Février 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Jeudi, 23 février 2017

Le ministère de l’agriculture en collaboration avec le Parasep a organisé, hier mercredi 22 février 2017 à Azalaï hôtel de Cotonou, un atelier de concertation sur le dispositif de mise en place de l’indication géographique « ananas pain de sucre » au Bénin. Dans son souci de diversifier l’agriculture béninois, le gouvernement a fait de la valorisation de l’ananas une priorité. Ainsi, en partenariat avec le Projet d’appui au renforcement des acteurs du secteur privé (Parasep), il a organisé hier un atelier de concertation sur le dispositif de mise en place de l’indication géographique « ananas pain de sucre » au Bénin. Selon Philipe Topanou, coordonnateur de Parasep, l’idée est de capitaliser les acquis et atouts de l’ananas du Bénin, de promouvoir et faire valoir ce qui est fait, et d’évaluer ce qui est mal fait...Rappelons que le Parasep est un projet financé par l’Union européenne et l’Agence française de développement (Afd), qui a pour but de contribuer au renforcement des capacités des acteurs du secteur privé béninois

En vigueur depuis août 2016, l’accord de partenariat économique (APE) conclu entre le gouvernement camerounais et l’Union européenne (UE) révèle une mise en œuvre « satisfaisante » en dépit d’un manque à gagner de plus de 365 millions de francs CFA pour les recettes douanières (plus de 608.000 dollars américains), affirment des sources officielles. « Six mois environ après la mise en œuvre du démantèlement tarifaire, le premier enseignement qu’on peut en tirer c’est que l’accord se met en œuvre dans des conditions globalement satisfaisantes », souligne Norbert Belinga, chef de la cellule de la législation à la direction générale des douanes, à Yaoundé.

Le Conseil des ministre du gouvernement du Burkina Faso a adopté en sa séance du jeudi 26 janvier 2017 un rapport relatif à la tenue à Ouagadougou, de la clôture du Programme d’appui à la consolidation du Cadre d’action pour le partenariat UE-Afrique sur le coton, du 25 mars au 1er avril 2017. Initié et financé par l’Union européenne au profit des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), ce programme, établi en 2004, vise à contribuer à la lutte contre la pauvreté dans les zones cotonnières africaines par l’amélioration de la compétitivité, de la valeur ajoutée et de la viabilité des chaînes de valeur du coton africain.

Mercredi, 22 février 2017

La Commission européenne et le CCI signent le 17 février 2017 un important projet de 10 millions d'euros en Afrique de l'Ouest et en Europe pour s'attaquer aux causes profondes de la migration de l'Afrique vers l'Europe financé par le Fonds fiduciaire d'urgence de l'Union européenne en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique. En Europe, le projet développera des programmes de formation professionnelle pour 250 migrants du Burkina Faso, du Mali et de la Gambie et permettra à au moins 150 d'entre eux de retourner dans leur pays d'origine afin de trouver un emploi décent avec leurs compétences nouvellement acquises en collaboration avec l'Organisation internationale pour les migrations.

La Commission européenne a signé six contrats de subvention pour un montant total de 20 millions d'euros le 23 décembre 2016 avec une mise en œuvre dès 2017, afin de financer des projets de soutien à la société civile sur les questions panafricaines. L'objectif principal de ces projets est d'appuyer la contribution des organisations de la société civile (OSC) à la prise de décision et au processus de formulation des politiques au niveau continental en Afrique. L'initiative est financée dans le cadre du Programme panafricain, créé pour soutenir des projets ayant une valeur ajoutée régionale ou continentale sur des sujets d'intérêt commun entre l'Union européenne et l'Afrique.

Lundi, 20 février 2017

Le Projet Tiers Sud/Beydaare qui concerne les régions de Kolda, Tambacounda et Kédougou a bénéficié d’un financement de l’Agence française de développement (Afd) de 30 milliards de FCfa. C’est l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, qui en a fait l’annonce, mardi dernier, à Soutouré, département de Vélingara, dans les locaux de la direction technique de la Sodagri (société de développement agricole et industriel du Sénégal) où il était en visite des chantiers et des projets financés par la France.

L’ambassadeur européen au Togo, Nicolás Berlanga-Martinez, a participé jeudi à Mango au lancement du projet d'amélioration de l'accès aux services de l'eau potable et d'assainissement dans les communes de Dapaong et Mango. Le programme est financé à hauteur d'environ 328 millions de Fcfa (sur un total de 437 millions) par l’UE et mis en œuvre par une ONG (Communication pour un développement durable, CDD). Les travaux concernent la réhabilitation du réseau d’eau potable dans les deux localités, le renforcement des moyens d’assainissement et l’amélioration des capacités des structures locales afin de gérer et pérenniser ces acquis.

La Banque européenne d’investissement a accordé à la Senelec, un financement de 49 milliards de francs Cfa pour la modernisation du réseau de transport et de distribution électrique. Ce qui devrait permettra à des millions de Sénégalais d’accéder convenablement, à l’électricité. Après la Banque ouest­africaine de développement (Boad), un autre partenaire technique et financier vient d’accorder un financement à la Société nationale d’électricité. Il s’agit de la Banque européenne d’investissement (Bei) qui a alloué, à travers l’État du Sénégal, un financement d’un montant de 75 millions d’euros, environ 49 milliards de francs Cfa à la Senelec.

Depuis 1957, date du début de la coopération entre l’Union européenne et le Cameroun en matière d’aide au développement, le Fonds européen de développement (FED) a financé au Cameroun, «des projets pour plus de 953,43 millions d’euros (625,4 milliards de FCfa), au titre de dons au développement dans divers secteurs : environnement et forêt, santé, commerce et industrie, agro-industrie, développement rural, infrastructures, projets sociaux». Cette statistique est révélée par la délégation de l’Union européenne au Cameroun, qui célèbre cette année le 60ème anniversaire de la coopération avec l’Etat camerounais. Pour ce faire, l’UE a choisi le site de Promote 2017, le Salon de l’entreprise et du partenariat, dont la 6ème édition se déroule dans la capitale camerounaise depuis le 11 février dernier et s’achève le 19 février prochain.

SEM Georges SERRE, Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire et Mr Bruno Leclerc, Directeur Pays de l’Agence Française de Développement (AFD) ont eu une séance de travail avec le ministre Sidi Touré, ce jeudi 16 février 2017. Au menu des échanges, il a été question essentiellement de l’Office National du Service Civique (ONSC). L’ONSC est un nouvel organe. Il est chargé de la mise en œuvre de la politique gouvernementale en matière de service civique. Il traite des questions du civisme, du service civique, de réinsertion, de volontariat et du bénévolat. Dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle formule du service civique, le ministère de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service Civique a sollicité le renforcement des axes de coopération avec la France à travers l’AFD.

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>