Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Pêche Régionale
Août 2019
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mardi, 13 octobre 2015

Les investisseurs étrangers, principalement norvégiens, prennent conscience du potentiel de l'industrie aquacole au Kenya. Le Secrétaire principal à la pêche, Micheni Ntiba, explique que le gouvernement possède un plan stratégique solide pour le développement de l'aquaculture : « De nombreux efforts doivent être réalisés au Kenya pour moderniser le développement de l'aquaculture et nous invitons les partenaires norvégiens à investir dans ce secteur. » La Norvège jouit d'une industrie aquacole très développée, avec des activités telles que l'élevage et la récolte des poissons, l'ajout de valeur et la commercialisation.

Jeudi, 08 octobre 2015

La ministre de la pêche Victoria de Barros Neto a annoncé que la construction du Centre de formation à la pêche professionnelle (Cefopesca) d’Angola, un projet estimé à 98 millions USD, débuterait cette année pour se conclure 36 mois plus tard. Le Centre de formation à la pêche professionnelle a été créé en 1982 dans le cadre de la coopération entre l'Angola et la Suède. L’approbation par le gouvernement angolais de la construction de ces nouvelles infrastructures fait suite à la destruction, en 2007, de 85 % du centre par des pluies torrentielles. Ce projet est financé par un crédit ouvert du gouvernement espagnol en faveur de l'Angola.

Mao Zeming, le ministre de la pêche et des ressources marines de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), a annoncé que les navires battant pavillon national ne seront plus autorisés à mener leurs activités de pêche dans les zones de haute mer du Pacifique oriental en raison de graves inquiétudes quant à la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). Les activités de pêche sont interdites dans les zones au-delà des eaux concernées par le système de contingentement des jours de pêche défini par les signataires de l'Accord de Nauru (PNA).

Lundi, 05 octobre 2015

Les Comores ont rejoint le rang des mauvais élèves en matière de lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). Les Comores viennent de recevoir une carte jaune de la Commission européenne pour sa manque de coopération dans la lutte contre la pêche illégale et il sont un periode de six mois pour améliorer leurs cadres juridiques jugés insuffisants.  Le Ghana et la Papouasie - Nouvelle-Guinée, qui ont réformé leur système de gouvernance, ont été retirés de la liste. La procédure d’avertissement est maintenue pour l’île de Curaçao, les îles Salomon, les Tuvalu, Saint-Christophe-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, où la procédure a été lancée en avril 2015.

Jeudi, 24 septembre 2015

L'UE croit en l'importance de la promotion de meilleures opportunités, de la sécurité, du développement et d'une meilleure gestion des migrations dans les pays africains d'origine, tels que le Kenya. En fait, comme l'avait annoncé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le 9 septembre 2015, l'UE se prépare à lancer un Fonds d'affectation d'urgence à hauteur de €1,8 milliard pour faire face aux causes premières d'instabilité dans les pays d'origine et pour lutter contre l'immigration et les déplacements illégaux. Un projet de près de €30 millions établi au titre de ce Fonds pourrait offrir des opportunités socioéconomiques dans les zones côtières du Kenya (dans le secteur de la pêche par exemple) où le taux de pauvreté demeure élevé, pouvant atteindre 80 %.

La Commission de la pêche a repris ses activités parlementaires et poursuivra ses travaux sur : (i) les négociations avec le Conseil sur le plan pluriannuel de gestion des pêches pour la mer Baltique, qui devrait servir de modèle pour les plans à venir ; (ii) l'examen des mesures techniques et des règles de contrôle en vue de la mise en œuvre de l'obligation de débarquement ; (iii) la préparation de plusieurs plans pluriannuels de gestion des pêches.

Mardi, 22 septembre 2015

Le Parlement européen a approuvé les protocoles des accords bilatéraux de partenariat de pêche entre l'UE d'une part, et Madagascar, le Cap-Vert et la Guinée-Bissau d'autre part, lors de la dernière session plénière tenue à Strasbourg.  « Conformément aux principes de la politique commune de la pêche réformée (PCP), ces protocoles contribuent à une pêche responsable ainsi qu'à une gestion durable des ressources halieutiques. (...) Les protocoles signés profiteront à nos pays partenaires, non seulement par le biais d'une contrepartie financière pour l'accès des navires de l'UE à leurs ressources halieutiques, mais ils recevront également des fonds d'aide au développement pour le secteur de la pêche, notamment à l'appui de la pêche artisanale et du renforcement des capacités de suivi, de contrôle et de surveillance de la pêche.

Vendredi, 18 septembre 2015

Le membre du Parlement européen, João Ferreira, a publié un article dénonçant l'accord de pêche entre l'UE et les pays en développement, comme abusif et contradictoire. S'ils sont riches en ressources halieutiques, les pays en développement ayant signé des accords de pêche avec l'UE sont généralement les pays les moins développés sur le plan économique. Selon lui, les accords de pêche actuels sont en contradiction avec les objectifs annoncés. « Ces accords incluent habituellement une dimension de développement, aujourd'hui appelée appui sectoriel, mais les résultats en la matière s'avèrent limités. En conséquence, une grande partie des objectifs établis dans les accords dits de partenariat dans le domaine de la pêche (objectifs qualifiés de « durables » avec la nouvelle réforme de la politique commune de la pêche) ont échoué ».

Le Parlement européen a approuvé de nouveaux accords de pêche avec le Cap-Vert et la Guinée-Bissau. L'accord conclu avec le Cap-Vert autorise 71 navires venant d'Espagne, de France et du Portugal à pêcher le thon, entre autres espèces. Le Cap-Vert recevra 2,1 millions € au cours des quatre ans d'application du protocole, soit un montant s'élevant à 360 000 € de plus que celui perçu dans le cadre de l'accord précédent. L'accord prévoit un mécanisme de suivi, le renforcement des capacités de contrôle et de surveillance et un soutien aux communautés locales de pêcheurs, en vue de promouvoir une gestion durable de la pêche dans l'archipel.

Vendredi, 11 septembre 2015

La commission de la pêche du Parlement européen organisera une audience sur les programmes de gestion pluriespèces, qui représentent les principaux outils de gestion à long terme de la politique commune de la pêche (PCP). Il sera question de la mise en œuvre de l'obligation de débarquement et de mesures techniques au moyen d'actes délégués, ainsi que des enseignements tirés de l'avancement des programmes déjà en place.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>