Octobre 2014
L Ma Me J V S D
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2



Choisissez les catégories :
















s'inscrire au RSS  

External links
RSSVoir tous les RSS
dans une nouvelle fenêtre

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Jeudi, 16 octobre 2014

Le nouveau rapport Global Hunger Index montre des progrès en Afrique au sud du Sahara - Au cours des deux dernières décennies au moins six pays africains ont enregistré des améliorations considérables dans la lutte contre la faim à insuffisance pondérale, décrit comme étant le principal indicateur de la faim et de la sous-alimentation, en dépit de l'insécurité alimentaire persistante dans plusieurs régions à travers le continent, selon à un nouveau rapport Global Hunger Index (Ghi) pour 2014. Le rapport, publié lundi, a nommé l'Angola, le Tchad, le Ghana, le Malawi, le Niger et le Rwanda comme étant les pays qui ont enregistré des améliorations considérables.

Plusieurs chercheurs du continent réunis pour un cours sur le sujet, lundi dernier à Yaoundé. Le commerce international des produits alimentaires peut-être limité par la présence dans les aliments de contaminants biologique et chimique à savoir, les bactéries, les toxines naturelles, les résidus de pesticide et de virus. Les plateaux techniques des pays africains ne disposent justement pas d'appareils et de ressources humaines adéquates, à même de détecter ces présences inopportunes. 

Jeudi, 02 octobre 2014

Les gouvernements européens doivent aider à combattre la faim et la malnutrition à l'échelle mondiale, faute de quoi les flux migratoires ne feront qu'augmenter, attisant les conflits, a déclaré le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva. "L'insécurité alimentaire et les conflits vont de pair", a-t-il dit, en faisant remarquer que les phénomènes climatiques extrêmes, les agitations en Afrique et au Proche-Orient, et maintenant l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest franchissent les frontières nationales jusque dans d'autres régions, souvent par les migrations forcées.

Mercredi, 01 octobre 2014

Selon l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l'UE en Éthiopie, l'Éthiopie et l'Union européenne (UE), fortes d'une amitié stratégique et mutuellement bénéfique, ont accompli d'importants progrès dans leurs relations. L'ambassadeur Teshome Toga a affirmé que les relations entre l'Éthiopie et l'UE reposent sur une politique de bénéfices mutuels et sur des axes stratégiques. Après avoir souligné les relations de travail étroites qui se sont développées entre l'Éthiopie, la Commission européenne et le Parlement européen, il a déclaré que le pays a reçu de l'UE un important soutien visant à favoriser son développement. Il a également insisté sur l'importance qu'occupe le commerce dans leur relation. En effet, 40 pour cent des exportations éthiopiennes sont destinées à des pays membres de l'UE tandis que les investissements étrangers directs en provenance de l'UE ont également augmenté dans le pays.

Mardi, 23 septembre 2014

Après les destructions causées par la Seleka lors de son passage, le village de Bimon, dans l’Ombella Mpoko revit, petit à petit. Certains ont reconstruit des greniers où s’entassent les épis de maïs. D’autres ont pu reconstituer un élevage de canards ou de porcs. Les résultats de cette campagne agricole ne sont pourtant pas extraordinaires. Avec le climat d’insécurité de ces derniers mois, les paysans n’ont pas pu cultiver des parcelles aussi grandes que d’habitude.

La faim dans le monde recule. C'est la bonne nouvelle annoncée mardi dans un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO). Depuis dix ans, 100 millions de personnes en moins souffrent de la faim. Il en reste encore plus de 800 millions, surtout en Afrique, mais il y a eu des progrès importants, notamment dus aux nouvelles technologies.

Lundi, 08 septembre 2014

L'Union européenne va allouer 1,4 milliard de Ksh (16,1 millions de dollars) au Kenya pour l'aider à améliorer sa sécurité alimentaire, qui s'est détériorée à la suite des mauvais résultats des « longues pluies ». Ces fonds sont destinés à aider 23 comtés, principalement dans les régions arides et semi-arides où vivent des communautés pastorales. Un premier déboursement de 570 millions de Ksh (6,5 millions de dollars) sera versé immédiatement à l'Agence nationale de gestion de la sécheresse, afin de réduire les effets de la sécheresse sur le bétail et les moyens de subsistance. Le solde sera versé ultérieurement afin de renforcer d'autres programmes anti-sécheresse dans ces comtés.

Jeudi, 04 septembre 2014

L'Union européenne va investir 1,2 milliard de Ksh dans la recherche sur les cultures et le bétail indigènes dans les zones arides et semi-arides du comté de Baringo. L'objectif visé est d'augmenter la production alimentaire, a déclaré Dominic Davuu, le coordinateur Afrique-Union européenne responsable de l'agriculture. Lors d'une conférence de presse lundi dans la ville de Kabarnet, il a indiqué que son équipe était mandatée pour vérifier la faisabilité des financements de nouveaux projets et l'application des projets actuels à l'échelle du comté.

Lundi, 18 août 2014

Quelque 20 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire aiguë en Afrique de l’Est et Centrale. Selon les organisations d’aide humanitaire, la plupart se trouvent à un niveau « de crise » ou « d’urgence ». Ce chiffre est bien plus élevé qu’en juillet 2013, quand l’insécurité alimentaire touchait 15,8 millions de personnes. Les pays concernés sont la Somalie, l’Ouganda, le Soudan du Sud, l’Éthiopie, la République centrafricaine (RCA), le Soudan, le Kenya, la République démocratique du Congo (RDC) et la Tanzanie.

Mercredi, 13 août 2014

Une banane qui ressemble de prime abord à n’importe quelle banane. Mais une fois épluchée, elle dévoile sa chair orangée. C’est que cette banane, explique le Temps, a été créée par des universitaires australiens. Un gène d’une banane de Papouasie Nouvelle-Guinée a été transféré dans le génome des bananes des hauts plateaux ougandais. Et le fruit obtenu contient jusqu’à 20 fois plus de provitamine A qu’une banane à cuire naturelle. Les essais cliniques auront lieu d’ici à la fin de l’année aux États-Unis, afin de vérifier si ces provitamines sont bien transformés dans l’organisme humain en vitamine A. cette vitamine

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>