Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Pêche Régionale
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Jeudi, 06 août 2015

Les ministres responsables de la pêche et de l'aquaculture des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ont demandé à l'Union européenne, aux Nations Unies, à la Banque mondiale et à d'autres organisations des ressources financières suffisantes pour appliquer le Plan d'action stratégique pour la pêche et l'aquaculture adopté aux Fidji en 2012. Les ministres ACP ont exhorté la communauté internationale à mener des actions concrètes en vue de réduire les effets du changement climatique lors de la COP21, et à coopérer plus étroitement avec les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique sur la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) et la piraterie. Le groupe a également appelé l'UE à apporter son aide concernant l'érosion des préférences tarifaires pour les exportations des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique vers l'UE.

Vendredi, 31 juillet 2015

On estime que la pêche illicite, non déclarée et non règlementée (INN) priverait l'économie mondiale de $10 à 23 milliards, sans compter son impact sur l'aménagement des stocks halieutiques, soit une double préoccupation à l'échelle internationale. la FAO a négocié l'adoption en 2009 par ses Etats membres de l'Accord relatif aux mesures du ressort de l'Etat du port visant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche INN. Cependant, l'accord n’entra pas en vigueur lorsque 25 pays ont déposé leur instrument de ratification. A ce jour, l'accord compte 12 pays, une raison pour laquelle al FAO a convoqué une série d'ateliers dans toutes les régions du monde.

Jeudi, 30 juillet 2015

L'Espagne et le Curaçao ont signé un accord cadre de coopération technique pour renforcer la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). L'accord prévoit que les deux parties mettent en commun les données relatives à la pêche INN, notamment en ce qui concerne les outils utilisés pour le contrôle et l'inspection des activités de pêche. L'accord comprend également une composante axée sur la formation, selon laquelle les inspecteurs de pêche recevront une formation à la fois pratique et théorique. L'Espagne est l'un des principaux pays à prendre des mesures actives contre la pêche INN, et a été impliquée dans un grand nombre d'activités de coopération internationale (comme l'« Opération Sparrow » par exemple).

La quatrième réunion des ministres ACP en charge de la pêche et de l'aquaculture s'est tenue au Secrétariat ACP de Bruxelles, du 22 au 23 juillet 2015. La feuille de route fait mention, entre autres, des points évoqués lors de la réunion : (i) ressources financières adaptées et collaboration avec des institutions partenaires clés, dont l'UE, la FAO, le FIDA, l'ONUDI et la Banque mondiale, pour soutenir le secteur de la pêche dans les pays ACP ; (ii) objectifs ambitieux lors de la COP21 visant à atténuer les effets négatifs du changement climatique sur le secteur de la pêche ; (iii) davantage de coordination pour lutter à la fois contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) et contre la piraterie ; (iv) développement du secteur de l'aquaculture et de la pêche dans le but de créer des emplois décents, notamment pour les jeunes et les femmes, et préservation de la biodiversité aquatique.

Vendredi, 24 juillet 2015

Comment faire ? Voici la question à laquelle les pêcheurs africains et européens s’efforceront de répondre ensemble, au cours d’une rencontre passionnante organisée en septembre prochain par le Conseil consultatif de pêche lointaine (Long Distance Advisory Council-LDAC) qui réunira des ONG d’Afrique et d’Europe, ainsi que des décideurs politiques de haut niveau, pour discuter de la lutte contre la pêche illicite, de la protection des stocks contre la surexploitation et de l’accroissement des avantages socio-économiques dans les eaux non communautaires. Actuellement, plus de 25 % des poissons capturés par les navires de l’UE sont pêchés en dehors des eaux européennes. Le commissaire européen chargé de la pêche, Karmenu Vella, interviendra par vidéoconférence, aux côtés notamment de la ministre des affaires étrangères de la Suède Isabella Lövin.

L'édition 2015 du programme de tutorat des communautés régionales de pêcheurs, qui s’est tenue à Antigua, du 6 au 9 juillet, a réuni plus de 21 tuteurs et personnes-ressources originaires de 16 pays des Caraïbes. Le programme a été établi en 2013 afin de soutenir et encourager la participation active des pêcheurs dans la gouvernance et la gestion de la pêche. Parmi les principaux objectifs de l'atelier, figuraient notamment : (i) le renforcement des capacités des tuteurs en termes d’encadrement, de facilitation et de gestion du cycle de projet; (Ii) la familiarisation avec les opinions des pêcheurs sur les politiques de pêche et les autres questions-clés relatives au développement de la petite pêche dans les Caraïbes. Les pêcheurs ont également été en mesure d’échanger sur des problèmes communs, tels que l’inadaptation des structures au débarquement, au stockage, à la transformation et à la commercialisation du poisson et des produits halieutiques, les capacités limitées en termes de conservation de la qualité du poisson entre la pêche et la commercialisation.

Vendredi, 17 juillet 2015

L’Union Européenne et la République islamique de Mauritanie ont conclu un accord qui permettra aux pêcheurs européens de pêcher dans les eaux mauritaniennes pendant quatre ans. L’accord sur un quatrième protocole d’application de l’accord de partenariat de pêche durable (APPD) entre l’UE et la Mauritanie a été conclu à la suite des négociations qui ont eu lieu cette semaine à Nouakchott.

L’Union européenne et la Mauritanie ont conclu un nouveau protocole à l’hauteur de €60 millions pour la pêche d’ici 2020. Cet accord autorise les pêcheurs européens à opérer dans les eaux mauritaniennes pour environ 280 000 tonnes par an, pour les crevettes, le thon, les petits pélagiques ainsi que les poissons blancs comme le cabillaud et le colin. Le fait que cet accord ne permet pas les pêchers européens de pécher le poulpe est un sujet épineux lors que le Mauritanie permet aux Chinois de pêcher le poulpe. Un montant important de cet accord, €4 millions, sera consacré au soutien des communautés de pêcheurs mauritaniens et les bateaux européens de pêche devront également payer leurs captures. Cela fait 28 ans que les navires européens accèdent aux zones de pêche mauritaniennes en vertu de plusieurs accords successifs.

Jeudi, 09 juillet 2015

Le député européen Nirj Deva, membre de la commission du développement, a publié un avis destiné à la commission de la pêche concernant une proposition de résolution non-législative, suite au projet de décision du Conseil de conclure le protocole fixant les possibilités de pêche et la contrepartie financière prévues par l'accord de partenariat de pêche avec la République de Guinée-Bissau. Il demande à ce que « l'accès des navires européens au surplus de ressources halieutiques soit limité en fonction du rendement maximal durable, une fois que les besoins nutritionnels de la population locale sont satisfaits. » Il suggère également la mise en place de programmes visant à développer les capacités de pêche des habitants, tout en tenant compte de la situation économique et de l'emploi au niveau local.

Vendredi, 03 juillet 2015

Commission de la Pêche du Parlement européen a publié sa recommandation sur la Déclaration relative à l’attribution de possibilités de pêche dans les eaux de l’Union européenne à des navires de pêche battant pavillon de la République bolivarienne du Venezuela, dans la zone économique exclusive (ZEE) située au large des côtes de la Guyane française. Elle reconnaît que « l'industrie de transformation en Guyane française dépend en partie de l'exploitation, par les navires de pêche vénézuéliens, des ressources naturelles vivantes de la ZEE au large des côtes. » Bien qu'il n'y ait pas d'accord international entre l'UE et le Venezuela concernant la coopération pour la pêche, en pratique, la pêche est autorisée. À la suite de l'arrêt de la Cour de Justice européenne, le Parlement donne son approbation pour que la pêche continue dans cette zone.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>