Teknoloji Haberleri Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Environnement
Août 2018
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Jeudi, 20 juillet 2017

Deux accords, notamment sur la création de l'Agence de développement de la France (AFD) en Angola et d'une autre relative au financement de projets d'eau, ont été signés vendredi dernier à Luanda. Le premier accord a été signé par le ministre des Finances, Archer Mangueira, et par l'ambassadeur de France, Silvain Itté. Cet accord vise à permettre à l'AFD officiellement en Angola et à financer des projets liés aux domaines de l'eau, de l'énergie et de l'agriculture. Le deuxième accord a été signé par le ministre Archer Mangueira et le représentant résident de la Banque mondiale en Angola, Clara de Sousa, ainsi que le directeur de l'Agence de développement de la France (AFD), Martha Stein-Scochas.

L'Union européenne (UE) a déclaré qu'elle a jusqu'à présent engagé plus de 700 millions d'euros pour le développement de l'énergie durable au Nigeria et dans d'autres pays de la CEDEAO de 2014 à 2020. Le chef de la coopération, la délégation de l'UE au Nigéria et la CEDEAO, M. Kurt Cornelis, a déclaré Ceci à Abuja lundi lors d'un atelier sur la politique et la réglementation des mini-grilles d'énergie propre et des énergies renouvelables dans la région de la CEDEAO. Cornelis a déclaré que l'accès à l'électricité et la promotion de solutions énergétiques durables étaient au cœur de la coopération de l'UE avec la région, d'où la fourniture des subventions aux pays de la CEDEAO.

Avec le monde au bord d'une quatre famines sans précédent, les pays donateurs doivent intensifier d'urgence les efforts pour s'attaquer aux causes structurelles de la faim et de la pauvreté. La sécurité alimentaire et l'agriculture durable figurent parmi les principales priorités de l'Union européenne pour la coopération au développement. L'UE s'est engagée à apporter des solutions à long terme, notamment en habilitant les petits exploitants, en particulier les femmes, et en soutenant des approches respectueuses de l'environnement en agriculture. Dans la pratique, cependant, son aide au développement pour le secteur agricole ne répond pas à ses engagements.

Dans un restaurant plat au bord de la réserve de Dja Faunal au Cameroun, j'ai demandé au propriétaire ce qu'il y avait à manger. Elle a fait un geste vers une affiche sur le mur. Il s'agissait d'un guide illustré de 44 espèces animales menacées par le braconnage et la chasse, mais pour le restaurant, il servait de menu. Chaque animal dont elle a indiqué était disponible sur commande. Le Dja et d'autres forêts du bassin du Congo en Afrique centrale sont un grenier à pain pour des millions de personnes vivant dans la région. À près de 2 millions de kilomètres carrés, la région de la forêt tropicale dans le bassin du Congo est la deuxième plus grande au monde après l'Amazonie.

Jeudi, 13 juillet 2017

Le Gouvernement du Mozambique, la Banque mondiale et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont annoncé un nouveau projet qui renforcera la gestion durable des forêts et contribuera au Mozambique à atteindre l'objectif 15 du développement durable sur les forêts. Le projet de 6 millions de dollars fait partie du projet d'investissement forestier du Mozambique financé par la Banque mondiale de 47 millions de dollars. Le projet vise à endiguer le rythme rapide de la déforestation et à soutenir les investissements dans le secteur forestier tout en créant de nouvelles possibilités de revenus et de moyens de subsistance grâce à la gestion durable des forêts pour les communautés rurales.

L'Union européenne affirme qu'elle fournira 17 millions de dollars aux pays de la sous-région de l'Afrique de l'Ouest afin d'accroître les activités halieutiques et maritimes dans la région. Le programme, couvrant six ans, permettrait aux opérateurs de l'industrie d'organiser et de coopérer sur la gestion des pêches. La Représentante de l'Union européenne, Stephania Marone, l'a révélé à Abuja, lors d'un atelier sur le dialogue sur la politique régionale pour le développement de la pêche et de l'aquaculture de la CEDEAO. Elle a déclaré que la sécurité dans la région serait maintenue car le secteur de la pêche est stratégique pour la stabilité économique régionale. L'aide de l'UE pourrait conduire à une augmentation de la production et de la conservation du poisson.

Le Nigeria et d'autres pays de la CEDEAO bénéficieront du fonds de l'Union européenne (UE) de 50 millions d'euros mis en place pour assurer un développement durable de la pêche et la sécurité maritime, selon un responsable de l'UE. Mme Stefania Marrone, chef de la section de coopération régionale dans la délégation de l'UE au Nigéria et la CEDEAO, a déclaré cela dans une interview à l'agence de presse du Nigéria (NAN) à Abuja mardi. Marrone a pris la parole en marge de la réunion sur «Processus de politique régionale pour le développement de la politique régionale et de l'étude de l'agriculture de la CEDEAO sur les pêches et l'aquaculture de l'ECOWAP».

Sahel Capital, gestionnaire de fonds pour le Fonds pour le financement agricole au Nigeria ("FAFIN"), est heureuse d'annoncer la clôture finale réussie de 65,9 millions de dollars de son premier fonds. Dans le cadre de cette approche, la Banque africaine de développement, le Groupe des CDC et le Dutch Good Growth Fund ont engagé conjointement 31 millions de dollars à FAFIN, rejoignant les coauteurs existants du fonds pour générer une transformation agricole au Nigeria. Dans le cadre de ce cycle, la Banque de développement de KfW a également proposé d'augmenter ses engagements envers FAFIN d'un montant supplémentaire de 10 millions de dollars, sous réserve des approbations finales, qui, si elles étaient fournies, augmenteraient la taille du fonds à 76 millions de dollars d'ici décembre 2017.

Vendredi, 07 juillet 2017

Les pays des îles de l'océan Indien et de l'Afrique de l'Est se sont réunis pour élaborer des stratégies pour lutter contre la pêche illégale et accroître la responsabilité dans les pratiques halieutiques. Pendant deux jours, des représentants de l'industrie de la pêche, de la société civile, des gouvernements et des administrations de la pêche des Seychelles, des Maurice, des Comores, de Madagascar, de la Tanzanie, du Kenya et du Mozambique se sont rencontrés à l'île de Mahe, aux Seychelles, pour discuter de l'Initiative de la transparence des pêches (FiTI) Initiative mondiale visant à lutter contre la pêche illégale. Les pays africains sont particulièrement vulnérables à la surpêche et à l'épuisement des stocks de poissons en raison de pratiques de pêche opaques et non réglementées tant par les entreprises étrangères que par les communautés locales.

Le gouvernement et Unilever ont annoncé aujourd'hui une vision conjointe pour transformer la plantation de palmier à huile Twifo (TOPP) en une plantation d'huile de palme durable à la fine pointe de la technologie. Le vice-président, le Dr Mahamudu Bawumia et le PDG de Unilever Global, Paul Polman, ont convenu d'une vision conjointe, soulignant leur soutien au développement d'une industrie durable du palme de palme au Ghana. Dans le cadre de cette vision conjointe, Unilever et le gouvernement du Ghana travailleront ensemble pour développer la plantation, soutenir les petits agriculteurs et contribuer à un impact positif sur l'économie locale.Dr Bawumia a félicité Unilever pour le soutien qu'elle a offert à l'économie ghanéenne au fil des ans Grâce à sa présence continue et ses opérations au Ghana.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>