Etat de tout le continent africain au sixième forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC). Ce sommet se tient alors que les investissements chinois en Afrique ont chuté de 40% au premier semestre 2015, après une forte baisse de la demande en matières premières chez le géant asiatique.

Organisé en 2008, le premier sommet Inde-Afrique réunissait à Delhi quatorze chefs d’Etat ou de gouvernement. Ils étaient seize à Addis-Abeba trois ans plus tard et quarante-deux dans la capitale indienne les 27 et 28 octobre derniers. Le succès de cet évènement international sans précédent dans la capitale indienne, a fait oublier le fiasco de 2014 lorsque, réagissant aux craintes inspirées par Ebola, l’Inde avait annulé le sommet.  Entre 2005 et 2015, le commerce entre l’Inde et l’Afrique subsaharienne a quintuplé en dollars courants pour atteindre ­60 milliards de dollars. aujourd’hui, il représente 6 % du commerce extérieur de l’Inde qui échange plus avec l’Afrique qu’avec ses voisins (Bangladesh, Pakistan, Sri Lanka).

Le « Made in China » a mauvaise presse. Les récents scandales du lait à la mélamine, de la viande de porc au clenbutérol ou encore les crevettes à la gélatine n’ont pas arrangé l’image des produits chinois à l’étranger. Pourtant, les exportations chinoises vers le continent africain ne cessent d’augmenter : + 13 % entre 2013 et 2014. Le commerce bilatéral dépasse désormais les 220 milliards de dollars. Si l’Afrique exporte essentiellement des matières premières, dont 80 % de produits miniers, la Chine quant à elle inonde le continent avec ses produits textiles et son petit électronique bon marché.

L’Unité sénégalaise de coordination du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP) est en train de jouer sa partition dans la reconstitution du capital semencier au Sénégal. En 2014, 18.450 tonnes de semences certifiées ont été mis à la disposition des producteurs en sus des efforts fournis dans la panification et la formation. En passant à revue les résultats du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP), des acteurs du monde rural ouest africain ont invité les Etats bénéficiaires de ce programme de s’inspirer du modèle sénégalais dans la mise en œuvre des activités.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>