Octobre 2017
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mercredi, 28 octobre 2009
L’UE devrait poser comme condition au versement des subventions agricoles la préservation de la bonne qualité des sols et des ressources en eau en incitant les agriculteurs à diversifier leur production pour y intégrer les biocarburants et les plantes à fibres, a-t-on pu entendre lors d’un débat organisé par EurActiv le 13 octobre dernier. La réforme de la Politique agricole commune (PAC) de l'UE devrait allier sécurité alimentaire et sécurité environnementale, a fait valoir Thierry de l'Escaille, secrétaire général de l'Organisation européenne des propriétaires fonciers. S'exprimant sur le rôle de l'Europe dans la sécurité alimentaire mondiale, M. de l'Escaille a indiqué que les subventions de la PAC sont nécessaires, mais devraient être utilisés comme une incitation pour les agriculteurs à fournir des biens publics, tels que des sols, de l'eau et de l'air de qualité.
Mardi, 27 octobre 2009
Le 19 octobre le CTA a assisté à la conférence sur “La pollution toxique dans le monde en développement” à Aidco Infopoint, Commission Européenne. La présentation a été faite par le fondateur du "Blacksmith Institute", une entité qui agit pour l’éradication de la pollution toxique dans les pays en voie de développement. L’institut se charge actuellement d’un projet de recensement des endroits les plus toxiques dans le monde, soutenu par la Commission Européenne, et qui vise à créer un "Fonds pour la Santé et la Pollution" (de $500 millions), composé des contributions des gouvernements et des donateurs multilatéraux, pour lutter contre la pollution hérité du passé dans les pays en développement.
Le 2e Congrès européen sur l’agriculture biologique organisé par le Groupe IFOAM UE se tiendra à Bruxelles le 1er décembre 2009, une semaine avant la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Copenhague. Le thème principal sera «l’agriculture et l’alimentation biologiques en période de changement climatique, de perte de biodiversité et de crise alimentaire mondiale». Selon «l’Evaluation des écosystèmes pour le millénaire» lancée par les organisations des Nations Unies, la Banque mondiale, de nombreuses organisations de la société civile et des donateurs publics et privés, «on constate une perte énorme et en grande partie irréversible de la diversité de la vie sur terre», conséquence de «la demande croissante de denrées alimentaires, d’eau potable, de bois d’œuvre, de fibre et de combustible»: une évolution qui «réduira considérablement les avantages que les générations futures pourront tirer des écosystèmes».
Lors la session d'ouverture d'un atelier de deux jours sur les débouchés du marché européen des produits naturels et biologiques qui s'est tenu à New Kingston en Jamaïque, le responsable du ministère jamaïcain de l'Agriculture et de l’entreprise d’agro investissement dans les pêches, le Dr. David Lowe a souligné que l’agriculture biologique pourrait se développer dans les années à venir.
L'Union Européenne reproche au système nigérian l'incapacité du pays à produire suffisamment d'énergie pour répondre à la demande locale, promouvoir la croissance économique et industrielle et le développement. C'était sa position dans une étude de préfaisabilité pour le dialogue UE-Nigeria sur l'énergie, rendue publique par la délégation des Communautés européennes au Nigeria, dans le cadre d’un atelier organisé à Abuja. Selon le document, l'UE indique qu'elle croit que «les problèmes que connaît le secteur de l'énergie au Nigeria sont systémiques, impliquant que les solutions doivent couvrir le système dans sa globalité et non des parties isolées de celui-ci. Un échec systémique exige des solutions systémiques».
Lundi, 26 octobre 2009

Les Journées européennes du développement se sont terminées samedi. Le thème de la journée était le climat. «Avant la conférence sur le changement climatique de Copenhague, je veux dire à tous que nos voix, les voix des pauvres, des vulnérables, de ceux qui n'ont pas la possibilité de faire face au changement climatique, doivent être entendues», a déclaré Michèle Duvivier, Premier ministre d’Haïti, lors de la réunion qui a eu lieu à Stockholm.

«Si vous ne pouvez pas comprendre la situation critique dans laquelle mon peuple se trouve aujourd’hui, vous allez entraîner vos propres populations à un sort similaire». Le Président de la Micronésie, Emanuel Mori, a tenu un discours bouleversant lors de la dernière journée des Journées européennes du développement. Dans son discours, il a attiré l’attention sur le fait que son pays était sur le point de disparaitre sous le niveau de la mer, si rien n’est fait pour contrecarrer le changement climatique.

La Commission européenne va élaborer un plan d'action avec ses partenaires européens en vue d'examiner, sur une base permanente, les moyens qui permettraient d'améliorer et de renforcer les liaisons de transport entre les deux continents. Le plan d'action a été annoncé aujourd'hui au cours du forum euro-africain sur les transports qui s'est tenu dans le cadre des journées du RTE-T, à Naples, les 21 et 22 octobre. Le forum réunit des représentants des États membres de l'UE, de la Commission ainsi que des pays africains et des organisations régionales. Il est directement lié à la récente communication intitulée "Connecter l'Afrique et l'Europe : Vers un renforcement de la coopération en matière de transport".

Jeudi, 22 octobre 2009
L'Honorable Mme Nita Deerpalsing, Membre du Parlement de l’Ile Maurice et de l’Assemblée Parlementaire Paritaire ACP-UE (APP), est notre invitée. Mme Deerpalsing nous présente le rôle, les objectifs et le fonctionnement de l’APP, une assemblée consultative clé dans la coopération ACP-UE. Depuis presque deux ans, Mme Deerpalsing est vice-présidente de la commission affaires sociales et environnement. Selon elle, l’impact social de la crise économique et les conséquences sociales et environnementales du changement climatique représentent deux questions fondamentales auxquelles les pays ACP doivent faire face. Maurice, en particulier, bien qu'ayant des institutions solides et qui est un pays relativement prospère pourrait tout perdre, comme c’est le cas dans d’autres pays ACP, avec l'impact du changement climatique. Des stratégies de mitigation et d’adaptation doivent donc être mises en place dans le contexte d'un développement durable. La crise mondiale a aussi un impact social très fort dans les pays ACP. Aujourd’hui un milliard d’humains ne mangent pas à leur faim et ne sont pas en mesure de participer pleinement à la prospérité de leur pays.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>