Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Politique ACP-UE
Janvier 2019
L Ma Me J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Jeudi, 03 mai 2012

D’aucuns prétendent que s’il y avait une nouvelle législation européenne pour contraindre à la transparence les multinationales, le niveau de vie des pays riches en ressources, qui font habituellement face à un taux élevé de pauvreté, en serait grandement amélioré. Joseph Banga, qui est citoyen congolais et travaille au sein de l’Alliance internationale des agences catholiques pour le développement (CIDSE), a abordé ce sujet avec le Guardian et a demandé à l’Union « de répondre à ses engagements par rapport développement de l’Afrique »

Mercredi, 02 mai 2012

Comme nous l’avons vu lors des dernières semaines, les préoccupations au sujet de la date limite pour conclure les Accords de Partenariat Economique (APE) ont été soulevées.  La dernière semaine, des négociateurs techniques de l'UE et la Communauté d’Afrique de l’Est  (CAE), ainsi que des négociateurs de l’Afrique de l’Ouest  et l’UE, se sont réunis à Bruxelles afin de discuter  des questions liées  aux APE. Selon la Commission, «de bons progrès" ont été réalisés sur plusieurs questions. Toutefois, des chercheurs et des experts à l'échelle international continuent à faire des fortes critiques.
Oduor Ong'wen, le directeur de pays du l’Institut SEATINI (Southern and Eastern African Trade Information and Negotiations Institute), a publié, cette semaine, un article, dans lequel, à l’instar de ses nombreux collègues africains, il dresse une liste des arnaques des APE. Lorsqu’il s’agit de parler de l’Afrique de l’Est en particulier, il s’accorde avec les conclusions des multiples études et pointe du doigt ces accords qui seraient les responsables des conséquences désastreuses que subissent les citoyens africains.
Dans une note spécifique à propos de l’agriculture, il affirme que les paysans feront face à une compétition accrue à cause des denrées produites grâce aux subventions européennes élevées.
La situation s'annonce plus positive pour la Guyana
car, selon  Jolita Butkeviciene, la directrice en charge de l’Amérique latine et des Caraïbes au sein de la Direction générale de l’aide européenne pour le développement et la coopération (DEVCO), le pays a pris de l’avance sur ces voisins caribéens par la mise en œuvre de certains aspects de l’APE. Elle a reconnu que les opinions de la Guyana en matière d’EPA ont été bien représentées lors des négociations et a déclaré qu’il existe des signes qui montrent que le pays tire profit de cet accord.
Les accords de partenariat de pêche ont  également fait l’object des critiques. Bob Dewar, un ancien diplomate qui fut haut-commissaire au Nigéria, ambassadeur en Éthiopie et haut-commissaire au Mozambique, a récemment publié un article d’opinion dans lequel il analyse l’historique des accords extérieurs de pêche de l’Europe. Il pense que les accords à venir peuvent mener à une situation gagnant gagnant si certaines politiques sont mises en place et il a déclaré que « la période où on fermait les yeux était terminée ». M. Dewar a exprimé ses inquiétudes quant à la grande majorité des partenaires tant en Afrique qu’en Europe qui oublient de penser à la mer quand il s’agit de conservation et de sécurité alimentaire. « Pourquoi détourner les yeux ? Peut-être que les grandes mers subissent la tragédie des territoires communs, qui sont justement le problème des autres ? », demande-t-il.
La  "politique de conditionnalité" appliquée par l'UE a été au cœur des dernières discussions. Lors de  la 3159e session du Conseil des Affaires étrangères (Conseil de l’UE) , les ministres ont  rappelé les conclusions adoptées lors de la session tenue en mars 2012 sur la région du Sahel, dans lesquelles il a condamné la prise du pouvoir par la force au Mali.  L’UE , qui a  suspendu  sa coopération avec le pays, rependra ses opérations de développement  « en fonction des progrès enregistrés vers le rétablissement complet de l'ordre constitutionnel ». Le soutien direct à la population et l'aide humanitaire se poursuivront. Egalement, suite au coup d’état  perpétré en Guinée-Bissau,  les ministres ont adopté la conclusion suivante : « [l]’ UE est prête a imposer des mesures restrictives a l'encontre de quiconque continue de participer ou d'apporter un soutien a des agissements menaçant la paix, la sécurité et la stabilité de la Guinée-Bissau.»

