Juin 2017
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Jeudi, 08 juin 2017

Le gouvernement devrait élaborer une politique agricole globale et élaborer un cadre d'irrigation clair qui définira les processus de sélection pour les bénéficiaires afin de permettre au pays d'attirer des investissements significatifs, ont déclaré les législateurs. Le Comité parlementaire du portefeuille sur l'agriculture, la mécanisation et le développement de l'irrigation a déclaré que les installations de mécanisation Devrait également inclure des systèmes solaires pour minimiser les coûts d'énergie. Cela a été dit mardi par le président du comité et Muzarabani Sud membre de l'Assemblée nationale Cde Christopher Chitindi (Zanu-PF) tout en présentant un rapport sur l'utilisation de la Facilité de mécanisme de brésilienne.

L'intensification massive de l'agriculture contribue à l'augmentation de la déforestation, à la rareté de l'eau, à l'épuisement des sols et au niveau des émissions de gaz à effet de serre, prévient l'ONU. Pour parvenir à un développement durable, nous devons transformer l'agriculture et les systèmes alimentaires actuels, notamment en soutenant les petits exploitants agricoles et les agriculteurs familiaux, en réduisant les pesticides et l'utilisation de produits chimiques et en améliorant les pratiques de conservation des terres, a déclaré le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) le 30 mai Bruxelles s'adressant aux législateurs européens.José Graziano da Silva a souligné que si les systèmes agricoles à forte intensité de ressources et à forte intensité de ressources ont considérablement augmenté la production alimentaire, cela a coûté beaucoup à l'environnement.

Les éleveurs dans les zones communales du pays devraient stimuler financièrement, avec le lancement d'un programme de subventions de l'Union européenne «Soutien au secteur de l'élevage dans les zones communales du nord de la Namibie» qui durera six ans pour 20 euros million. Le programme sera lancé sous un créneau au 8ème Congrès ordinaire de l'Union nationale des agriculteurs de Namibie (NNFU) qui se déroulera à Opuwo à l'Hôtel Le Manoir le vendredi 9 juin sous le thème: «Transformation de l'agriculture sans propriété de propriété: clé À la création de richesse et à la prospérité ". Lors de l'événement, SE le président Hage G. Geingob prononcera l'allocution principale, tandis que le chef de la délégation européenne en Namibie, Jana Hybaskova et l'hon. John Mutorwa, ministre de l'Agriculture, de l'Eau et des Forêts, lancera le programme de l'UE

L'Union africaine (UA) a lancé un plan d'activités conjoint qui sera utilisé par les États membres pour mettre en œuvre les déclarations du PDDAA-Malabo. Le plan qui s'étend de 2017 à 2021 appuiera les opérations au niveau des pays qui soutiendront la transformation de l'agriculture. Le plan a été lancé mercredi lors de l'ouverture officielle de la 13ème réunion du Programme de développement de l'agriculture africaine (CAADP) qui a lieu à Kampala. En lisant le plan, le commissaire à l'économie rurale de l'Union africaine, Josefa Leonal Correia Sacko a déclaré utiliser le plan, ils négocieront avec des partenaires au développement pour mobiliser un soutien financier aux pays membres.

Une délégation de dirigeants d'entreprises de la province de Gauteng en Afrique du Sud a rencontré ses homologues ghanéens pour explorer des opportunités d'investissement dans le pays. Dirigé par le Premier ministre du gouvernement provincial de Gauteng, M. David Makura, la délégation s'est concentrée sur les domaines d'intérêt, y compris le développement des infrastructures routières, l'agriculture et l'agro-industrie, l'énergie, l'infrastructure ferroviaire et portuaire et la fabrication. Par la suite, un forum d'affaires a été organisé par Le Ghana Investment Promotion Center (GIPC) pour donner aux entreprises ghanéennes l'opportunité d'interagir avec la délégation dans le cadre des efforts visant à stimuler le commerce en Afrique. Le forum portait sur le thème "Les partenariats d'investissement et d'affaires: le véhicule pour l'intégration intra-africaine et le développement économique impactant".

