Août 2016
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Vendredi, 12 août 2016

La Banque africaine de développement a décidé d'injecter € 8,08 millions au capital du Fonds pour le financement de l'agriculture au Nigeria (Fund for Agricultural Finance in Nigeria, FAFIN) afin de rendre disponible davantage de capitaux d'investissements aux PME agroindustrielles. Le FAFIN est un fonds d'investissement privé de première génération, sous l'agide de la KfW allemande et du gouvernement nigérian, et qui fournit une assistance financière, technique et en formation à des PME viables, notamment au travers des chaînes de valeur.

Les pays industrialisés n'ont pas respecté leur engagement de consacrer 0,7 % de leur richesse à l'aide au développement, privant les pays pauvres de 1,8 milliard d'euros de ressources supplémentaires. Selon les objectifs de développement durable de l'ONU, tout doit être mis en œuvre pour surmonter, d'ici 2030, les obstacles au développement, comme la pauvreté ou la faim, et promouvoir des conditions de vie durables et respectueuses de la planète.

Dans le cadre du projet d'accélération de l'application de la loi relative au domaine rural dans le bassin cotonnier ivoirien, l'Union européenne et l'Organisation interprofessionnelle agricole de la filière du coton en Côte d'Ivoire (Intercoton) vont financer la délimitation de 8500 hectares de terres répartis dans 17 villages dans le département de Mankono. A travers ce projet, Intercoton et l'UE visent à faciliter aux acteurs agricoles l'accès aux terres cultivables, l'immatriculation, l'acquisition de certificats et de titres fonciers pour les terres agricoles du bassin cotonnier ivoirien.

Jeudi, 04 août 2016

Développer de nouvelles techniques d'agriculture permettant de garantir la productivité et la durabilité de ce secteur tout en répondant aux enjeux du changement climatique, c'est l'objectif visé par le Sénégal. Pour ce faire, il a signé une convention avec la France pour la mise en place d'«une structure de formation technique». Au Sénégal dans le cadre d'une tournée régionale, le ministre de l'Agriculture, de l'agroalimentaire, de la forêt et porte-parole du gouvernement de la France, Stéphane Le Foll, a signé hier une convention avec ces homologues sénégalais de l'Agriculture et de la For­mation pro­fessionnelle. Selon M. Le Foll, cette convention consiste à mettre en place «une structure de formation technique qui associe différents acteurs pour pouvoir les former».

Vendredi, 29 juillet 2016

Dans le cadre de la promotion de « l'INITIATIVE 4 POUR 1000 », lancée par la France, consistant à fédérer tous les acteurs volontaires du public et du privé à faire connaître ou mettre en place les actions concrètes sur le stockage du carbone dans les sols et le type de pratiques pour y parvenir, le Ministre Français de l'Agriculture, l'Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement, Stéphane Le Foll a rencontré jeudi à Yamoussoukro son homologue ivoirien Mamadou Sangafowa, par ailleurs président en exercice de la 29ème Conférence de la FAO pour l'Afrique. Stéphane Le Foll a indiqué être en Côte d'Ivoire à l'invitation de son homologue ivoirien, avant d'expliquer l'ambition de l'initiative pour laquelle il est en tournée en Afrique.

Une centrale solaire d'une capacité de 33 mégawatts, a été lancée ce 16 juin par les autorités du Burkina qui la considèrent comme étant la plus grande centrale solaire du Sahel. Située à Zagtouli, dans la périphérie de la capitale Ouagadougou, le coût global de la construction de la centrale, qui nécessite 129.600 panneaux solaires, est estimé à 47,5 millions d'euros, a indiqué le gouvernement burkinabè. le délai d'exécution des travaux est de deux ans. Cette centrale « ouvre la voie au développement des énergies renouvelables qui est un des engagements pris lors de la COP 21 à Paris », a soutenu le ministre en charge de l'énergie, Alpha Oumar Dissa.

L'énergéticien français Engie construira une centrale solaire de 30 MW dans la région semi-désertique de Santhiou-Mekhe au Sénégal. Cette centrale, qui utilisera la technologie photovoltaïque, sera mise en place par Solairedirect, la branche solaire d'Engie. Elle sera constituée de 92 000 modules photovoltaïques qui seront fabriqués et installés par Optimum Tracker. La construction de l'installation, qui devrait être la plus grande du pays, démarrera à l'automne prochain selon les responsables de l'entreprise française.

Dans le nord du Mali, l'eau est une ressource rare et source de conflit. De Gao à Tessalit, des solutions locales sont trouvées pour améliorer l'accès à l'eau, de l'aide au développement, appuyée par l'armée française et à plus grande échelle par l'Agence française de développement. Des solutions qui augmentent la productivité des entreprises maraîchères ou qui permettent de donner du travail aux habitants de ces zones désertiques.

Vendredi, 22 juillet 2016

La mécanisation de l'agriculture africaine est un chantier prioritaire sur le continent, où 70% de la population vit encore de l'agriculture familiale, selon Josef Kienzle de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Josef Kienzle est un ingénieur agricole à la Division de la production végétale et de la protection des plantes de la FAO à Rome. Quels sont les principaux défis de la mécanisation en Afrique ?

Vendredi, 15 juillet 2016

Le Briefing de Bruxelles sur le Développement sur le thème « Solutions agricoles intelligentes et abordables pour l'Afrique: le prochain moteur de l'agriculture africaine » se tiendra le mercredi 13 juillet 2016 (9h00-13h00) au Centre de conférences Albert Borschette, Salle 1.A (Rue Froissart 36, 1040 Bruxelles). Ce Briefing de Bruxelles est organisé par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) en collaboration avec la DG Développement et Coopération de la Commission européenne (CE/DEVCO), le secrétariat ACP, la Confédération européenne des ONG d'urgence et de développement (Concord), le CEMA, l'Organisation PanAfricaine des Agriculteurs (PAFO) et AgriCord. Nous remercions tous ceux qui sont venues à l'événement et tous ceux qui nous ont suivis en ligne. Les photos et présentations sont disponibles sur le page-web du BB45, ici: https://bruxellesbriefings.net/briefings-precedents/45-solutions-agricoles-intelligentes/

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>