Mai 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 21 avril 2017

Les délégués de l'Ouganda, du Kenya et de la Tanzanie ont dénoncé ce qu'ils appelaient l'ingérence politique dans la gestion des ressources en eau. Au cours de la récente conférence de l'Organisation des pêches du lac Victoria (LVFO) à Kampala, financée par l'Union européenne [UE] et le programme SmartFish, les délégués ont déclaré que de telles ingérences ont augmenté les cas d'activités illégales sur le lac partagées par les trois pays d'Afrique de l'Est des pays. "Notre lac n'est pas en bonne forme, mais il y a eu une intervention constante. Le problème a été aggravé par une ingérence politique, nous devons construire une résilience qui résiste à cette ingérence pour avoir un lac durable durable", Susan Amendi, déléguée Du Kenya, a déclaré.

Avec la concurrence pour l'utilisation des ressources forestières en constante augmentation, le projet financé par l'UE, DIABOLO, vise à suivre plus efficacement les perturbations et la dégradation. Voir le bois pour les arbres avec une technologie de détection avancée © Traveler Martin, Shutterstock Dans le cadre de ce qu'on appelle l'infrastructure verte, les forêts européennes sont à l'avant-garde des disques concurrents. Ils remplissent diverses fonctions, y compris: l'approvisionnement en matières premières pour la production d'énergie, la séquestration du carbone pour compenser les émissions de gaz à effet de serre, la fourniture d'un sanctuaire pour la conservation de la biodiversité et la protection de l'eau, ainsi que l'offre de possibilités récréatives.

Le gouvernement du Libéria a signé un accord de partenariat volontaire (VPA) avec l'Union européenne pour renforcer et renforcer le secteur forestier du pays. L'accord a été signé par l'Ambassadeur Tina Intelmann, Chef de la délégation de l'Union européenne et Sœur Mary Laurene Browne, Présidente du Conseil d'Administration de l'Autorité de Développement Forestier lors d'une conférence de presse à la mairie de Monrovia, le vendredi 7 avril 2017. Le L'accord de partenariat volontaire vise à améliorer la gouvernance forestière, à traiter l'exploitation forestière illégale et à promouvoir le commerce de produits juridiques légers vérifiés du Libéria vers l'Union européenne. S'exprimant lors de la conférence de presse, l'Ambassadeur Intelmann a déclaré que l'Union européenne a joué un rôle énorme en aidant le Libéria à construire le secteur forestier, ajoutant qu'il est temps pour le pays de maîtriser complètement sa forêt et de commencer à le financer.

Mercredi, 12 avril 2017

Veiller à ce que les jeunes des zones rurales puissent avoir accès au financement et acquérir des revenus décents est essentiel pour endiguer la migration vers l'Europe et ailleurs, a déclaré Gilbert F. Houngbo, qui a pris aujourd'hui ses fonctions, en tant que sixième président du Fonds international de développement agricole (FIDA). Le FIDA est une agence spécialisée des Nations Unies et, en même temps, une institution financière internationale qui investit dans l'éradication de la pauvreté et de la faim dans les zones rurales des pays en développement. M. Houngbo - qui bénéficie d'une large expérience en politique, en développement international et en gestion financière, y compris un mandat de Premier ministre du Togo - prend les rênes du FIDA à un moment crucial. Les changements de priorités de certains gouvernements et les nombreuses urgences mondiales, comme les 20 millions de personnes menacées actuellement par la famine dans la Corne de l'Afrique, risquent de détourner des aides financières d'un développement à long terme.

  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer

Le prochain siècle pourrait-il être celui de l'Afrique plutôt que celui de l'Asie ? L'idée d'une « Montée de l'Afrique » fait florès depuis quelques années. Elle repose sur la croissance rapide de certaines économies africaines, une population relativement très jeune, de riches ressources naturelles et l'expansion de sa classe de consommateurs. En dépit de ces avantages, l'Afrique est aux prises avec un certain nombre de problèmes qui pourraient entraver son progrès économique, politique et social. Sa population devrait doubler, pour atteindre 2,4 milliards de personnes d'ici 2050 et elle pourrait doubler à nouveau d'ici 2100. L'Afrique présente le plus fort taux de croissance de population urbaine dans le monde, mais ses villes ne possèdent pas les infrastructures de base nécessaires pour absorber correctement des afflux massifs de nouveaux habitants. Les problèmes de sécurité, comme la menace du terrorisme, posent également des risques importants, à la fois en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne. Dans un monde toujours plus interconnecté, ces problèmes ne se limiteront pas à l'Afrique.

Mercredi, 29 mars 2017

L'Union européenne va accorder au Nigeria une aide de 40 millions d'euros destinée à l'approvisionnement en eau dans trois Etats fédérés du pays. L'instance continentale a expliqué que son apport rentre dans le cadre de la 3ème phase du programme de réforme de l'assainissement et de l'approvisionnement en eau (WSSSRP III).

Mardi, 28 mars 2017

C’est dans le cadre du programme « Switch Africa Green » ou « verdir l’Afrique » mis en œuvre par le Programme des Nations-unies pour l’environnement et avec le soutien financier de la Commission Européenne que le Burkina Faso a commandité l’étude sur « L’entreprise verte au Burkina Faso : étude exploratoire en vue de la promotion de l’éco-entreprenariat ».

Vendredi, 02 décembre 2016

Chantre d'un nouveau modèle agricole, l'initiative Triple A (Adaptation de l'Agriculture Africaine) fait du bruit à la Cop 22. Les Marocains veulent la mettre au centre des actions sur le climat. Un stand de 900 mètres carrés, des projections 3D sur l'état de la planète en 2040, une agora réservée aux débats sur l'agriculture et la sécurité alimentaire....Pour cette Cop 22, le ministère de l'Agriculture marocain a vu grand. Un an après les accords de Paris qui ont vu la reconnaissance pour la première fois du rôle de l'agriculture et de la forêt dans la lutte contre le changement climatique, le Maroc a lancé son initiative Triple A (Adaptation de l'Agriculture Africaine).

Jeudi, 01 décembre 2016

Le mardi 6 décembre, l'Agence française de développement réunit ses partenaires, au musée du Quai Branly-Jacques-Chirac, pour ses 75 ans. Point d'orgue d'une semaine de réflexion et d'échanges, cet événement sera clôturé par le président de la République, François Hollande. Un vent porteur souffle sur l'AFD, bras séculier de l'aide française au développement. Depuis juillet, l'agence a un nouveau directeur général, Rémy Rioux, et les crédits de l'aide publique au développement (APD) vont progresser. C'est la première fois depuis six ans. Ils devraient ainsi atteindre 2,62 milliards d'euros en 2017. Ces dernières semaines, le patron de l'AFD a bataillé pour obtenir cette rallonge sur laquelle le président de la République s'était engagé.

À la COP22, le Roi du Maroc organisait le 16 novembre un sommet de l'Union africaine autour de la lutte contre le changement climatique. Le même jour, deux nouvelles initiatives ont vu le jour : le lancement d'un réseau d'investisseurs et la transformation d'I4CE en think tank Nord-Sud sur le climat. L'émergence d'une finance climat sur le continent est en cours. « L'épargne africaine au service d'une Afrique zéro carbone », tel était le titre de la conférence de lancement du réseau des investisseurs africains engagés sur le climat, à Marrakech le 16 novembre. « Il y a 500 milliards de dollars d'actifs dans les fonds de pension africains.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>