Vendredi, 27 avril 2012

Conseil de ministres
-2/3mai: COREPER II
-3 mai: COREPER I
Groupe ACP
- 2/3 Mai: Stratégie de développement du secteur des services dans les pays ACP
- 3 mai:  Comité ACP sur le sucre
-4 mai:  S/C Questions politiques , sociales, humanitaires et culturelles
-4 mai: 62eme réunion du comité   des ambassadors ACP-EU.
Recherche événements
- 6/11 Mai :  Dixième réunion du Panel international des ressources

Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.

  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer

Les petits états insulaires en développement (PEID)  ont été reconnus comme un groupe distinct des pays en développement, confrontés à des vulnérabilités sociales, économiques et environnementales spécifiques, lors de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED) organisée à Rio de Janeiro, Brésil, en 1992. Mais, pourquoi montrent-ils une plus grande vulnérabilité aux chocs externes? Est-ce que des  partenariats régionaux  peuvent contribuer à améliorer l'efficacité ses politiques nationales ? Cheick Sidi Diarra, Sous-secrétaire général et Haut représentant pour les PMA, Pays en développement sans littoral et les PEID, Nations-Unies,  répond à ces questions.

Jeudi, 26 avril 2012

En fonction des réformes politiques et économiques à mettre en place par le Zimbabwé d’ici le mois d’août prochain, l’Union européenne révisera, ou pas, la coopération au développement avec ce pays africain. C’est ce qu’a déclaré Claudia Wiedey-Nippold, la chef de division du SEAE en charge de l’Afrique australe lors de sa visite officielle au Zimbabwé, où elle a rencontré Joey Bimha, le secrétaire permanent du ministère des Affaires étrangères, quelques semaines avant d’engager le dialogue de réengagement entre l’UE et le Zimbabwé qui doit avoir lieu à Bruxelles.

Lors de  la 3159e session du Conseil des Affaires étrangères, les ministres ont  rappelé les conclusions adoptées lors de la session tenue en mars 2012 sur la région du Sahel, dans lesquelles il a condamné la prise du pouvoir par la force au Mali.  L’UE , qui a  suspendu  sa coopération avec le pays, rependra ses opérations de développement  « en fonction des progrès enregistrés vers le rétablissement complet de l'ordre constitutionnel ». Le soutien direct a la population et l'aide humanitaire se poursuivront.

Suite au coup d’état  perpétré en Guinée-Bissau, l’UE demande le rétablissement immédiat du gouvernement légitime, l'achèvement du processus électoral démocratique qui a été interrompu et le retour immédiat à l'ordre constitutionnel. Selon des conclusions adoptées lors la dernière réunion du  Conseil des Affaires étrangères, qui s’est tenue cette semaine à Luxembourg, « [l]’ UE est prête a imposer des mesures restrictives a l'encontre de quiconque continue de participer ou d'apporter un soutien a des agissements menaçant la paix, la sécurité et la stabilité de la Guinée-Bissau."

Mercredi, 25 avril 2012

La Côte d’Ivoire accueille cette semaine la 5ème réunion du Réseau Ouest africain des cellules d’Appui aux ordonnateurs nationaux du Fonds Européen de développement (Roac-Fed). Selon un article publié le quotidien Abidjan.net, au cours de trois jours de travaux, les participants évalueront des recommandations de la récente réunion de Ouagadougou et identifieront les contraintes liées à l’absorption des ressources octroyées par l’Union européenne sur le 10ème Fed.

Mardi, 24 avril 2012

À l’issue d’un sommet important qui s’est tenu le mois dernier, un groupe de travail de partenaires multilatéraux, incluant notamment le groupe ACP, devenu un partenaire officiel depuis le forum de Busan, a préparé un document final qui reprend les actions initiales visant à mettre en oeuvre un système de coopération sud-sud et de coopération triangulaire. Le groupe central de la coopération sud-sud (SSC) et de la coopération triangulaire (TrC) essayera de produire un « menu des pratiques » et une série de directives de référence afin d’encourager les efforts communs.

Lors d’un séminaire organisé par le secrétariat du Commonwealth dans la capitale britannique, Dr. Mohamed Ibn Chambas, secrétaire général a rappelé l’important potentiel du groupe ACP dans sa position de partenaire international. « Nous [..]  croyons que l’Europe aura en permancence besoin des pays ACP pour confirmer son rôle prépondérant d’acteur mondial dans les relations internationales. L’Union européenne, en tant que principal bailleur de fonds des pays ACP, est en relation avec les 79 pays membres au sein de cette sphère d’influence diplomatique et géopolitique.»

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>