Mai 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 02 décembre 2016

Le ministre de l'Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba a procédé hier, jeudi 24 novembre à la signature de contrat d'un financement accordé par la Banque européenne d'investissement (Bei) en présence du chef de division pour l'Afrique de ladite banque, Diederick Zambon. Le financement estimé à 49 milliards de FCFA entre dans le cadre du projet Sénégal Electricity Modernisation et devra permettre de faciliter l'accès des populations à une électrification de qualité. 49 milliards de FCFA, c'est le montant que la Banque européenne d'investissement (Bei) a accordé au Sénégal pour le projet Sénégal Electricity Modernisation.

Un nouveau bureau régional de représentation de la Banque européenne d'investissement (BEI), a été inauguré lundi 22 novembre 2016 à Abidjan. Cette nouvelle représentation régionale de la BEI pour l'Afrique de l'Ouest, située dans un bâtiment abritant la délégation de l'Union européenne, porte à neuf le nombre de bureaux de la Banque en Afrique dont deux régionaux. L'accord de siège portant la création de cette nouvelle représentation régionale qui a été signée en mars 2016, pose les jalons du rôle accru qu'est appelée à jouer la BEI en Afrique de l'Ouest.

Chantre d'un nouveau modèle agricole, l'initiative Triple A (Adaptation de l'Agriculture Africaine) fait du bruit à la Cop 22. Les Marocains veulent la mettre au centre des actions sur le climat. Un stand de 900 mètres carrés, des projections 3D sur l'état de la planète en 2040, une agora réservée aux débats sur l'agriculture et la sécurité alimentaire....Pour cette Cop 22, le ministère de l'Agriculture marocain a vu grand. Un an après les accords de Paris qui ont vu la reconnaissance pour la première fois du rôle de l'agriculture et de la forêt dans la lutte contre le changement climatique, le Maroc a lancé son initiative Triple A (Adaptation de l'Agriculture Africaine).

La conférence des bailleurs pour Madagascar s'est ouverte jeudi 1er décembre à Paris. Pendant deux jours, la Grande Ile fait du pied aux investisseurs publics et privés. La journée d'hier était consacrée aux grands bailleurs internationaux comme la Banque mondiale, l'Union européenne, la Banque africaine de développement. Madagascar espérait près de 5 milliards mais les promesses de financement des bailleurs de fonds ont atteint 6,4 milliards de dollars sur 4 ans hier. Les objectifs ont donc été dépassés. Lancé en 2015, le Plan national de développement malgache entend atteindre une croissance de 6,5% d'ici 2019.

La dernière visite d'un président français sur le territoire malgache remonte à une dizaine d'années jusqu'à ce que l'actuel locataire de l'Élysée accepte de venir honorer le 16ème Sommet de l'Organisation internationale de la Francophonie qui a eu lieu à Antananarivo. François Hollande a été sur le sol malgache durant le week-end denier pour les assises internationales dans le cadre du Sommet de la Francophonie, mais aussi afin de discuter de l'avenir de la coopération entre les deux pays. Après une entrevue entre le président de la République de Madagascar Hery Rajaonarimampianina et le chef d'État français François Hollande, les deux hommes politiques ont fait une déclaration conjointe face à la presse le 26 novembre dernier.

La secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a procédé samedi à la signature de trois accords de coopération. L'objectif est de renforcer les relations entre l'OIF et les acteurs des relations internationales, au bénéfice de ses Etats et gouvernements membres, dans le cadre de la réalisation des Objectifs du développement durable. Le premier accord de partenariat a été signé avec la Commission européenne représentée par Neven Mimica, Commissaire européen en charge de la Coopération internationale et du Développement.

Dans le cadre du Projet Hycos qui consiste à doter le bassin versant du Congo d'un suivi de ressources en eau opérationnel, l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et l'Agence française de développement (AFD) ont apporté un appui substantiel au service hydrologique national. Cet appui a consisté le 25 novembre en la collecte des données techniques et matérielles en vue de l'installation à Maloukou Tréchot d'une nouvelle station hydrométrique automatique qui s'ajoute à l'ancienne pour le compte de la République du Congo.

Comme au lancement du Projet de développement et d'investissement agricole au Gabon (Prodiag), l'Agence française de développement (AFD) sera de la partie pour la reconduction de programme agricole. A l'issue de leur audience, le 23 novembre dernier à Libreville, le ministre de l'Agriculture et le représentant résident de l'AFD au Gabon ont annoncé, en effet, que l'institution financière publique française va accompagner la deuxième étape du Prodiag. Une issue satisfaisante pour le ministre de l'Agriculture, convaincu que l'agriculture et l'élevage peuvent devenir de véritables moteurs de croissance de l'économie gabonaise.

Jeudi, 01 décembre 2016

Un établissement public français dont le premier siège aurait été à Londres ? Il y en a un – sans doute un seul. C'est l'Agence française de développement (AFD) qui aura 75 ans ce 2 décembre. Cet anniversaire ouvre une semaine de réflexions, inaugurée par un colloque d'histoire, le 30 novembre, et couronnée le 6 décembre par le président de la République. Symbole de cette semaine, le billet de 1 000 francs à l'effigie du « phénix » de la Caisse centrale de la France libre, comme elle s'appelait alors, lorsqu'elle constituait la banque et le Trésor de la France libre, à Londres, puis à Alger. Maintes fois menacé de disparition, l'établissement a survécu, ou plutôt a su se réinventer.

Dans la vallée du Rift au Kenya, le sarthois "Bigot fleurs" cultive désormais 55 hectares de rose sous label Max Havelaar. La société concentre sa production française exclusivement sur les tulipes et le muguet et cette internationalisation lui a permis de passer en dix ans de 30 salariés à 120 en France. Après s'être lancée au Kenya en louant en 2002, l'entreprise a acheté des terres en 2010 grâce à un financement de Proparco, le bras armé de l'agence française de développement pour le financement (AFD) du secteur privé. "Nous avons découvert Proparco en 2008, grâce à l'ambassadrice de France au Kenya, et son intervention a été clé pour notre développement car n'avions pas d'accès à des financements n'ayant pas d'actifs en Afrique.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>