Mars 2015
L Ma Me J V S D
23 24 25 26 27 28 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5



Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Mercredi, 25 février 2015

La Commission européenne a formellement approuvé le Programme de Développement Rural (PDR) 2014- 2020 de Mayotte. La somme totale est d’un montant de 80,2 millions d’euros de fonds publics, dont 60 millions d’euros de Feader [Fonds européen pour l’agriculture et le développement rural] et 20,2 millions d’euros de contreparties nationales (État et conseil général). L’objectif principal du PDR, auquel la moitié des ressources financières sera consacrée, est de développer la production agricole locale afin d’améliorer la sécurité alimentaire de l’île. Le programme soutiendra des projets de modernisation et de développement pour environ 10% des exploitations, 40 projets d’installation de jeunes agriculteurs afin de garantir le renouvellement générationnel, et des actions de formation destinées à plus de 2 000 producteurs.

La compagnie néerlandaise Dadtco (Dutch Agricultural Development & Trading Company) va signer un accord avec le Centre international pour le développement des fertilisants (IFDC) pour encourager la production à grande échelle de manioc dans la province d’Inhambane, au Mozambique.  Depuis 2001, la Dadtco, en partenariat avec l’IFDC, transforme le manioc produit par des petits exploitants agricoles mozambicains en pain de manioc utilisé par la compagnie Cervejas de Moçambique pour produire de la bière.  En 2012, l’IFDC a mis sur pied un partenariat public-privé pour soutenir les petits producteurs de manioc par le biais de matériel végétal de manioc amélioré provenant de l’Institut de recherche agronomique du Mozambique et la formation des agriculteurs à des pratiques améliorées.

L’Union européenne (UE) a affecté 7 millions d’euros à 16 projets en Guinée-Bissau dans le cadre de l’ « aide européenne » en soutien à la coopération et au développement.  Ces activités financées couvrent des domaines tels que la santé, les infrastructures, l’éducation, l’emploi, l’égalité des sexes et la gestion des ressources. La durée moyenne des projets qui seront cofinancés par l'UE est de 34 mois. L’accord le plus important en date a été signé avec l’AIDA, une organisation non gouvernementale espagnole (http://www.ong-aida.org) qui disposera de 700 000 euros pour le projet « Amélioration de l’accès aux services de santé pour les groupes vulnérables dans le secteur autonome de Bissau. »

Vendredi, 20 février 2015

La France, à travers l’Agence française de développement (AFD) et le gouvernement Malien ont signé deux accords de financement d’une valeur globale de 40 millions d’euros (25,5 milliards F CFA). Le premier accord de financement, d’une valeur 13 millions d’euros, soit 8,5 milliards F CFA, est consacré à la deuxième phase du programme d’appui au développement sanitaire de la région de Mopti.  Le second accord de financement, de 27 millions d’euros, soit  17 milliards F CFA,  est destiné au développement des territoires ruraux des régions de Ségou et de Tombouctou. Ces financements permettront de donner aux collectivités territoriales les moyens de structurer et de dynamiser les filières agricoles et pastorales de la région de Ségou et de Tombouctou.

Vendredi, 13 février 2015

L'Union européenne (UE) contribuera à l’’hauteur de € 1,5 millions pour améliorer les revenus des petits producteurs de noix de cajou, en Guinée-Bissau. La somme de € 700 000 soutiendra des projets de petits producteurs qui ciblent l’amélioration de la qualité de production; € 700 000 pour l'intégration des activités des petits producteurs dans la chaîne de valeur, la promotion de la transformation locale de noix de cajou et l'améliorer des compétences de gestion des organisations du secteur; la somme de € 100 000 sera investie dans l'amélioration du cadre juridique du secteur de la noix de cajou. Ce soutien financier fait partie du programme pour la nutrition et le développement agricole.

Quatre pays africains, le Nigeria, le Burkina Faso, le Ghana et la Tanzanie, recevront une subvention de 3,3 millions USD allouée par la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) et par le Ministère allemand de la coopération économique et du développement (BMZ), dans le cadre du projet « Competitive African Rice Initiative ». L'accent sera mis sur 120 000 petits producteurs de riz, fournisseurs de services ruraux et meuniers de riz en vue d'améliorer la production d'une offre de qualité d'ici 2017. Le Nigeria et la sous-région ouest-africaine importent près de 50% de riz, soit environ 1 milliard nira par jour. 40 % de l'approvisionnement en riz vient de Thaïlande et du Vietnam, les principaux fournisseurs de la région.

Montserrat va recevoir un peu moins de 4,84 millions USD de l'Union européenne, dans le cadre du programme d'appui budgétaire général au titre du 10e Fonds européen de développement. Il s'agit de la troisième tranche d'une subvention alloué par l'UE au territoire ; elle s'élève à un total de 17,65 millions USD. Cet octroi vise à soutenir la modernisation continue des systèmes de gestion des finances publiques et la mise en œuvre du plan 2008-2020 de développement durable de l'île.

L'Union européenne va allouer la somme de 15 millions d'euros en faveur d'un projet de développement rural en Guinée-Bissau. Victor Madeira dos Santos, chef de la délégation de l'UE en Guinée-Bissau, a déclaré : « l'accent est mis sur la bonne gouvernance et la promotion du potentiel agricole, du développement socio-économique et de la souveraineté alimentaire du pays ». Le projet s'inscrit dans le cadre de l'initiative européenne UE-Active qui sera axée sur trois domaines clés : le développement des plans agricoles régionaux, la rénovation des routes (ce qui pourrait également contribuer à améliorer l'accès aux services de santé) et le renforcement des connaissances de la population.

Vendredi, 06 février 2015

Les petits producteurs de pomme de terre ougandais bénéficieront d'un nouveau projet financé par des donateurs pour augmenter la production de racines et de tubercules dans la région. « Renforcer les liens entre les petits acteurs et les acheteurs dans le secteur des racines et des tubercules d'Afrique » est un projet d'une durée de quatre ans et d'une valeur de 5 millions d'euros, cofinancé par l'Union européenne (UE) et mis en œuvre par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (ONUAA). Le projet visera l'Ouganda, le Rwanda, le Malawi, le Ghana, le Cameroun et la Côte d'Ivoire. Tout en renforçant les liens avec le marché tout au long de la chaîne de valeur, le projet stimulera également la sécurité alimentaire.

Sahara Communities Abroad (Sacoma) a organisé un évènement culinaire à Londres afin de valoriser le commerce de la patate douce du Kenya. Perez Ochieng’, PDG de Sacoma, a déclaré que l'événement s'inscrivait dans le cadre d'une initiative de son organisation pour, d'une part, promouvoir de manière efficace l'accès aux marchés du Royaume-Uni et de l'Union européenne, pour les patates douces et le café du Kenya ; et d'autre part, pour améliorer l'existence des agriculteurs des zones rurales. « Cette manifestation commerciale a servi de catalyseur pour influencer l'industrie, les consommateurs et les décideurs politiques. Elle a permis d'ouvrir de nouvelles opportunités commerciales et d'encourager les investissements dans l'agriculture kenyane » a-t-elle dit.

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>