Victus Global Capital et Altree Capital se sont associés pour lancer un fonds de 50 millions de dollars US axé sur les investissements dans les entreprises agroalimentaires dirigées par des femmes en Afrique. Le fonds vise à stimuler l'agriculture africaine grâce à la pratique de l'investissement dits «gender lens», qui met l'accent sur le financement des entreprises appartenant à des femmes, des entreprises ayant des antécédents d'embauche de femmes et celles qui visent à améliorer la vie des femmes à travers Leurs produits et services. Il est initié par Bo Masole et Zee de Gersigny - les fondateurs de Victus Global Capital, une société d'investissement axée sur la transformation de l'agriculture et l'autonomisation des femmes en Afrique - et Jenni Chamberlain, PDG de la spécialiste africaine de l'asset management Altree Capital.

L'Assemblée législative de l'Afrique de l'Est (EALA) a passé un budget de 110,1 millions de dollars (Shs396b) pour l'exercice financier 2017/18, soit une augmentation de 8% par rapport à 101,3 millions de dollars (Shs364b) pour l'année se terminant en juin. Le nouveau budget vise à donner la priorité au développement et à la promotion de neuf secteurs, y compris l'infrastructure régionale, le commerce et l'investissement. Présentant le budget à l'Assemblée à Arusha, en Tanzanie, la semaine dernière, Ali Kirunda Kivejinja, président du Conseil des ministres de l'EAC, a déclaré: "Le nouveau budget vise à consolider le territoire douanier unique (SCT) pour couvrir toutes les importations et Les produits échangés intra-EAC, y compris les produits agricoles et autres produits largement consommés ".

Mardi, 30 mai 2017

Des semaines après que la présidente Ellen Johnson-Sirleaf a émis l'ordonnance no 84 pour la réglementation de l'industrie de la pêche au Libéria, l'Union européenne (UE) s'est déclarée préoccupée par l'ordre. Dans une lettre adressée à la présidente Ellen Johnson-Sirleaf, l'UE s'est déclarée préoccupée par les implications de l'ordonnance exécutive numéro 84. Elle a également déclaré qu'il était surpris d'apprendre l'ordre par les médias en considérant la coopération de longue date existant entre le Libéria et l'Union qui a abouti à La signature de l'accord de partenariat UE-Libéria sur la pêche durable (SFPA) en décembre 2015. Par l'intermédiaire de son ambassadeur au LiberiaMadam TiinaIntelmann, l'UE a déclaré qu'elle était basée sur une expérience dans d'autres pays, elle estime que certaines des mesures introduites dans la section 2 de l'OE ne conduiront pas À des investissements durables.

Lundi, 29 mai 2017

Les représentants de la Commission économique pour l'Afrique (ECA) et de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) se sont réunis à Addis-Abeba le 10 mai 2017 et ont convenu d'une feuille de route pour la mise en œuvre de l'accord de partenariat signé entre les deux entités Janvier 2017. Au cours de la réunion, qui s'est tenue sous le thème «Réaliser la transformation de l'agriculture en Afrique», les participants ont identifié et approuvé quatre domaines clés du programme, notamment l'amélioration de l'esprit d'entreprise rural et de l'emploi pour les jeunes et les femmes; Faire face à la dégradation et à la pénurie des ressources naturelles, aux conflits et aux migrations; Mettre fin à la faim, à la nutrition et à la pauvreté en Afrique; Et une réponse efficace aux changements climatiques.

Le manque de stockage oblige les agriculteurs à vendre leur récolte à bas prix - mais un changement qui peut les aider à progresser En examinant les stocks de riz, sésame, mil et autres aliments de son village dans un entrepôt empilé avec des sacs, Amadou Hassane est satisfait - mais toujours Peu inquiet de l'excédent de feuilles de baobab. Avec la saison des pluies prévue pour commencer bientôt au Niger, Hassane et ses collègues ont besoin d'acheteurs pour leurs feuilles avant que les pluies ne viennent, réduisant les prix lorsque les feuilles fraîches poussent et fournissent des surtensions dans la région occidentale de Tillabery. "La vie est difficile car il est difficile de savoir quand les premières pluies viendront", a déclaré Hassane à la Fondation Thomson Reuters, en tenant une liste de la contribution de chaque agriculteur au stock du village.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>