Octobre 2017
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Lundi, 02 octobre 2017

Le ministre de l’énergie et de l’industrie énergétique s’est associé à l’Union européenne en vue de développer un plan de déploiement des énergies durables pour Trinité-et-Tobago. Ce plan, préparé par la Facilité d’assistance technique de l’UE, a été présenté hier à la secrétaire parlementaire Nicole Olivierre lors d’une cérémonie organisée à l’International Waterfront Centre, à Port-d’Espagne. Madame Olivierre a déclaré que ce plan constituait une étape majeure de la transition énergétique du pays et offrira une solution pratique pour l’abandon des énergies fossiles au profit d’un bouquet énergétique durable.

Une aide financière de l’Union européenne (UE) à hauteur de plusieurs millions de dollars en faveur d’une infrastructure d’irrigation pour des petits agriculteurs du Zimbabwe commence à porter ses fruits. Les producteurs bénéficiaires du programme d’irrigation de Mutema, dans le district de Chipinge, sont en effet en train de récolter leurs premières bananes qui trouveront acquéreurs sur les marchés. L’UE a débloqué un montant de six millions d’euros par le biais de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et a investi à ce jour 200 000 dollars dans le projet de Mutema qui apporte son soutien à plus de 100 agriculteurs disposant chacun d’une parcelle de 0,25 ha.

Vendredi, 29 septembre 2017

La France «n’a pas su proposer une stratégie de long terme pour le développement économique du continent» africain. C’est ce qui ressort du rapport «Prêts pour l’Afrique d’aujourd’hui?» publié par l’institut Montaigne mercredi 20 septembre. L’étude relève une concurrence internationale de plus en plus féroce. La Chine, le Maroc, l’Inde ou la Turquie ont adopté des stratégies bien plus développées. Les Français sont quant à eux «enfermés dans un discours politique circulaire». Chaque nouveau président annonce un renouveau des relations franco-africaines d’une meilleure manière que le gouvernement qui l’a précédé.

La réaction du gouvernement gabonais venait de tomber vendredi, après l’appel, le 17 septembre dernier, du Parlement européen à cesser de «harceler, intimider et persécuter» les opposants et «à libérer immédiatement toutes les personnes encore détenues de manière illégale». Libreville a réfuté toutes ces accusations et a dénoncé un «acharnement» et un non-respect de la souveraineté du Gabon. «Le Gouvernement de la République joint sa voix à celle du Sénat gabonais pour dénoncer cet acharnement que rien ne justifie», a fait part le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie By Nze.

L'Union européenne a organisé, mercredi, un séminaire sur un rapport provisoire de l’évaluation de sa coopération avec la Côte d’Ivoire. Menée par une équipe de consultants indépendants sur la période 2007-2015, ce rapport vise à améliorer les politiques et les pratiques de l'Union européenne qui lui permettront d'accroître l'impact de sa coopération avec la Côte d'Ivoire. D’après le rapport, la consolidation de la paix, la bonne gouvernance et le renforcement de l’Etat ont constitué des objectifs clés pour l’UE sur toute la période considérée. L'UE a ainsi accompagné la Côte d'Ivoire dans le processus de sortie de crise et de reconstruction du pays grâce à l'organisation des élections, à l'appui à la démobilisation et la réintégration des ex-combattants, au rétablissement de la présence physique de l’Etat sur le territoire national et à la relance de l’offre publique de santé.

L’Union Européenne vient de réussir son tout premier fonds fiduciaire mis en place en Afrique. Dénommé « Bêkou » ledit fonds premier de ce type géré par la Commission européenne a été lancé en février 2014. Selon un nouveau rapport de la Cour des comptes européenne de l’UE, le fonds a permis de mobiliser des aides en République centrafricaine, et la plupart des projets qu’il a soutenus ont produit les résultats escomptés, même si peu de donateurs supplémentaires se sont manifestés. D’après les auditeurs , les donateurs, à savoir l’UE, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Italie et la Suisse, se sont engagés à le doter d’un montant total de 146millions d’euros pour aider la République centrafricaine à sortir de la crise et pour soutenir sa reconstruction mais a surtout permis à l’UE de gagner en visibilité dans la région.

Lundi, 25 septembre 2017

L’Union européenne (UE) et ses États membres sont déterminés à encourager la conservation et la gestion et l’utilisation durables des ressources naturelles, ainsi que la conservation et l’exploitation durable de la biodiversité et des écosystèmes. Ces derniers incluent les forêts, les océans, les zones côtières, les bassins fluviaux et d’autres écosystèmes fournissant des services écosystémiques. Conformément aux engagements internationaux, l’UE et ses États membres ont promis de lutter contre la déforestation illégale et les activités qui y sont associées – dégradation des sols et des forêts, désertification, sécheresse et perte de biodiversité – et de promouvoir les avantages connexes découlant d’une gestion durable, tels que l’amélioration des capacités de résistance et d’adaptation aux changements climatiques.

La Banque européenne d’investissement (BEI) n’accordera pas de prêts au secteur financier local après que les banques zimbabwéennes ont expliqué à l’organisme prêteur que les prêts à moyen terme ne suscitent actuellement que peu d’intérêt, semble-t-il. L’ambassadeur de l’Union européenne (UE) au Zimbabwe, Philippe van Damme, a expliqué la semaine dernière à The Financial Gazette que, alors que la BEI était disposée à avancer l’argent pour des prêts de rétrocession à moyen terme à des banques locales, les établissements financiers ont indiqué qu’une telle mesure n’était pas rentable à l’heure actuelle.

L’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) a lancé sa première série de formations visant à renforcer les capacités du personnel agricole régional et local ainsi que des agents de vulgarisation agricole (Agriculture Extension Agents, AEA) en matière de lutte contre les parasites et les maladies. Les parasites et les maladies ont été identifiés comme l’un des principaux obstacles menaçant la réussite du Market Oriented Agriculture Programme (MOAP), un projet de 160 millions d’euros cofinancé par l’Union européenne (UE) au titre du 11e Fonds européen de développement (FED) et par le gouvernement allemand.

La ministre d’État du ministère de la coopération internationale, le Dr Somia A'akad, a rencontré mardi, dans son bureau, le chef de la mission de l’Union européenne au Soudan, l’ambassadeur Jean-Michel Dumond, et a discuté avec lui de plusieurs aspects de la coopération entre le Soudan et l’UE, en particulier dans les domaines économique et du développement, ainsi que des moyens pour faire davantage de progrès dans ces domaines. La ministre a présenté au chef de mission de l’UE une évaluation complète des efforts déployés par l’État, représenté par le ministère de la coopération internationale, pour renforcer la coopération avec les bailleurs de fonds en vue de préparer le document central pour la coordination de l’aide en négociation.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>