Février 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Mercredi, 22 février 2017

La Commission européenne et le CCI signent le 17 février 2017 un important projet de 10 millions d'euros en Afrique de l'Ouest et en Europe pour s'attaquer aux causes profondes de la migration de l'Afrique vers l'Europe financé par le Fonds fiduciaire d'urgence de l'Union européenne en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique. En Europe, le projet développera des programmes de formation professionnelle pour 250 migrants du Burkina Faso, du Mali et de la Gambie et permettra à au moins 150 d'entre eux de retourner dans leur pays d'origine afin de trouver un emploi décent avec leurs compétences nouvellement acquises en collaboration avec l'Organisation internationale pour les migrations.

Le 2e colloque international sur les innovations maritimes et portuaires s’est tenu récemment à Cotonou. Il a rassemblé des chercheurs et des professionnels du Bénin, du Niger, du Togo et d’Europe. L'occasion notamment d'évoquer les investissements portuaires en Afrique de l’Ouest pour rendre les infrastructures plus performantes. Aujourd'hui l’Afrique ne représente que 3% des échanges mondiaux. Lagos, Cotonou, Lomé, Tema, Abidjan, et un peu plus loin Dakar. Tous ces ports doivent faire des aménagements pour recevoir des bateaux de plus en plus gros, qui veulent rester le moins longtemps possible.

La Commission européenne a signé six contrats de subvention pour un montant total de 20 millions d'euros le 23 décembre 2016 avec une mise en œuvre dès 2017, afin de financer des projets de soutien à la société civile sur les questions panafricaines. L'objectif principal de ces projets est d'appuyer la contribution des organisations de la société civile (OSC) à la prise de décision et au processus de formulation des politiques au niveau continental en Afrique. L'initiative est financée dans le cadre du Programme panafricain, créé pour soutenir des projets ayant une valeur ajoutée régionale ou continentale sur des sujets d'intérêt commun entre l'Union européenne et l'Afrique.

Lundi, 20 février 2017

SEM Georges SERRE, Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire et Mr Bruno Leclerc, Directeur Pays de l’Agence Française de Développement (AFD) ont eu une séance de travail avec le ministre Sidi Touré, ce jeudi 16 février 2017. Au menu des échanges, il a été question essentiellement de l’Office National du Service Civique (ONSC). L’ONSC est un nouvel organe. Il est chargé de la mise en œuvre de la politique gouvernementale en matière de service civique. Il traite des questions du civisme, du service civique, de réinsertion, de volontariat et du bénévolat. Dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle formule du service civique, le ministère de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service Civique a sollicité le renforcement des axes de coopération avec la France à travers l’AFD.

L'Union Européenne a promis jeudi 75 millions d'euros (80 millions de dollars) au nouveau gouvernement de la Gambie. Ce financement intervient deux ans après la suspension de l'aide de l’UE au pays, en raison des violations des droits de l'homme observées par la communauté internationale. L'UE avait gelé 33 millions d'euros d'aide à la Gambie, l'un des pays les plus pauvres du monde, après que le gouvernement de Yahya Jammeh ait adopté, fin 2014, une loi jugée très sévère contre l'homosexualité. De plus, l’ex-président, qui avait pris le pouvoir suite à un coup d’Etat, s'était brouillé à plusieurs reprises avec l'UE, expulsant sa représentante en 2015.

Mardi, 14 février 2017

Pour répondre au nouvel agenda du développement et accompagner le changement d’échelle du groupe AFD annoncé par François Hollande, Proparco, la filiale de l’AFD dédiée au financement du secteur privé, vient d’adopter une nouvelle stratégie pour 2017-2020. Objectifs 2020 : doubler les volumes d’engagements financiers pour atteindre 2 milliards d’euros par an et renforcer la contribution du secteur privé au développement durable. A l’horizon 2020, Proparco s’engage à tripler ses impacts en faveur de l’emploi, du climat, de l’accès aux services essentiels et à l’innovation. Le continent africain restera au cœur des priorités de Proparco qui se positionne comme l’institution de financement du développement la plus africaine.

Une agence du gouvernement britannique révèle que le nombre d’enquêtes ouvertes pour fraude augmente parallèlement aux sommes versées aux pays « fragiles », où la corruption est considérée comme une « norme culturelle ». Le nombre d’enquêtes pour fraudes impliquant l’aide aux pays en développement a été multiplié par quatre ces cinq dernières années, à mesure que l’aide versée à des pays « fragiles » augmente, selon le bureau du vérificateur national britannique (NAO). Les réformes mises en place par David Cameron pour augmenter l’aide publique au développement et l’octroyer à des nations instables ont fait grimper le risque d’escroqueries, selon le NAO.

Au regard du potentiel dont regorge l’Afrique, l’Allemagne l’estime suffisamment capable de se prendre en charge et de défendre ses propres intérêts. Pour cette raison, le gouvernement fédéral dirigé par Angela Merkel plaide pour une coopération sur un pied d’égalité qui mettrait fin à la relation « donateurs et bénéficiaires » qui a prévalu jusqu’ici entre l’UE et l’Afrique. C’est tout l’objet d’un rapport du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement fraîchement publié. « Il est impératif de renforcer l'appropriation des Etats africains. L'époque de l' ''aide au développement'' et des ''donateurs et bénéficiaires'' doit être révolue. L'Union européenne et ses Etats membres sont prêts à être des partenaires sur un pied d'égalité ».

Jeudi, 09 février 2017

M. Neven Mimica, commissaire chargé de la coopération internationale et du développement, se trouve en Gambie, où il doit rencontrer aujourd'hui le président nouvellement élu, Adama Barrow, et son nouveau gouvernement. M. Mimica s'est exprimé en ces termes: «La transition démocratique pacifique en Gambie est la concrétisation de la détermination du peuple gambien, ainsi que des efforts coordonnés à l'échelle régionale et internationale de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest. La population gambienne a fait montre d'une résolution, d'une patience et d'un courage exemplaires en période de fortes tensions. L'UE est pleinement résolue à tendre la main au président Barrow et à son gouvernement. Nous souhaitons être un partenaire privilégié de la nouvelle Gambie. En plus du train de mesures d'aide immédiates, pour un montant de 75 millions d'euros, signé ce jour, nous élaborons déjà une série de mesures à moyen terme, pour un montant de 150 millions d'euros, qui viseront essentiellement à renforcer les capacités de l'État et à créer de l'emploi.»

Le commerce et l’investissement occuperont une place centrale, encore plus importante, dans la politique de développement du Royaume-Uni, selon la toute première « stratégie de développement économique » publiée la semaine dernière par le ministère britannique du développement international (Department for International Development - DFID). Ce document présente la manière dont le DFID entend travailler avec l’ensemble des autres ministères dans le cadre d’une approche intégrant commerce, investissement et politiques d’assistance en vue de stimuler le développement économique et de favoriser la réduction de la pauvreté.

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>