Octobre 2017
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Lundi, 09 octobre 2017

Les ministres de la pêche et de l’aquaculture des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) se sont mis d’accord sur des mesures pour intensifier la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), ainsi que pour remédier au problème des subventions en faveur de la pêche à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Une déclaration publiée à l’issue de la cinquième réunion ACP des ministres de la pêche et de l’aquaculture, organisée plus tôt cette semaine, a aussi indiqué que les ministres avaient défini ensemble des mesures pour renforcer la production aquacole, promouvoir une gestion efficace de la pêche et soutenir les activités de pêche à petite échelle.

Dans le cadre de la conférence «Notre océan», l'Union européenne et le groupe des 79 États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique ont réaffirmé aujourd'hui leur soutien à la mise en œuvre de l'ODD 14 et ont souligné leur attachement à une vision ambitieuse et à long terme de la protection, de la valorisation et de l'utilisation durable de nos océans ainsi qu'à la croissance bleue durable, de même que leur volonté d'intensifier leur action coordonnée et leur coopération.

Lundi, 02 octobre 2017

Les Européens et les Mauritaniens ont lancé aujourd’hui une commission conjointe à Bruxelles en vue d’évaluer cet accord de pêche, qui est l’accord bilatéral dans ce secteur le plus important pour l’Union européenne (UE) d’un point de vue économique. La flotte espagnole appelle à améliorer l’accès aux eaux de ce pays d’Afrique du Nord.

Au terme de la 5e réunion des ministres de la pêche et de l’aquaculture des pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique), organisée à Nassau, les délégués ont décidé d’élaborer un plan stratégique pour consolider les secteurs de la pêche et de l’aquaculture des 79 pays ACP (près d’un milliard d’habitants au total) afin de faire entrer des devises étrangères et d’améliorer la sécurité alimentaire et de l’emploi. M. Renward Wells, ministre de l’agriculture et des ressources maritimes des Bahamas qui présidait cette semaine de réunion, s’est félicité de cette décision et a donné une brève conférence de presse à l’issue de la réunion.

Dimanche, 17 septembre 2017

Une importante réunion des Ministres et Hauts fonctionnaires provenant de l’Afrique sub-saharienne, des Caraïbes et des îles du Pacifique se tiendra aux Bahamas, du 18 au 21 septembre. Compte tenu de la valeur totale des exportations de poissons originaires de ces régions sur le marché international, soit 5,3 milliards de dollars US par an, cette réunion visera à renforcer les engagements mutuels à améliorer la gouvernance et à dynamiser le développement de la pêche et de l'aquaculture. La 5e réunion des Ministres ACP chargés de la pêche et de l’aquaculture sera inaugurée le 20 septembre par le Premier ministre des Bahamas, l’hon. Hubert Minnis. Elle durera deux jours et sera précédée de la réunion des Hauts fonctionnaires, prévue les 18 et 19 septembre. Cet événement revêt une importance particulière pour le Groupe des États ACP, dont plus de 60 de ses 79 membres exportent des produits de la pêche maritime et continentale et de l’aquaculture.

Vendredi, 15 septembre 2017

Le Portugal, l’Espagne, la Grèce et l’Italie ont enfreint la législation européenne en autorisant leurs bateaux à pêcher dans les eaux territoriales au large de la Gambie et de la Guinée équatoriale. C’est ce que révèlent les conclusions de l’ONG environnementale Oceana, publiées mardi. Les zones au large de l’Afrique de l’Ouest, riches en thon à haute valeur commerciale, attirent les navires de pêche d’Europe et d’Asie. Beaucoup opèrent légalement mais les pays de la région sont aussi vulnérables à la pêche illégale, en raison de la corruption et du manque de capacités de la police maritime.

Vendredi, 08 septembre 2017

Le jargon juridique fleuri dans lequel sont rédigés les accords de partenariat de pêche semble toujours garantir la durabilité des pêches nationales concernées, mais, en réalité, ces documents économiques constituent la stratégie de Bruxelles pour piller les richesses sous-marines des États maritimes africains. De Sao Tomé à la Sierra Leone, de nombreux éléments attestent que les promesses de l’UE en faveur du développement mondial ne sont que de pure forme. George Francis, 63 ans, est un pêcheur aguerri, capitaine de port du quai Lumley à Freetown, la capitale vallonnée de la Sierra Leone. Il a commencé à travailler dans le secteur de la pêche au milieu des années 1960, à l’époque où le pays venait d’obtenir son indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni. Il a connu des jours meilleurs. Aujourd’hui, la vie est très dure et deux de ses filles vivent désormais au Nigeria, d’où elles lui envoient régulièrement de l’argent. George explique que ses difficultés ont commencé il y a 20 ans environ, quand des grands chalutiers industriels ont commencé à rôder le long des côtes de sa communauté balnéaire.

Vendredi, 01 septembre 2017

Le carton jaune adressé à Trinité-et-Tobago par l’Union européenne pour pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) a incité le gouvernement du pays à prendre des mesures pour s’attaquer à l’un des problèmes qui empoisonnent depuis des dizaines d’années le secteur de la pêche des îles- jumelles. Mais ce carton jaune a aussi mis au jour des problèmes systémiques de mauvaise gestion du secteur de la pêche à l’origine de la surexploitation ou de la pleine exploitation des stocks halieutiques.

Rainforest Seafoods, un exportateur caribéen dont le siège se situe en Jamaïque exporte depuis le début 2017 des conques et des langoustes pêchées dans les eaux caribéennes vers l’Union européenne et les Émirats arabes unis. En décembre de l’année dernière, il a également commencé à exporter du homard vers la Chine et les États-Unis.

Mercredi, 26 juillet 2017

Les exportateurs de poisson des Îles Salomon auront une impulsion dans le cadre d'un nouveau projet soutenu et dirigé par la Facilité de développement des normes et du commerce et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture ou la FAO. La FAO a déclaré que le nouveau projet de poisson donnera aux exportateurs de poisson des Îles Salomon un accès accru au marché européen et bénéficieront du partenariat mondial sur le commerce sécurisé. La FAO dirigera le projet jusqu'en 2020, avec un budget total de plus de 500 000 dollars des États-Unis.

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>