Janvier 2015
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1



Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Jeudi, 29 janvier 2015

l’organisation non gouvernementale Chatham House ressort un rapport qui explique que la production réelle de bois au Cameroun pourrait s’élever au double des estimations officielles. Selon cette étude, «La coordination au sein du gouvernement est généralement très inefficace : aucun processus formel n'est en place pour la coordination de haut niveau de l'action contre l'exploitation illégale des forêts. Les systèmes de traçabilité du bois au Cameroun sont inappropriés, tant au niveau des opérations sur le terrain que de la gestion de l'information.» En ce qui concerne la commercialisation du bois, le rapport souligne une augmentation du volume des exportations camerounaises qui est allée de pair avec le recul de la proportion des expéditions vers l’Europe.

Jeudi, 22 janvier 2015

Les forêts jouent un rôle crucial dans le changement climatique. Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (ONUAA), « elles sont capables d'absorber dans leur biomasse, leurs sols et leurs produits, le dixième environ des émissions mondiales de carbone prévues pour la première moitié de ce siècle et de les emmagasiner en principe à perpétuité ». Suivant le même principe, l'ONUAA souligne que lorsqu'elles sont déboisées, surexploitées et dégradées, elles produisent environ le sixième des émissions mondiales de carbone. Il est donc très clairement dans l'intérêt de la planète tout entière que les forêts soient préservées. 

Après le succès de l'atelier régional de deux jours sur la « Restructuration de l'industrie de la noix de coco dans neuf pays des Caraïbes en vue de sa revitalisation et de son développement durable », quatre institutions (l'Union européenne, le Centre du commerce international, le CARIFORUM et le CARDI) se sont engagées à « faire renaître l'arbre de vie » dans les Caraïbes. Les grandes lignes de l'atelier ont été établies par le directeur du CARDI, le Dr Arlington Chesney, qui a souligné que « les évènements de ce type permettent aux organismes de financement, aux partenaires stratégiques, aux scientifiques et aux parties prenantes de collaborer dans des domaines prioritaires, tels que le développement de l'industrie de la noix de coco, en vue du renforcement de l'agriculture dans la région.

La Commission de la CEDEAO à Abuja, la CEDEAO, l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et l'Union européenne, en collaboration avec leurs partenaires de mise en œuvre, ont lancé deux importants programmes au titre d'une initiative intégrée visant à promouvoir le commerce intra et interrégional, à améliorer le climat des affaires et à renforcer les capacités de production de l'Afrique de l'Ouest. Ces initiatives sont destinées à favoriser la croissance économique et à réduire la pauvreté dans la région.Le Programme d'intégration économique régionale et commerciale comporte quatre volets.

Vendredi, 16 janvier 2015

Le 9 Janvier 2014, le Bureau d’Information à la DG DevCo a organisé la premiere conférence de  l’annee européenne pour le developpement sur le sujet de «Recherche et innovation: pour une agriculture durable et de sécurité alimentaire et nutritionnelle ». M. Jean Pierre Halkin, Chef d’unité pour le développement rural , la sécurité alimentaire et la nutrition. (DG DevCo C1) a souligné l’importance de cette nouvelle publication. M. David Radcliffe, Responsable Politique chargée des affaires pour le développement rural , la sécurité alimentaire et la nutrition (DG DevCo C1) a presenté les enjeux clés de cet nouveau approche. 

  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer

Les régimes de bananes que Teo Kataratambi et son mari, Silver, cultivent sur leurs terres valent l'équivalent de 1,40 £ chacun. Les régimes qu'ils produisaient par le passé étaient de plus grande taille et se vendaient pour le double de ce montant. Cependant, il y a de cela plusieurs années, les Kataratambi ont remarqué une diminution de la taille et une baisse de la qualité des fruits cultivés depuis trois générations sur leur petite exploitation située dans le village de Nyamiyada, au sud-ouest de l'Ouganda. « Au début, la terre était bonne. Puis, cela a changé » a affirmé Silver. « Nous ne gagnons pas beaucoup d'argent » a ajouté Teo.

Selon les déclarations d'un expert reconnu en agriculture jeudi dernier, la dégradation des sols qui leur coûte 68 milliards USD par an, nuit aux exploitants africains et menace de paralyser une production alimentaire essentielle à leur survie.« Le problème ne cesse d'empirer » a affirmé Sir Gordon Conway, directeur du groupe 'Agriculture for impact' et professeur à l'Imperial College de Londres, lors d'une interview accordée à la Fondation Thomson Reuters. « Les agriculteurs pauvres ne disposent pas d'argent, de temps ou de main d’œuvre pour prévenir la dégradation ou pour améliorer leurs sols » a-t-il ajouté

Mercredi, 10 décembre 2014

Le mardi 3 décembre, le bureau d’information de la DG DevCo de la Commission européenne a organisé une conférence pour présenter le livre, ‘Reforme dans le secteur du marché public en Afrique’. M. Jose Correia Nunes, chef d'unité pour le budget et les finances publiques à la DG DevCo (03) a salué les auteurs Prof. Claude Menard (Département de l’Économie à la Sorbonne), Mme. Christine Léon de Mariz (consultante, Economiste à la Banque Mondiale) and Bernard Abeillé (consultant, Banque Mondiale). Prof. Menard et Mme. Léon de Mariz ont présenté leur livre sur les reformes institutionnelles et les changements nécessaires au niveau gouvernemental.

  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Mardi, 09 décembre 2014

Le président français François Hollande a annoncé, le 4 décembre, le déblocage par la France de plus d'un milliard d'euros en faveur de la Côte d'Ivoire. Cette somme constitue la 2e tranche d'un contrat de désendettement et de développement (C2D) conclu entre la France et la Côte d'Ivoire. La première tranche de ce C2D pour la période 2012-2015 s'est élevée à 630 millions d'euros. M. Hollande a énuméré, à l'occasion du déblocage de la deuxième tranche, les secteurs prioritaires dans lesquels cette enveloppe sera investie.

Vendredi, 05 décembre 2014

Le 24 Novembre 2014, le Bureau d’Information à la DG DevCo a organisé une conférence pour lancer le 2014 rapport de CNUCED sur les Pays Moins Avancés(PMA). Mme. Barbara Lücke, Chef d’unité de la Dialogue Internationale pour le Développement (DG DevCo A3) a souligné l’importance de la coopération entre l’UE et les PMD : l’UE est le partenaire principal des PMD en matière de commerce et aide au développement. M. David Woodward, Conseilleur Supérieur au sein de la Division pour Afrique, PMD et Programmes Spéciaux, a présenté le rapport phare de CNUCED. Actuellement, il y a 48 PMD dans le monde, dont deux-tiers sont de l’Afrique Sub-saharienne.  

  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>