Août 2017
L Ma Me J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Mercredi, 26 juillet 2017

Les exportateurs de poisson des Îles Salomon auront une impulsion dans le cadre d'un nouveau projet soutenu et dirigé par la Facilité de développement des normes et du commerce et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture ou la FAO. La FAO a déclaré que le nouveau projet de poisson donnera aux exportateurs de poisson des Îles Salomon un accès accru au marché européen et bénéficieront du partenariat mondial sur le commerce sécurisé. La FAO dirigera le projet jusqu'en 2020, avec un budget total de plus de 500 000 dollars des États-Unis.

La flotte européenne de longue distance, regroupée en Europêche, a exprimé au commissaire aux affaires maritimes et aux pêches de la DG Mare, Karmenu Vella, l'importance des accords de pêche avec les pays tiers pour cette flotte et a demandé un soutien diplomatique au plus haut niveau pour renouveler la Accord avec la Guinée-Bissau en termes équitables. Pour renouveler l'accord avec la Guinée-Bissau, qui se termine le 23 novembre, et après l'échec du quatrième cycle de négociations, Europêche juge nécessaire de faire en sorte que le président du pays, José Mario Vaz, comprenne que ses demandes sont disproportionnées et que Le renouvellement impliquerait une perte pour les deux parties.

Jeudi, 13 juillet 2017

L'Union européenne affirme qu'elle fournira 17 millions de dollars aux pays de la sous-région de l'Afrique de l'Ouest afin d'accroître les activités halieutiques et maritimes dans la région. Le programme, couvrant six ans, permettrait aux opérateurs de l'industrie d'organiser et de coopérer sur la gestion des pêches. La Représentante de l'Union européenne, Stephania Marone, l'a révélé à Abuja, lors d'un atelier sur le dialogue sur la politique régionale pour le développement de la pêche et de l'aquaculture de la CEDEAO. Elle a déclaré que la sécurité dans la région serait maintenue car le secteur de la pêche est stratégique pour la stabilité économique régionale. L'aide de l'UE pourrait conduire à une augmentation de la production et de la conservation du poisson.

Le Nigeria et d'autres pays de la CEDEAO bénéficieront du fonds de l'Union européenne (UE) de 50 millions d'euros mis en place pour assurer un développement durable de la pêche et la sécurité maritime, selon un responsable de l'UE. Mme Stefania Marrone, chef de la section de coopération régionale dans la délégation de l'UE au Nigéria et la CEDEAO, a déclaré cela dans une interview à l'agence de presse du Nigéria (NAN) à Abuja mardi. Marrone a pris la parole en marge de la réunion sur «Processus de politique régionale pour le développement de la politique régionale et de l'étude de l'agriculture de la CEDEAO sur les pêches et l'aquaculture de l'ECOWAP».

Vendredi, 07 juillet 2017

Les pays des îles de l'océan Indien et de l'Afrique de l'Est se sont réunis pour élaborer des stratégies pour lutter contre la pêche illégale et accroître la responsabilité dans les pratiques halieutiques. Pendant deux jours, des représentants de l'industrie de la pêche, de la société civile, des gouvernements et des administrations de la pêche des Seychelles, des Maurice, des Comores, de Madagascar, de la Tanzanie, du Kenya et du Mozambique se sont rencontrés à l'île de Mahe, aux Seychelles, pour discuter de l'Initiative de la transparence des pêches (FiTI) Initiative mondiale visant à lutter contre la pêche illégale. Les pays africains sont particulièrement vulnérables à la surpêche et à l'épuisement des stocks de poissons en raison de pratiques de pêche opaques et non réglementées tant par les entreprises étrangères que par les communautés locales.

Les négociations pour un nouvel accord sur les pêches entre l'Union européenne (UE) et la Guinée-Bissau (GB) ont été mises en attente en raison de conditions économiques et techniques irréalistes proposées par les autorités du pays africain, a rapporté Europêche. Les propriétaires européens de navires de pêche s'attendent à ce que la discussion de ce nouvel accord, qui permettrait à environ 50 navires de l'UE de continuer à pêcher des espèces importantes telles que le thon, les céphalopodes, le cheval ou la crevette dans les eaux de GB pour les années à venir dans un cadre juridique transparent. Reprendre et conduire à un accord réaliste bénéfique pour les deux parties dans un proche avenir.

Les agriculteurs devraient bénéficier de Food Foods améliorés (AIF), une usine de traitement des aliments qui a été dévoilée mercredi. S'exprimant lors du dévoilement officiel de l'usine, divers fonctionnaires ont déclaré que l'usine de Kigali Special Economic Zone serait alimentée par des matières premières produites localement. Les fonctionnaires ont déclaré que l'approvisionnement en matières premières des agriculteurs locaux est un élément clé qui profitera non seulement aux producteurs, mais aussi au pays et au fabricant. Cependant, il a été noté que les agriculteurs locaux n'ont toujours pas la capacité de satisfaire les besoins de l'usine.

Jeudi, 29 juin 2017

Des représentants de la Guinée-Bissau et de l'Union européenne (UE) se réuniront lundi à Bruxelles pour une nouvelle série de négociations sur le prochain accord de pêche que l'UE aura avec le pays, selon la presse locale. Ce nouveau cycle, qui se déroule jusqu'en mercredi, est le quatrième depuis la fin du mois de mars que les parties ont tenu sans s'entendre sur le format du nouvel accord. Le ministre des Pêches de Guinée-Bissau, Orlando Viegas, a déclaré à la fin du troisième tour au début de ce mois-ci que les divergences d'opinion dans le processus résident dans le modèle que chaque parti a l'intention de donner au nouvel accord, selon le rapport publié dans Jornal de Angola.

En tant qu'entreprise axée sur ses clients, et qui s'étend en Afrique, il était naturel pour Aller Aqua de soutenir World Aquaculture 2017 la première fois qu'elle se déroule en Afrique. Depuis que Aller Aqua a été créé, l'accent a été mis sur les clients et ce que l'entreprise pourrait faire pour les aider à atteindre le rendement maximal de leurs fermes piscicoles. La mise en œuvre de l'accent du client comme une des valeurs de l'entreprise a permis à Aller Aqua d'atteindre une croissance continue, d'abord en Europe, puis en Asie et maintenant en Afrique. World Aquaculture 2017 est parrainé par Aller Aqua et met l'accent sur l'Afrique.

Mercredi, 17 mai 2017

Les Communautés économiques régionales (CER) ont été créées dans le but de recueillir toutes les opportunités sur le terrain et de stimuler le commerce et l'investissement en Afrique. Pourtant, le commerce intra-africain est évalué à 12 pour cent. Ce chiffre, cependant, reste nain par rapport à d'autres continents, comme l'Amérique du Nord et l'Europe de l'Ouest, qui représente 40% et 60% respectivement. Le président de la Chambre de commerce et des associations sectorielles (ECCSA), Salomon Afework, a déclaré à The Ethiopian Herald que L'intégration commerciale régionale est depuis longtemps un objectif stratégique pour l'Afrique.

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>