Mars 2015
L Ma Me J V S D
23 24 25 26 27 28 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5



Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Vendredi, 13 mars 2015

L'Union européenne (UE) a approuvé l'octroi d'un soutien financier à la Guinée-Bissau de l'ordre de 105 millions d'euros pour les cinq prochaines années. L'aide financière s'inscrit dans le cadre du 11e Fonds de développement européen (FED), qui est entré en vigueur le 2 mars 2015. Il fait partie d'une enveloppe de 30,5 milliards d'euros en soutien à des projets de développement à travers le monde. L'UE a déjà fourni une aide d'urgence de 20 millions d'euros à la Guinée-Bissau, dont la moitié a été versée en 2014.

Le gouvernement du Royaume-Uni soutiendra l'Angola dans sa diversification économique qui met fortement l'accent sur l'agriculture. En visite à Luanda, l'émissaire du Premier ministre britannique, chargé du commerce, David Heath a rencontré Benjamin Castelo, Directeur général de l'Angolan Grains Institute pour discuter des modalités pratiques de l'établissement de partenariats avec les institutions angolaises impliquées dans l'agriculture, l'énergie et l'industrie minière. Le gouvernement du Royaume-Uni étudie le moyen de concrétiser certains cas potentiels et de renforcer les niveaux d'engagement commercial. 

Certains petits exploitants du Ghana abandonnent le cacao pour l'huile de palme, en raison de sa plus grande résistance aux nuisibles et aux maladies, et de sa récolte plus régulière. Solidarid est une organisation qui tente d'obtenir la certification de centaines de petits exploitants ghanéens auprès de la Table ronde pour l'huile de palme durable (Roundtable on Sustainable Palm Oil - RSPO), pour améliorer leurs rendements et leurs bénéfices. Le fait de regrouper les exploitants constitue une stratégie cruciale pour la formation et l'investissement, et pour négocier de meilleurs prix pour leurs cultures. À l'heure actuelle, la chaîne d'approvisionnement est entravée par des semences de mauvaise qualité et une mauvaise gestion. Cependant on estime que les petits exploitants produisent encore 35 à 40 % de l'huile de palme mondiale vendue comme huile ou destinée à des produits allant des céréales aux cosmétiques.

Jeudi, 05 mars 2015

Le Briefing de Bruxelles n.40 sur « Les données: la prochaine révolution de l’agriculture dans les pays ACP ? », qui s’est tenu   le 18 février 2015  a réuni 155 experts comprenant des décideurs ACP-UE, des organisations régionales, des représentants des États membres de l’UE, des services de la Commission européenne, des membres du Parlement européen, le secteur privé, les groupes de la société civile, les professionnels de la recherche et de développement européens et les organisations internationales, et les intervenants de haut niveau.

Tous les vidéos sont disponibles en anglais et français.

  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer

Sénégal : USD $198 millions pour développer les campagnes

Le Sénégal vient d'enclencher un grand programme de développement local visant à élever le niveau de vie des populations en milieu rural. Le programme, exécuté par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), accélérera la construction de routes et points d'eau, investira dans l'agriculture et l'entreprenariat, et facilitera l'accès aux services énergétiques. Le programme ciblera également les jeunes, en finançant et en formant les associations de producteurs et les petites et moyennes entreprises.A ce jour, environ 57% de la population sénégalaise vit en milieu rural et son niveau de pauvreté est supérieur à celui des populations résidant dans les villes.

Mercredi, 04 mars 2015

Dans les pays en développement, des milliards de personnes ne bénéficient pas des protections sociales et sanitaires minimales. Une situation qui entrave les initiatives de réduction de la pauvreté. Plusieurs initiatives ont récemment été lancées afin de favoriser l'élargissement de la protection sociale et sanitaire. Le Programme pour le changement et l'initiative « Une vie décente pour tous », les deux principales politiques de développement à l'étranger de l'Union européenne, qui appellent tous deux à l'investissement dans des assurances sociales et sanitaires pour les pays les plus pauvres. « D'une manière générale, l'intérêt pour la protection sociale augmente dans le contexte du développement international», assure Francesca Bastagli, directrice du programme de protection sociale à l'Overseas Development Institute.

Mercredi, 25 février 2015

La Commission européenne a formellement approuvé le Programme de Développement Rural (PDR) 2014- 2020 de Mayotte. La somme totale est d’un montant de 80,2 millions d’euros de fonds publics, dont 60 millions d’euros de Feader [Fonds européen pour l’agriculture et le développement rural] et 20,2 millions d’euros de contreparties nationales (État et conseil général). L’objectif principal du PDR, auquel la moitié des ressources financières sera consacrée, est de développer la production agricole locale afin d’améliorer la sécurité alimentaire de l’île. Le programme soutiendra des projets de modernisation et de développement pour environ 10% des exploitations, 40 projets d’installation de jeunes agriculteurs afin de garantir le renouvellement générationnel, et des actions de formation destinées à plus de 2 000 producteurs.

La compagnie néerlandaise Dadtco (Dutch Agricultural Development & Trading Company) va signer un accord avec le Centre international pour le développement des fertilisants (IFDC) pour encourager la production à grande échelle de manioc dans la province d’Inhambane, au Mozambique.  Depuis 2001, la Dadtco, en partenariat avec l’IFDC, transforme le manioc produit par des petits exploitants agricoles mozambicains en pain de manioc utilisé par la compagnie Cervejas de Moçambique pour produire de la bière.  En 2012, l’IFDC a mis sur pied un partenariat public-privé pour soutenir les petits producteurs de manioc par le biais de matériel végétal de manioc amélioré provenant de l’Institut de recherche agronomique du Mozambique et la formation des agriculteurs à des pratiques améliorées.

L’Union européenne (UE) a affecté 7 millions d’euros à 16 projets en Guinée-Bissau dans le cadre de l’ « aide européenne » en soutien à la coopération et au développement.  Ces activités financées couvrent des domaines tels que la santé, les infrastructures, l’éducation, l’emploi, l’égalité des sexes et la gestion des ressources. La durée moyenne des projets qui seront cofinancés par l'UE est de 34 mois. L’accord le plus important en date a été signé avec l’AIDA, une organisation non gouvernementale espagnole (http://www.ong-aida.org) qui disposera de 700 000 euros pour le projet « Amélioration de l’accès aux services de santé pour les groupes vulnérables dans le secteur autonome de Bissau. »

Vendredi, 20 février 2015

La France, à travers l’Agence française de développement (AFD) et le gouvernement Malien ont signé deux accords de financement d’une valeur globale de 40 millions d’euros (25,5 milliards F CFA). Le premier accord de financement, d’une valeur 13 millions d’euros, soit 8,5 milliards F CFA, est consacré à la deuxième phase du programme d’appui au développement sanitaire de la région de Mopti.  Le second accord de financement, de 27 millions d’euros, soit  17 milliards F CFA,  est destiné au développement des territoires ruraux des régions de Ségou et de Tombouctou. Ces financements permettront de donner aux collectivités territoriales les moyens de structurer et de dynamiser les filières agricoles et pastorales de la région de Ségou et de Tombouctou.

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>